Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Forêt - Analyse & Opinions

Richard DESJARDINS


Richard Desjardins
vice-président de l'Action Boréale

 

14

Henri Jacob et Richard Desjardins découvrent une cache de hauts fonctionnaires dans un "bunker" !

Henri Jacob et Richard Desjardins, respectivement président et vice-président de l' Action boréale se confient publiquement:  "Jamais le ministère responsable de nos forêts n’aura connu aussi bon ministre que celui actuellement en poste: Pierre Dufour."  

13

Lettre publique de l'Action boréale: L’échange de cadeaux

À notre avis, le nouveau ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs maîtrise difficilement ses dossiers.  Ses interventions sont régulièrement incohérentes et semblent être compensées par des propos intempestifs.  C’est lui qui vient de déclarer que de couper encore plus d’arbres est un geste écologique, qui autorise maintenant des opérations forestières dans le territoire des caribous forestiers, alors que celui-ci est à l'étude pour encore trois autres années.   

12

Richard DESJARDINS
Vice-président de l'ABAT

La forêt de Kanasuta, un joyau constamment menacée

Par trois fois depuis 2002, l’Action boréale a réussi à convaincre les compagnies forestières de se retirer du territoire Kanasuta, paradis naturel - tout le monde en convient - situé à l’ouest de Rouyn-Noranda et jouxtant la frontière ontarienne.

 

11

Le Québec: la cour à bois des États-Unis
(Commission Coulombe 10 ans plus tard, partie 6)

Notre ministre Laurent Lessard, responsable des forêts, résumait, il n’y a pas longtemps, l’essentiel de ses préoccupations: «Nous sommes tributaires de ce qui se passe aux États-Unis.» Cela veut dire que lorsque la construction va bien là-bas, on fait rouler les usines. Lorsque ça ne va pas, on les ferme. Voilà où nous en sommes rendus après 150 ans de foresterie: une cour à bois américaine.

10

Forêt québécoise: investissement déficitaire pour la population
(Commission Coulombe 10 ans plus tard, partie 5) Par Richard Desjardins

Il m’est arrivé une fois de parler avec l’ancien premier ministre Jacques Parizeau. Je lui demande s’il trouve normal qu’année après année les redevances forestières que le Trésor public encaisse de la part de l’industrie ne suffisent jamais à compenser pour les travaux de sylviculture que nous assumons. Il me répond: «Non, ce n’est pas normal. La forêt est toujours gérée selon un modèle colonialiste. René Lévesque aurait voulu changer tout ça dans les années 60, mais il en avait plein les bras avec la nationalisation de l’électricité. Et rien n’a été fait. Hélas!».

09
 

La forêt: pour les élus.es c'est une question d'avoir l'air de protéger des aires de biodiversité
(La Commission Coulombe, 10 ans plus tard - partie 4)

Nous, Blancs agriculteurs venus d’Europe, il nous fallait de la place pour cultiver et aussi du bois pour construire des maisons. La forêt nous apparaissait comme une sorte d’ennemie, d’autant plus qu’on pouvait s’y perdre, s’y faire manger tout rond par les bibittes ou simplement tuer par un Iroquois. Notre histoire forestière nous enseigne aussi que nous avons pu construire nos premières écoles grâce aux droits de coupe arrachés aux compagnies de bois. Nous en sommes venus à croire qu’une forêt n’a de valeur qu’une fois couchée par terre. Nous éprouvons toutes les misères du monde à en préserver ne serait-ce que des parcelles, convaincus que la meilleure chose qui peut arriver à un marais c’est d’être asphalté.

08

Richard DESJARDINS
Vice-président de l'ABAT

 

Pas de plan général de foresterie au large horizon au Québec
(La Commission Coulombe 10 ans plus tard, partie 3)

Ce rapport Coulombe (2004) était riche de contenu. Il y avait dans cette équipe, entre autres, un ingénieur forestier, un informaticien de la forêt, un biologiste, un sociologue. Ils ont rapidement cerné les problèmes pressants et proposé des solutions parfois radicales, mais néanmoins réalisables. Confronté à la rigueur de l’analyse, le gouvernement n’a pas eu d’autre choix que de l’accepter, du moins en paroles.

 

Guy COULOMBE
Président de commission d'enquête sur la forêt

L'enquête publique: le rapport Coulombe sur l'état de la forêt québécoise
(La Commission Coulombe 10 ans plus tard, partie 2)

"L'erreur boréale", un film qui a tout remué. La population sentait vaguement que quelque chose n’allait pas dans le bois, à voir défiler ces fardiers chargés d’arbres de plus en plus petits. Le film a tout simplement mis le doigt dessus. La Commission Coulombe a confirmé la situation et effectué les recommandations appropriées au Gouvernement.

 

Richard DESJARDINS
Auteur-compositeur,
vice-président de l'ABAT

 

De Napoléon Bonaparte III au rapport de Guy Coulombe à propos de la forêt québécoise (La Commission Coulombe 10 ans plus tard, partie 1)

Ramolli sérieux par le troc du Québec pour les Antilles entre les Français et Anglais en 1760, le Québec français, on était 60 000 – la population de Granby aujourd’hui – encore ami avec pas mal d’Indiens, désargenté, s’est réfugié dans l’art de fabriquer de belles turlutes et beaucoup d’enfants par femme, laissant tout le reste de la réalité aux Britanniques. En fin de compte, tout nous a échappé, sauf Hydro-Québec et Bombardier, dont j’ai vu le logo incrusté dans les métros de Barcelone, de Mexico et de Paris. Sauf qu’ici, il n’y a même pas de train...

07

Gestion forestière — Rien n’a changé en dix ans, clame Richard Desjardins

Dix ans après L’Erreur boréale, « la forêt a besoin d’un break », selon Richard Desjardins. Depuis qu’il milite pour préserver la forêt québécoise, le chanteur et fondateur de l’Action boréale a vu passer son lot de gouvernements et de ministres. Et pourtant, c’est toujours le même scénario.

06

Le film l'Erreur boréale, dix ans plus tard. Un texte de Richard Desjardins

Dix ans après la sortie fracassante du documentaire produit par Richard Desjardins et Robert Monderie, L'Erreur boréale, le documentariste retrace la décennie qui a suivi la parution du documentaire-choc. De la sortie du film à la commission Coulombe (1999-2004) / Le cauchemar qu'on nous impose toujours (2004-2009)

 
05

Le regard lucide d'un nouveau docteur universitaire

"Autochtones et Blancs, nous sommes tous les serviteurs des compagnies ..." Squatters dans notre propre pays»

 

04

Richard Desjardins écrit à Landry

Il faut passer d'urgence du «pillage» à «une foresterie plus sensée»

 
03

Réveillés, les forestiers? Ils cherchent encore la switch!

Pour être franc, quelque chose a changé: les groupes industriels et le gouvernement font maintenant de la publicité