Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Science - Fiche: Langue de bois - Analyses & Opinions

L'ultracrépidarianisme, l'art de parler de ce qu'on ne connaît pas

par Étienne Klein, philosophe et physicien

Les ultracrépidariens, loin d’être en voie d’extinction, sont de plus en plus nombreux chaque jour.   Ce sont ces personnes qui donnent leur avis sur tout mais sans avoir de connaissances ou de compétences sur les sujets évoqués.   Elles ne se taisent jamais, nous corrigent, nous suggèrent des tonnes de choses, veulent sauver le monde et sous-estiment les véritables experts dans un domaine.

"Je ne suis pas médecin, mais..."  

« C’est lorsqu’on parle avec assurance de choses que nous ne connaissons pas », explique le philosophe des sciences Étienne Klein.

 

 « On est tous pour ou contre le nucléaire, pour ou contre les nanosciences, pour ou contre les OGM.  Mais qui d’entre nous est capable de dire ce qu’on met vraiment dans un réacteur nucléaire ?  Ce qu’est une réaction de fission ?  Qu’implique E = mc² ?  Qu’est-ce que c’est qu’une cellule souche, un OGM ?  Personne. »   Le constat, dressé par le philosophe des sciences Étienne Klein, est sans appel.   Ce qui sous-tend cette réflexion, c’est un mot savant et ultra-compliqué : l’ultracrépidarianisme.

« Ça m’avait étonné qu’on puisse avoir autant d’assurance alors même qu’on venait de déclarer qu’on est incompétent »

Mais l’ultracrépidarianisme, c’est quoi, au juste ?  Étienne Klein explique : « C’est lorsqu’on parle avec assurance de choses que nous ne connaissons pas, et c’est dérivé d’une locution latine, “Sutor, ne supra crepidam”, qui veut dire : le cordonnier ne doit pas parler au-delà de la chaussure. »

Étienne Klein analyse comment la crise de la Covid-19 a fait naître de nombreuses polémiques, pas toujours fondées et pas toujours claires.  « J’ai noté cette tendance-là au tout début de l’épidémie. Je rentrais du Chili et en arrivant en France, alors que le confinement avait commencé depuis quelques jours, je voyais des tweets écrits par des personnalités politiques, parfois de très haut rang, qui commençaient par : “Je ne suis pas médecin, mais je pense…” etc.   Après cette déclaration honnête d’incompétence, s’ensuivaient des injonctions sur ce qu’il fallait faire ou penser à propos de tel ou tel traitement au tout début de l’épidémie.  Et ça m’avait étonné qu’on puisse avoir autant d’assurance alors même qu’on venait de déclarer qu’on est incompétent », explique Étienne Klein.

Nous sommes tous appelés à être victimes de cet ultracrépidarianisme

Il cite deux psychologues américains, Dunning et Kruger, qui avaient remarqué que, pour se rendre compte qu’on est incompétent, il faut justement être compétent.   « Au début, quand on découvre un nouveau champ, on se sent spontanément compétent.  Par exemple, moi, j’y connais rien en football.  Mais si on me demandait d’être sélectionneur de l’équipe de France de football, spontanément, je dirais : “Pourquoi pas, ça a l’air simple. On s’assoit sur un banc, on fait des gestes, on crie un peu et ça doit être suffisant pour que l’équipe gagne.” Et puis, en regardant les choses d’un peu plus près, on s’aperçoit que c’est beaucoup plus compliqué. »

Pour Étienne Klein, nous sommes tous appelés à être victimes de cet ultracrépidarianisme.  Quand on converse au café avec nos amis, on se dit des choses qui vont au-delà de nos compétences.  « C’est tout à fait naturel dans la conversation.  Simplement, il faut en avoir conscience.  Et quand on a une parole publique qui peut avoir des effets politiques importants, il faut être prudent », note Étienne Klein. Il met en garde :  « L’idée, c’est pas du tout de dire que chacun est contraint dans sa liberté à laisser la parole aux experts.  En fait, en démocratie, n’importe qui a le droit de poser une question aux experts, de les interpeller, de les interroger. Mais c’est pas ce qui est fait là.  C’est : on donne son avis sans savoir. »

Il est curieux de voir à quel point notre langage est riche.  Nous disposons de termes vraiment spéciaux pour définir ces comportements que nous voyons si souvent autour de nous.   L’ultracrépidarianisme est sans aucun doute l’un de ces mots aussi difficiles à retenir qu’à prononcer.   Il est cependant surprenant de savoir qu’il existe depuis très longtemps et qu’on l’utilise presque partout dans le monde.

En anglais, on utilise le mot ultracrepidarianism, en espagnol, ultracrepidarianismo, en bosniaque, ultrakrepidarianizam…  Nous avons tous donné un nom à ce profil qui possède une tendance presque obsessionnelle à donner son avis sur des sujets qu’il ne contrôle même pas.   Il est évident que nous avons tous le droit d’exprimer notre opinion sur n’importe quel point. 

Cependant, le faire avec humilité et en comprenant que nous ne pouvons pas dominer tous les sujets de la vie peut en dire beaucoup sur nous.   

 

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 5 octobre 2020

Source: Brut Média France

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

"Steak, blé d'Inde, patates", les bobos arrivent au pouvoir avec leur dictature morale

Le mot "oligarque" sorti tout droit du coffre à outils de la propagande diffusée par le médiamensonge

Fiche: Langue de bois

Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Science - Langue de bois - Analyses - Haut de page