Centrale nucléaire Gentilly-2 Bécancour Région Mauricie
Le début des travaux de réfection est retardé
Excellent ! Du temps pour réfléchir?

 

Centrale nucléaire Gentilly 2 - Région Mauricie

Sous-titres

Hydro-Québec reporte les travaux à Gentilly-2

Action Démocratique du Québec ADQ

Centre Local de Développement CLD de la Municipalité Régional de comté MRC de Bécancourt

Coalition anti-nucléaire

Municipalité de Bécancour

Parti Québécois PQ

Sortons le Québec du nucléaire

Reportages radiodiffusé et télévisé

 

Hydro-Québec reporte les travaux à Gentilly-2

Alors qu'elle avait annoncé la réfection de la centrale par une conférence de presse sur place, en présence du président Thierry Vandal, c'est par un court communiqué émis hier que la société d'État a fait part de ce revirement.

M. Thierry Vandal
Président directeur général d'Hydro-Québec

Hydro-Québec mentionne qu'elle a complété au début du mois l'arrêt de production annuel de la centrale dans le cadre de son programme d'entretien régulier et «qu'elle a constaté l'état satisfaisant des équipements».

On lit aussi que la décision de reporter le début des travaux survient dans le cadre de la révision des échéanciers de réfection en cours des centrales de type CANDU de Point Lepreau (Nouveau-Brunswick) et de Wolsong (Corée du Sud).

En outre, ce report devrait permettre d'obtenir les assurances nécessaires quant à l'identité du prochain propriétaire d'Énergie Atomique du Canada, principal fournisseur et entrepreneur dans le cadre du projet de réfection. Une décision qui traîne elle aussi en longueur.

Hydro-Québec précise par ailleurs qu'elle poursuivra ses investissements dans les activités régulières d'exploitation de la centrale et qu'elle continuera de surveiller les réfections en cours aux deux autres centrales CANDU.

Déjà, assure Marie-Élaine Deveault, des affaires publiques chez Hydro-Québec, la centrale de Wolsong a pu bénéficier du projet de Lepreau et on pense donc que la centrale de Gentilly-2 pourra aussi profiter d'un retour d'expérience.

« Pour le moment, on n'a pas d'échéancier précis, donc on reporte à 2012 à une date qui sera opportun. On continue à recevoir de l'information des deux réfections en cours et on est en train d'ajuster notre propre calendrier », précise Mme Deveault.

Selon la société d'État, les travaux de réfection de la centrale Gentilly-2 permettront de poursuivre ses activités jusqu'en 2040. Le projet, qui est estimé à 1,9 milliard de dollars, assure aussi le maintien de près de 800 emplois et des retombées économiques de 110 millions de dollars par année dans la région. Gentilly-2 fournit environ 3 % de la production totale d'électricité d'Hydro-Québec.

Personnes intervenantes

AUSSANT, Jean-Martin - député provincial de la circonscription de Nicolet/Yamaska - Région du Centre-du-Québec

DELTELL, Gérard - député provincial de la circonscription de Chauveau - Région de QUébec

RICHARD, Maurice - maire de la ville de Bécancour - Région de la Mauricie

GIROUL, Philippe - communications pour Mouvement Vert Mauricie

SIMARD, Christian  -  directeur de Nature Québec

SIMARD, Serge - député de la circonscription de Dubuc - Région Saguenay/Lac-Saint-Jean

RUEST, Gaëtan  - maire d'Amqui - Région Matapédia

VANDAL, Thierry - président et directeur général d'Hydro-Québec

Action Démocratique du Québec

Centre Local de Développement de la MRC de Bécancour

Equiterre

Hydro-Québec

Nature Québec

Greenpeace

Parti Québécois

Pour que le Québec ait meilleure mine!

Sept-Îles sans uranium

Sortons le Québec du nucléaire

Ville de Bécancour

Sources

Agence La Presse Canadienne
24 août 2010

Journal Le Courrier du Sud de Nicolet
Marylène Le Houillier
23 août 2010

Journal Le Devoir
Journaliste Alexander Shield
12 août 2010

Journal Le Nouvelliste
Journaliste Louise Plante
17 août 2010

Journal Rue Frontenac
Journaliste
16 août 2010

Société Radio-Canada Information
Journaliste Hugo Lavallée
17 août 2010

Résumé et commentaires par JosPublic Pour MétéoPolitique En ligne le 3 septembre 2010  

Retour aux Sous-titres

Municipalité de Bécancour

«Une bien mauvaise nouvelle pour la région», a déclaré le maire de Bécancour, Maurice Richard, qui voit ainsi reculer des millions de retombées économiques, autant pour la Mauricie que le Centre-du-Québec, des millions qui semblaient pourtant à portée de main pour ces deux régions bien malmenées économiquement parlant.

«C'est ce qui s'appelle mal commencer sa semaine», n'a pu s'empêcher de laisser tomber Maurice Richard qui reste toutefois confiant de voir le projet de 2 milliards $ se réaliser.

M. Maurice Richard
Maire de la ville de Bécancour

Pour le maire de Bécancour, il est préférable de commencer les travaux lorsque la société d'État aura toutes les informations nécessaires en main. « On aura deux expertises beaucoup plus à jour pour changer le coeur du réacteur Gentilly-2 en essayant de ne pas faire les mêmes erreurs, s'il y a eu des erreurs, et peut-être en bonifiant cette expertise-là qu'on va être allé chercher », estime Maurice Richard.

Cela dit, les travaux réalisés par la Ville de Bécancour et le ministère des Transports dans le but de faciliter la circulation autour du futur chantier ne sont pas perdus, assure le maire Richard. Ces plans resteront pertinents dans deux ans.

Il se montrait toutefois très inquiet de la répercussion sur les firmes d'ingénieurs et de construction impliquées dans ce dossier.

«Je pense que ça va déranger beaucoup les soumissionnaires et les sous-traitants compte tenu des décisions qu'ils ont dû prendre par rapport à cet important contrat.»

Retour aux Sous-titres

Sortons le Québec du nucléaire

Philippe Giroul
Mouvement Sortons le Québec du nucléaire

«Pour nous, c'est une bonne nouvelle ce report. Cela nous donne du temps pour convaincre le gouvernement de revenir en arrière. Mais ce n'est qu'un report et non une conclusion finale de la part d'Hydro-Québec et de ses contractants et sous-contractants.»

Au-delà des raisons officielles avancées par Hydro-Québec pour justifier ce report, M. Giroul rappelle qu'il y a toujours une série de problèmes techniques qui ne sont pas résolus à la centrale.  «Est-ce que c'est ça qui fait qu'ils sont en train de remettre en question leur décision? C'est bien qu'ils réfléchissent et le plus longtemps possible. Mais que feront-ils dans deux ans? On ne sait pas