Retour à : Plan du site - Entrée MétéoPolitique - Environnement - Nucléaire - Analyses et Opinions

Un autre bon cas pour la Commission Charbonneau
Le président d'Hydro-Québec Thierry Vandal dilapide notre argent?

Le 23 octobre 2012, nous apprenions qu’Hydro-Québec a dépensé 900+ millions de dollars pour acquérir des équipements de pointe en vue de la réfection de Gentilly-2 et ce AVANT que le projet ne soit confirmé par les instances nucléaires et politiques. Ces équipements ne sont plus nécessaires après l'annonce par le gouvernement Marois que la centrale nucléaire serait fermée. ( 01 )

 

Texte par Denis McCready

 

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 5 novembre 2012

 

L’état des dépenses pour la réfection de Gentilly-2 était connu depuis des mois, mais la raison de cette dépense vient de faire surface. C’est d’une absurdité sans nom. Plus de 900 millions de dollars pour des équipements tellement spécialisés qu’il est peu probable qu’ils puissent être revendus un jour – on ne ferme pas des centrales nucléaires à chaque semaine !

Thierry Vandal, ( 03 )  PDG HQ  - Martine Ouellet - ministre des ressources naturelles

Ça donne aux 700 000$ du vendu Gilles Surprenant, de la ville de Montréal, un air de petit change de poche… Pourtant on se gargarise de Monsieur TPS dans les médias, mais Thierry Vandal, le PDG d’Hydro-Québec, reçoit tout de même le soutien de Mme Martine Ouellet, Ministre des ressources naturelles et de la faune parce qu’elle pointe l’ex-Premier ministre Jean Charest comme responsable de cette bêtise…

Gilles Surprenant ( 02 )

Un peu court, madame.

Si mon patron voulait gaspiller presqu’un milliard de dollars de l’État, je pense que je me permettrais de placer mon devoir de réserve et mon allégeance au placard le temps d’une petite déclaration publique AVANT de dépenser pareille somme. Le silence de M. Vandal est aussi coupable que les actions de son ancien patron.

À moins que ce gros magasinage spécialisé ne profite à quelqu’un d’influent. Quand il y a une vente, il y a un acheteur (HQ) et un vendeur (?).

Qui est cette compagnie? À qui appartient-elle?

Est-ce que cette transaction est légitime ou est-elle un pot-de-vin déguisé, une récompense cachée pour optimiser son employabilité future ou est-ce simplement l’expression de la plus pure bêtise de gestionnaires déconnectés de la réalité?

«

Peu importe la réponse, le PDG d’Hydro-Québec Thierry Vandal doit partir, si ce n’est que pour avoir continué pendant son mandat à miner les finances publiques du Québec en creusant la tombe d’Hydro-Québec par une série de saignées perpétuelles.

»

Je pense ici au le projet hydroélectrique de la Romaine, ( 04 ) l’inaction quant à la centrale de Bécancour,
( 05 ) le retard dans la production d’énergie verte qui entraîne des pertes ( 06 ) à l’exportation américaine, et maintenant presque un milliard de dollars en équipements nucléaires inutiles.

Pour qui travaille M. Vandal? Parce qu’avec une piètre gestion de la sorte, on peut affirmer une chose : il ne travaille pas pour les contribuables québécois.

La  Romaine, travaux en date de mai 2011

Le film « Chercher le courant » ( 07 ) que j’ai produit expose l’incohérence du projet Romaine et sous-entend que ce projet a été lancé pour satisfaire l’appétit des « constructeurs de barrage ». Au moment de lancer le film il y a presque deux ans, nous n’avions aucune information en main pour soutenir une affirmation plus poussée, aucun nom, pas de document incriminant, simplement une amère impression que quelque chose n’allait pas.

Le Québec va perdre de l’argent avec le projet Romaine et les futurs projets de barrages. Nous n’avons plus besoin de nouvelles centrales hydroélectriques. À qui donc profitent ces chantiers de construction gigantesques?

Mes modestes recherches auprès de quelques personnes bien informées me suggèrent que d’anciens employés d’Hydro-Québec ont présentement en main des documents qui prouvent des malversations. J’ai mis ces gens en contact avec un journaliste il y a quelques mois.

Depuis, plus rien… Pétard mouillé, vendetta personnelle, paranoïa mal placée ; je ne peux que spéculer sur l’absence de retombée, mais l’enjeu est trop grand pour que ces gens se taisent. Il est temps pour tous les employés d’Hydro-Québec – anciens et actuels – de sortir de leur mutisme et de parler sur la place publique. L’absence d’imputabilité d’Hydro-Québec a assez duré.

Deux ans après la sortie de « Chercher le courant » qui a été vu par 600 000 personnes, le projet Romaine reste en dehors de l’actualité, alors que la Commission Charbonneau révèle que des fonctionnaires, des entrepreneurs et des mafieux ont orchestré le pillage de la Ville de Montréal et de Laval.

Cette collusion n’est pas un phénomène insulaire. Le phénomène est provincial – rappelons le dossier AXOR, ( 08 ) la firme a été reconnue coupable de dons illégaux aux partis politiques provinciaux (PLQ, PQ, ADQ) et a reçu un beau cadeau sous la forme de 3 des 13 contrats de mini-barrages octroyés pas le gouvernement Charest.

Ne perdons pas la Romaine de vue. La Commission Charbonneau devra éventuellement se pencher sur tous les contrats d’Hydro-Québec.

Il est temps que la Ministre Ouellet remercie M. Vandal – il n’est plus l’homme de la situation – et qu’elle nomme une personne chargée de faire un grand ménage à Hydro-Québec. Il faut ouvrir tous les dossiers et tous les contrats et que la société d’État soit soumise au Vérificateur général du Québec.

«

Hydro-Québec doit être examinée en profondeur afin de rétablir la confiance des citoyens envers ce phare de notre développement économique et afin d’arrêter l’hémorragie financière qui mine notre avenir économique.

»
 
 

Tout le monde savait que c'était une folie économique que de rénover cette centrale. Thierry Vandal a quand même permis l'achat d'équipements qui s'avèrent inutiles. - JosPublic

  • Le 19 août 2008, la ministre des Ressources naturelles du Québec, Julie Boulet, et le PDG d'Hydro-Québec, Thierry Vandal, ont annoncé un investissement de 1,9 milliard de dollars pour prolonger la vie de la centrale nucléaire de Gentilly-2 tout en occultant la hausse de prix tel qu'évaluer initialement à 845 M$. ( 09 )
     

  • On sait déjà le 6 avril 2010, que le projet de réfection de Gentilly II pourrait bien coûter non pas 1,9 G$ mais jusqu'à 4 G$. Vous avez bien compris : 4 milliards de dollars ! Ses coûts de production seraient non plus 0,07 $ mais plutôt 0,15 $ le kwh. Autrement dit : vraiment pas rentable ( 10 );
     

  • En juin 2010, des analystes indépendants affirment que la rénovation de la centrale ne tient pas la route économiquement ( 11 );
     

  • 31 janvier 2011, le ministre québécois de l'Environnement, Pierre Arcand, s'est avancé un peu plus sur la question de l'avenir de l'industrie nucléaire dans la province et celle du sort réservé à la seule centrale au Québec, Gentilly-2, à Bécancour. Il a finfinaudé devant les chambres de commerce de la Mauricie réunies à Trois-Rivières, il a déclaré que la décision de Québec quant à l'avenir de Gentilly-2 reposera, entre autres, sur le rapport financier que lui fournira Hydro-Québec. Devant la presse, le ministre Arcand a ensuite affirmé que le gouvernement québécois n'avait pas l'intention d'aller plus loin sur la voie du nucléaire. ( 13 )
     

  • En mars 2011, Hydro-Québec prépare ses scénarios de fermeture de la centrale ( 12 );
     

  • En août 2012, Jean-Thomas Bernard, Pierre Clouâtre, Michel-A. Duguay, Yves Duhaime, tous l'admettent, la centrale nucléaire de Gentilly est en fin de vie utile. Depuis quelques années la question est posé quant à l'utilité ou non de la rénover et personne ose dire que l'investissement vaut le coût, mais ceux qui bénéficient des dépenses qu'elle engendre à l'État voudraient garder l'activité économique qu'elle génère, tout en oubliant les risques à la sécurité de la population. ( 14 )

Source: blogue de Denis McCready
NOTE : Ce texte est écrit en mon nom seulement et n’engage pas mes collègues de Chercher le courant, ni les Productions du Rapide-Blanc.

Choix de photos, commentaires, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication :5 novembre 2012

  Pour faire parvenir ce texte à d'autres : 

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Notes & Références encyclopédiques:

01
 

Des millions dépensés en vain pour rénover Gentilly-2. - Sur Radio-Canada le 23 octobre 2012

 

Retour au texte

02

Qui est Gilles Surprenant ? - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

03

Qui est Thierry Vandal ? - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

04

Le projet hydroélectrique de la Romaine - Argent Canoë, le 20 février 2011

Retour au texte

05

Le cas de la centrale de Bécancour - Le Soleil Affaires le 29 juin 2012

Retour au texte

06
 

Retard dans la production d’énergie verte qui entraîne des pertes. - TVA Nouvelles le 20 juillet 2012

 

Retour au texte

07

Le film « Chercher le courant » - Sur le site de Chercher le courant

Retour au texte

08

Le dossier AXOR - Sur Radio-Canada 9 octobre 2012

Retour au texte

09

Un projet de 1,9 G$ - Sur Radio-Canada, le 19 août 2008

Retour au texte

10
 

Bécancour et le Québec à l’heure des choix : Le nucléaire ou le gaz naturel ? - Sur le Courrier du Sud, le 6 avril 2010

 

Retour au texte

11
 

Réfection de la centrale Gentilly-2. Des retards qui pourraient coûter cher! Gentilly 2: ne devrait-on pas abandonner? Sur MétéoPolitique, le 22 juin 2010

 

Retour au texte

12
 
 
 
 
 
 
 
 

La société d’État se défend pour sa part d’avoir caché le rapport pendant la campagne électorale. Thierry Vandal affirme que les données les plus récentes ont été colligées pendant les dernières semaines. Toutefois il était de notoriété publique déjà depuis plusieurs mois que la réfection coûterait bien au-delà de 3 milliards $, a-t-il ajouté.

«Hydro-Québec ne fait pas de politique», a pourtant dit M. Vandal en conférence de presse, prenant ses distances du gouvernement pour affirmer que le scénario de la fermeture circulait chez Hydro depuis mars 2011. Extrait d'un texte du journal Métro, le 3 octobre 2012

 
 
 
 
 
 
 
 

Retour au texte

13

 

Québec n'a pas l'intention de poursuivre dans le domaine du nucléaire - Sur MétéoPolitique, le 31janvier 2012

 

Retour au texte

14

Les mauvais coûts du nucléaire québécois. - Sur MétéoPolitique, août 2012

Retour au texte

Retour à : Plan du site - Entrée MétéoPolitique - Environnement - Nucléaire - Analyses et Opinions - Haut de page