Retour à : Plan du site - Entrée MétéoPolitique - Environnement - Fiche Nucléaire - Analyses et Opinions

La centrale nucléaire Gentilly 2 fermera ou fermera pas ?
Les pro-nucléaires s’impatientent… Les citoyens aussi!

Mise en contexte par JosPublic: En janvier 2012, le ministre québécois de l'Environnement, Pierre Arcand, s'est avancé un peu plus sur la question de l'avenir de l'industrie nucléaire dans la province et celle du sort réservé à la seule centrale au Québec, Gentilly-2, à Bécancour. Devant les chambres de commerce de la Mauricie réunies à Trois-Rivières, il a déclaré que la décision de Québec quant à l'avenir de Gentilly-2 reposera, entre autres, sur le rapport financier que lui fournira Hydro-Québec. Devant la presse, le ministre Arcand a ensuite affirmé que le gouvernement n'a pas l'intention de poursuivre dans le domaine du nucléaire

Texte par Marie-France Doucet, Michel A. Duguay, Philippe Giroul, François Lachapelle

De très nombreux messages défavorables à la réfection de la centrale nucléaire ont été lancés depuis quatre ans par les citoyens, les organismes environnementaux et des politiciens lucides pour faire comprendre que le projet de reconstruire la centrale nucléaire de Gentilly-2 à Bécancour en Mauricie , est une aberration économique, écologique et sociale.  

La centrale nucléaire de Gentilly-2 à Bécancour en Mauricie ( 01 )

Sam Hamad

Julie Boulet

Les deux présidents des chambres de commerce locales (messieurs Patrick Charlebois et Jean-Denis Girard)  ainsi que les ministres Julie Boulet et Sam Hamad qui se sont exprimés dernièrement à Bécancour concernant G-2 devraient réévaluer leur adhésion à ce projet. Ils devraient prendre le temps nécessaire pour lire et comprendre les nombreux articles, études et lettres d’opinion qui ont été colligés sur les sites du Mouvement Sortons le Québec du nucléaire, du Regroupement pour la surveillance du nucléaire et la fiche nucléaire de MétéoPolitique

Patrick Charlebois et Jean-Denis Girard de la chambre de commerce de Trois-Rivières et de la Chambre de commerce et industrie du Coeur-du-Québec

Ils apprendraient que cette centrale est considérée par la majorité des citoyens comme étant R.I.D.

« R » pour Risquée – Le gouvernement du Québec ne doit pas compromettre la santé des citoyens et la vigueur économique de l’État comme le démontre la catastrophe actuelle de Fukushima au Japon.

 « I » , pour Inutile -  Avec les surplus énergétiques découlant de la crise économique de 2008  et considérant le contrat de 20 ans avec l’usine de cogénération de Bécancour que les Québécois payent 150 millions par an pour ne pas produire.

« D » pour Déficitaire - Des calculs récents sur les coûts d’exploitation pour les années 2009, 2010 et 2011 ont démontré un déficit d’exploitation annuel moyen de 20 M$ par année.

Ils apprendraient que les données du gouvernement fédéral montrent sans aucune ambiguïté que le réacteur nucléaire G-2 ne rencontre pas les normes sismiques établies pour la région de Bécancour par la Commission géologique du Canada ( 02 ). Un tremblement de terre important pourrait avoir lieu dans la région de Bécancour qui produirait une accélération du sol PGA (peakground acceleration) dépassant la valeur de conception de 0,15 g. 

Une fusion du coeur pourrait s'ensuivre avec des conséquences similaires à celles qui ont dévasté la centrale nucléaire Daiichi à  Fukushima au Japon ( 03 ). La possibilité qu'une telle catastrophe se produise à Bécancour aura un effet négatif sur la valeur des maisons et des fermes dans toute la région et sur toutes les entreprises du parc industriel de Bécancour.  Poursuivre la réfection de Gentilly-2 serait une grande perte pour tout le Québec.

En tenant compte des dangers de contamination radioactive découlant d'un accident à la centrale G-2 qui impliquerait l'exode hors de la centrale d’un nuage radioactif dans un sillage capricieux, ce séisme potentiel aurait des conséquences sanitaires écologiques et économiques démesurées. 

Julie Boulet et ses collègues promoteurs du nucléaire semblent vivre sur une autre planète. Ils se contentent de ressasser les mêmes arguments obsolètes, simplistes, voire démagogiques concernant les 800 emplois qui ne seront pas perdus… Au contraire, un bon nombre de ces emplois pourront être valorisés pour s’occuper des nombreux travaux de déclassement et de gestion des 2 500 tonnes de déchets hautement radioactifs accumulés sur le site depuis 29 ans. Les autres emplois pourront être transformés pour le développement d’énergies renouvelables.

La région Mauricie-Centre-du-Québec pourrait devenir un des moteurs québécois en énergies renouvelables, entre autres en éolien (domaine où MARMEN de Trois-Rivières joue déjà un rôle important) et en solaire photovoltaïque (domaine où la ville de Nicolet cherche à lancer une initiative importante).

Ça prend aussi des ingénieurs et des spécialistes de toutes sortes pour perfectionner les équipements de ces types d’énergie et la distribuer. La région de Bécancour, avec un peu d'imagination et d'esprit d'innovation, pourrait devenir le leader de ces énergies au Québec. Il y a là tout un marché à développer.

«

Les pro-nucléaires s’impatientent… Les citoyens aussi!

»

Source: Lettre d’opinion 27 juin 2012, titre original: Les pro-nucléaires de G-2 s’impatientent… Les citoyens aussi! En réponse aux articles de Marie-Ève Veillette (Courrier-Sud- 22 juin) et de Vincent Gauthier (Le Nouvelliste- 23-24 juin)

Choix de photos, mise en page et références par :
JosPublic
Publication : 29 juin 2012

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Fukushima, où le silence et les mensonges tuent, a subi d'autres avaries en janvier 2012

  L'unique centrale nucléaire du Québec n'est pas à l'abri
d'un tremblement de terre de force moyenne

Vers la Fiche: Nucléaire

Notes & Références encyclopédiques:

01

Qu'est-ce que la centrale nucléaire de Gentilly-2 à Bécancour en Mauricie ?

Retour au texte

02

Qu'est-ce que la Commission géologique du Canada ?

Retour au texte

03

Qu'est-ce que la centrale nucléaire Daiichi à Fukushima au Japon ?

Retour au texte

Retour a : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Fiche Nucléaire - Analyses et Opinions  - Haut de page