Mort d'un écrivain nigérian: Shell paie pour éviter un procès
La compagnie pétrolière anglo-néerlandaise Shell, accusée de complicité dans l'élimination d'un écrivain nigérian en 1995, a accepté de payer 15,5 millions de dollars pour régler le litige devant la justice américaine


Par l'Agence France-Presse
New York

Publié le 08 juin 2009




Affiche
Ken Saro Wima

En photo: Ken Saro-Wiwa

 

La compagnie pétrolière anglo-néerlandaise Shell, accusée de complicité dans l'élimination d'un écrivain nigérian en 1995, a accepté de payer 15,5 millions de dollars pour régler le litige devant la justice américaine, ont déclaré lundi les plaignants dans un communiqué.

«Les plaignants ont trouvé aujourd'hui un accord dans leur litige avec la compagnie Shell», ont déclaré les avocats américains des plaignants, un groupe de victimes de l'ancien gouvernement militaire nigérian.

Plusieurs audiences préliminaires de ce procès inédit avaient été reportées ces dernières semaines sans explication.

Shell est accusé de complicité avec le régime militaire du président Sani Abacha, au pouvoir au Nigeria en 1995, dans la pendaison de l'écrivain et militant écologiste Ken Saro-Wiwa au terme d'une parodie de procès.

Le très populaire fondateur du Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (Mosop), partisan de la non-violence, avait réussi à interrompre les activités de Shell dans le sud du pays. Il accusait le groupe de polluer l'environnement et de justifier la présence des militaires dans le Delta du Niger, sans pour autant partager ses gains avec la population locale.

Les plaignants étaient représentés par des avocats américains des droits de l'homme du Centre pour les droits constitutionnels.

La compagnie pétrolière rejetait jusqu'ici toutes les accusations, mais l'accord de lundi lui évite l'embarras d'un procès.

Marco Simons, un des avocats, a précisé qu'une partie de l'argent irait à ses clients, et une partie à un fonds de soutien au peuple Ogoni, une fois les honoraires payés.

La plainte a été déposée par un groupe de victimes de l'ancien gouvernement nigérian, notamment le fils de Saro-Wiwa, sur la base d'une loi remontant à 1789 qui exige des sociétés ayant une présence substantielle aux États-Unis qu'elles respectent les lois américaines partout dans le monde.
 

Kenule Beeson Saro-Wiwa

(né 10 octobre 1941 à Bori au Nigeria - Mort pendu, le 10 novembre 1995 à Port Harcourt au Nigeria), était un écrivain et producteur nigérian, activiste écologiste. L'écrivain faisait partie du peuple Ogoni, une minorité ethnique dans le delta du Niger, dont les terres sont la cible des compagnies pétrolières depuis les années 1950. Il a été porte-parole puis président du Mouvement pour la Survie du Peuple Ogoni (Movement for the Survival of the Ogoni People ou MOSOP), un mouvement créé afin de lutter contre les abus commis par certaines compagnies sur les terres du peuple Ogoni. Saro-Wiwa a été le leader d’une campagne non violente contre des compagnies comme Shell et Chevron, dénonçant les dégâts écologiques commis dans le delta du Niger. Pour ses actions militantes, il a reçu en 1994 le Prix Nobel alternatif. (Wikipédia) 

Shell évite un un procès pour crime contre l'Humanité. La compagnie est en effet mise en cause dans l’assassinat par des militaires nigérians de Ken Beeson Saro-Wiwa, un défenseur des populations du delta du Niger. Le delta du Niger représente pour la compagnie néerlandaise (mais également pour toutes les autres compagnies) un enjeu énorme : il s’agit de la première zone d’extraction pétrolière en Afrique. Cependant, la richesse de cette région n’a jamais pu permettre aux populations de mieux vivre, l’argent empruntant les circuits de la corruption sans que les multinationales y trouvent à redire. C’est cela que Ken Sarp-Wiwa dénonçait de manière pacifique. En 1993, il avait obtenu une première victoire en faisant stopper les activités de Shell. Cette action avait déclenché la foudre des militaires au pouvoir qui en avait alors fait leur ennemi juré. Conséquence, après un lynchage de proches de la junte en 1994, huit responsables de tribus du delta étaient arrêtés et exécutés dont Ken Saro-Wiwa. Des juges - qui ont participé au procès - avoueront plus tard avoir été corrompus, mais ne citent pas directement Shell.