Des biologistes affirment que plus de 34 000 litres de pétrole et de boues de forage déversés l'année dernière au large de Terre-Neuve-et-Labrador posent une menace pour la vie sauvage, ce qui souligne la nécessité de meilleures protections environnementales.