Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Fiche Eau - Glossaire

P

Périmètre de protection de captage d'eau potable
Limite de l'espace réservé réglementairement autour des captages utilisés pour l'alimentation en eau potable

Périphyton

Algues microscopiques fixées à un substrat solide (roches, sédiments, plantes aquatiques, quais, embarcations, etc.) dans la zone littorale d’un plan d’eau.

Pesticides

Substances utilisées dans la lutte chimique contre les organismes considérés comme nuisibles à l’être humain. Ces substances peuvent être entraînées par ruissellement vers les milieux aquatiques où elles sont néfastes pour les organismes qui y vivent.


Phytoplancton

Algues microscopiques flottant librement dans l’eau.


Phosphore total

Mesure de toutes les formes de phosphore dans l’ea
u.


Plantes aquatiques

Végétaux aquatiques pourvus de chlorophylle ainsi que de véritables tiges, racines et feuilles.


Plaine inondable

La plaine inondable est une étendue de terre occupée par un cours d’eau en période de crue.


Pollution de l'eau
Rejet de substances ou d'énergie effectué ou non par l'homme dans le milieu aquatique, directement ou indirectement, et ayant des conséquences de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources vivantes et au système écologique aquatique, à porter atteinte aux agréments ou à gêner d'autres utilisations légitimes des eaux.


Pollution diffuse
Pollution dont la ou les origines peuvent être généralement connues mais pour lesquelles il est impossible de repérer géographiquement l'aboutissement dans les milieux aquatiques et les formations aquifères.


Pollution dispersée
Ensemble des pollutions provenant de plusieurs ou de nombreux sites ponctuels. Elle est d'autant plus préjudiciable que le nombre de sites concernés est important.

Pollution ponctuelle
Pollution provenant d'un site unique, par exemple point de rejet d'un effluent, zone contaminée,...

Pollution toxique
Pollution par des substances à risque toxique qui peuvent, en fonction de leur teneur, affecter gravement et durablement les organismes vivants. Ils peuvent conduire à une mort différée voire immédiate, à des troubles de reproduction, ou à un dérèglement significatif des fonctions biologiques (troubles de reproduction,...).
Les principaux toxiques rencontrés dans l'environnement lors des pollutions chroniques ou aiguës sont généralement des métaux lourds (plomb, mercure, cadmium, zinc,...), des halogènes (chlore, brome, fluor, iode), des molécules organiques complexes d'origine synthétique (pesticides,...) ou naturelle (hydrocarbures)

Produits phytosanitaires
Les produits phytosanitaires sont des produits utilisés pour protéger ou soigner les végétaux. Ils se regroupent en un grand nombre de classes : - les insecticides contre les insectes ravageurs,
- les herbicides contre les mauvaises herbes,
- les fongicides contre les champignons pathogènes,
- les nématicides contre les nématodes comme les vers de terre,
- les rodonticides contre les différents rongeurs.

Une faible partie est absorbée par les plantes, mais la plus grande partie est stockée dans le sol où elle se transforme à plus ou moins longue échéance en divers produits de dégradation plus ou moins inoffensifs.

Puits artésien
artesian well
Un puits artésien est obtenu en perforant une couche de terre imperméable pour accéder à une nappe d'eau sous pression. Les puits forés ne sont pas tous des puits artésiens mais l'usage a voulu que le nom de puits artésien soit utilisé pour désigner tous les puits forés, tous les puits qui tirent leur eau des profondeurs du sol. Le puits artésien est soit alimenté par l'eau qui circule dans les failles du roc ou par l'eau présente dans le gravier ou du sable sous une couche d'argile. Le puits artésien est habituellement fiable et stable toute l'année pour ce qui est de la quantité d'eau. Sur la terre, l'eau souterraine est beaucoup plus abondante que l'eau douce de surface. Au Québec on trouve de l'eau souterraine partout... ou presque.
En plus de sa fiabilité, le puits artésien est l'option de choix parce qu'il est moins vulnérable aux contaminations bactériennes que le puits de surface ou la prise d'eau dans une source. Lorsque le forage et l'installation de la pompe sont faits selon les règles de l'art, l'infiltration des eaux de surface dans le puits devrait être nulle et favoriser la salubrité de l'eau à l'année longue.
discipline: hydrogéologie

Puits de surface
surface water
Le puits de surface est alimenté par l'eau qui circule à la surface du sol; il s'alimente directement de la nappe phréatique. Sa profondeur habituelle ne dépasse pas 25 à 30 pieds. Par extension, on appelle parfois «puits de surface» un réservoir ou un ouvrage de captage qui permet de recueillir l'eau d'une source ou d'un petit cours d'eau. De nombreux facteurs, tels que les types de sols en présence, le relief du terrain et surtout la façon dont le puits est construit, affectent la quantité et la qualité d'eau de ce type de puits. Quantité et qualité peuvent varier considérablement d'un endroit à l'autre. Le puits de surface est de façon générale plus «fragile» qu'un puits artésien: son rendement est plus directement affecté par les précipitations. Débordant d'eau à la fonte des neiges, il devient souvent presque sec en période de canicule.

De plus, ce puits est plus sujet aux contaminations bactériennes. Ces contaminations sont fréquentes à la fonte des neiges et en été. Leur probabilité augmente quand l'eau plus chaude, chargée de bactéries (naturellement présentes dans le sol) transforme votre puits (et votre chauffe-eau!) en un véritable bouillon de culture. Lorsque les bactéries de type «coliforme» deviennent trop nombreuses, la consommation d'eau peut provoquer des diarrhées, coliques, gastrites, etc. Par contre, si on a la chance d'avoir un puits de surface où l'eau est naturellement filtrée dans une profonde couche de sable, les risques seront réduits. Il est recommandé de colmater avec du ciment toute infiltration d'eau par des fissures ou des joints ouverts situés dans le haut du puits, sans oublier de munir le puits d'un bon couvercle étanche. Cet entretien annuel renforcera grandement la résistance d'un puits de surface aux contaminations bactériennes.
discipline: hydrogéologie

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Fiche Eau - Glossaire - Haut de page