Retour à :  Plan du site - MétéoPolitique - S ociété - Guerre et autres - Analyses - Canada/Libye

Le Canada bombarde la Libye avec l'OTAN
Prolongement de la mission canadienne en Libye :
vote des députés.es canadiens 294 pour, 1 contre

Sources: Agence QMI, Radio-Canada, Agence France Presse et Associated Press, France/Amérique, IndyMedia UK

Publications: 25 mars, 14, 15, 16,

24 juin 2011

Fusion de textes et commentaires par
JosPublic

Aussi Débat des députés.es canadiens

Les CF-18 canadiens bombardent Tripoli

Le général canadien Charles Bouchard
 dirige les opérations de l'Otan en Libye

Six avions chasseurs des Forces canadiennes prennent part à l'opération de l' OTAN en Libye.

Les avions militaires canadiens ont bombardé Tripoli, la capitale libyenne, en fin de semaine dernière.

Un porte-parole de l'armée a confirmé que des chasseurs CF-18 avaient participé à une opération de quatre jours de pilonnage des forces de l'OTAN. Mais le représentant des Forces canadiennes n'a pas voulu indiquer si le dictateur Mouammar Kadhafi avait été directement mis en danger par les bombes.

Les chasseurs canadiens ont pris part à l'intensification des bombardements de l'OTAN sur Tripoli, de jour comme de nuit.

Des entrepôts abritant des véhicules blindés ont notamment été touchés par les CF-18 canadiens, dans une tentative de réduire les capacités du régime Kadhafi.

Les députés fédéraux se sont prononcés en faveur d’une prolongation de 90 jours de la participation des Forces canadiennes aux opérations militaires de l’OTAN en Libye.

Cette motion a été adoptée par le compte de 294 députés contre un. Une seule voix discordante : celle de la chef du Parti vert, Elizabeth May.

Contents de voir que les conservateurs avaient retenu leur proposition de dialoguer avec le Conseil national de transition (CNT) libyen, les libéraux se sont ralliés à la motion gouvernementale. Les néo-démocrates ont appuyé le prolongement de la mission canadienne pendant 90 jours, mais en septembre 2011, ce sera une autre histoire, a précisé le chef néo-démocrate Jack Layton.

Selon Mme May, la nature de la mission de l’ OTAN, dont le but premier était de protéger les civils libyens, semble avoir changé. Elle s’oppose au prolongement de la présence canadienne en Libye, car cette mission prend de plus en plus l’allure d’une «guerre longue sans issue». Ottawa prévoit prolonger la mission canadienne de 90 jours, accroître l’effort diplomatique et augmenter l’aide humanitaire. Il n’est pas question toutefois d’envoyer des troupes au sol.

Ottawa reconnaît l'opposition libyenne

Le Canada s’est rangé du côté des forces rebelles libyennes. Le ministre des Affaires étrangères, John Baird, a officiellement reconnu l'opposition libyenne comme étant la «représentante légitime du peuple libyen»

 

Il a annoncé une «stratégie d’engagement améliorée» avec le Conseil national de transition CNT ( 02 ) et demandé une rencontre avec ses représentants, à qui il a offert l’expertise canadienne en matière de gouvernance.

«Dans le cadre de cette stratégie, le Canada va dorénavant reconnaître le CNT comme le représentant légitime du peuple libyen, a déclaré le ministre. Notre gouvernement va traiter avec les institutions et les représentants du CNT.»

M. Baird a fait cette déclaration quelques heures
avant que les députés à la Chambre des communes se prononcent sur la motion réclamant le prolongement de 90 jours de la mission canadienne en Libye.

M. Baird s'est gardé d'affirmer que le but ultime de la mission dirigée par l'OTAN — et à laquelle participent les forces canadiennes — est d'obtenir le départ du colonel Kadhafi, puisque la résolution adoptée par les Nations unies ne concerne que la protection de la population libyenne. Mais tout dans le discours du gouvernement indique que l'objectif politique implicite de la mission est celui-ci.

Selon le ministre, il faut protéger la population libyenne contre de graves abus et sévices perpétrés par le régime de Mouammar Kadhafi «qui pratique sans le moindre souci une véritable politique de la terre brûlée».

La motion gouvernementale stipule que la Chambre «déplore le recours soutenu à la violence par le régime libyen à l’endroit du peuple y compris les allégations de viol comme outil de guerre par le régime libyen».

John Baird

M. Baird s’est dit «dégoûté» par de telles allégations de viol et les abus du régime de Kadhafi. Abus qui, selon lui, doivent faire l’objet d’une enquête, car ils pourraient constituer des crimes contre l’humanité.

Cette vision du ministre est contestée au sein même de l'OTAN et très contestable, car elle n'est pas encore appuyée sur des faits. Évidemment ce n'est pas très crédible de vouloir empêcher des viols en bombardant du haut des airs un pays qui n'a pas attaqué ou déclaré la guerre au Canada. L'allégation de viols de masse est parfois une réalité, c’est aussi un classique de la propagande de guerre. Il faut se souvenir des milliers et milliers de courriels qui nous incitaient à aller sauver les femmes afghanes en burkas. À bien y regarder cela fait des années que le Canada est là et il n'y a pas moins de burkas. Finalement il faut plutôt retenir la version d' Amnistie international qui affirme qu'il n'y a aucune évidence de viols de masse par des mercenaires à la solde du régime libyen

En disant vouloir déloger le président de la Libye, déjà le Canada outrepasse le mandat confié par le Conseil de sécurité de l'ONU qui ne représente absolument pas l'opinion de l'ensemble des pays membres de l'ONU ( 01 )

Selon M. Baird, bien que la mission militaire canadienne n’ait pas comme but premier de provoquer un changement de régime, le colonel Kadhafi doit partir. « Il faut l’arrêter», a déclaré le ministre Baird aux Communes. L’ Agence canadienne de développement international (ACDI) versera 1,75 million $ au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et 250 000 $ au Fonds des Nations Unies pour la population< /a>, notamment, afin de protéger les femmes contre des agressions sexuelles, a annoncé la ministre de la Coopération internationale, Bev Oda . Au total, l’enveloppe d’aide humanitaire octroyée à la Libye s’élèvera à 10,6 millions $.

À l’heure actuelle, 650 militaires canadiens participent à des opérations de bombardement et à d’autres types d’opérations en Libye pour neutraliser la machine de guerre de Kadhafi, a pour sa part précisé le ministre de la Défense, Peter MacKay.

Débat sur la prolongation de l'agression militaire canadienne contre la Libye

Peter MacKay
Ministre de la guerre - contre la Libye

Débat des députés.es à la chambre des communes du Canada

Quelques extraits où les députés.es argumentent à partir d'informations erronées et accès au documents complet des débats  du 14 juin 2011

Notes et Références:

01

Propagande de guerre : viols de masse en Libye
Selon Amnistie International il n'y a aucune évidence de viols de masse par des mercenaires à la solde du régime libyen
Réseau Voltaire Publié le 12 juin 2011 et IndyMedia publié le 24 juin 2011

Retour au texte

02

Le spectacle des marionnettes de Libye est déjà mis au point. Voici les acteurs...

Retour au texte