Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Fiche Eau - Glossaire

C

Captage

Dérivation d'une ressource en eau. Au sens restreint, désigne tout ouvrage utilisé couramment pour l'exploitation d'eaux de surface ou souterraines.


Chloration
chlorination
En ce qui a trait à la chloration, la communauté scientifique pense encore que la désinfection de l'eau potable est l'une des principales réussites de notre époque dans la protection de la santé publique, et que l'utilisation du chlore comme agent de destruction des germes pathogènes est essentielle pour protéger les populations des maladies hydriques. Pourtant, le chlore, ainsi que d'autres désinfectants, est à l'origine de divers sous-produits (trihalométhanes, etc.) dans l'eau. On estime que le risque résultant de la présence de germes pathogènes dans l'eau de boisson est supérieur de plusieurs ordres de grandeur à celui qu'induisent les sous-produits chlorés. Pour l'instant, la chloration n'en demeure pas moins la méthode de désinfection la plus répandue, même si on sait que des spores telles que le cryptosporidium et le Giardia lui résistent. Le cryptosporidium a été responsable d'une grave contamination de l'eau potable à Milwaukie (1993), ce qui a entraîné la mort de plusieurs personnes. La persistance de ces organismes dans l'eau potable est l'objet de préoccupations accrues. Elles sont résistantes au chlore, et doivent donc être retirées de l'eau par d'autres moyens, notamment par une filtration fine. À cet égard, le degré de turbidité (eau brouillée) est de plus en plus mis en cause et la nette tendance internationale (pays développés) est de réduire les niveaux acceptables. Au Québec, en dépit de ce phénomène, et alors que les normes sur la qualité de l'eau potable sont en révision, le ministère de l'Environnement ne prévoit pas ramener la turbidité à des valeurs plus basses, ce qui est vivement contesté par plusieurs organisations intéressées.


Chlorophylle a
Pigment vert présent dans les cellules des plantes et des algues qui joue un rôle essentiel dans la photosynthèse. Puisque la chlorophylle a est directement liée à la quantité d’algues en suspension dans l’eau, on mesure sa concentration pour déterminer le niveau trophique d’un lac.
 

Coliformes fécaux
Bactéries intestinales provenant des excréments produits par les animaux à sang chaud, incluant l’humain et les oiseaux. Leur présence dans l’eau est indicatrice d’une contamination fécale et de la présence potentielle de microorganismes pathogènes susceptibles d’affecter la santé animale et humaine.


Contamination
syn.: contagion
Pénétration d'un organisme animal ou végétal par un agent pathogène. La contamination peut être d'origine naturelle, comme dans le cas de l'arsenic que l'on retrouve dans les formations de roches archéennes à certains endroits de l'Abitibi-Témiscamingue. Elle peut aussi être causée par l'activité humaine, comme c'est le cas en Montérégie, où la culture intensive du maïs, exigeante en engrais azotés, occasionne des contaminations en nitrates localisées. Toutefois, lorsqu'on parle de contamination, c'est la plupart du temps de contamination bactérienne qu'il s'agit. C'est ce type de contamination de l'eau potable qui préoccupe la plupart des gens parce qu'elle peut être la cause de troubles de santé immédiats (coliques, indigestion, diarrhée, etc.), alors que les effets des autres types de contaminants se manifestent généralement à plus long terme. En vertu du Règlement du Québec sur la qualité de l'eau, l'eau potable ne doit contenir aucune bactérie de type coliforme fécal (E. Coli) dans un échantillon de 100 ml et moins de 10 bactéries de type coliformes totaux. Les échantillons doivent être prélevés suivant la procédure décrite sur la feuille jointe au flacon d'échantillonnage fourni par un laboratoire accrédité par le ministère de l'Environnement.
discipline: bactériologie


Corrosivité
corrosiveness
Propriété d'une eau à attaquer certains matériaux par une action chimique,
physico-chimique ou biochimique.
discipline: hydrologie


Crue

Élévation du niveau d’un cours d’eau, due à des pluies abondantes ou à la fontes des neiges.
 

Cyanobactéries
Les cyanobactéries, aussi appelées algues bleues ou algues bleu-vert, ressemblent beaucoup aux algues aquatiques, mais s’apparentent aux bactéries. Elles possèdent des pigments qui leur confèrent une coloration généralement bleu-vert. Plusieurs cyanobactéries peuvent utiliser l’azote gazeux et sont donc grandement favorisées par des eaux riches en phosphore. De plus, certaines espèces produisent des toxines et peuvent ainsi rendre l’eau toxique.


Cycle de l'eau
hydrologic cycle
Cycle naturel où l'eau s'évaporant de la surface de la terre, en particulier des océans, vers l'atmosphère, y retourne sous forme de précipitations. Or le cycle de l'eau n'est pas parfaitement étanche: lorsqu'un certain volume d'eau s'évapore, une partie importante de la vapeur d'eau retombe en précipitations mais une autre partie monte lentement dans l'atmosphère; arrivées dans la stratosphère, des molécules de vapeur d'eau sont brisées sous l'action du rayonnement ultraviolet solaire de longueurs d'onde inférieures à 200 nm; dans la mésosphère, la photodissociation s'amplifie, suite principalement à la radiation Lyman alpha (121,6 nm). Par ces processus, des atomes d'hydrogène sont libérés et leur légèreté leur permet de monter au-delà de la thermosphère. Comme la température est très élevée à ces altitudes, ils acquièrent suffisamment d'énergie pour pouvoir s'échapper définitivement de l'atmosphère terrestre: pour chaque atome d'hydrogène qui disparaît de la sorte, il y a aussi une molécule d'eau qui se perd. On a calculé que la Terre perd ainsi 1700 tonnes d'eau par jour! Le même mécanisme s'applique au deutérium. Mais, deux fois plus lourd, il s'échappe moins vite et il y a enrichissement de cet élément dans l'atmosphère.
discipline: hydrologie

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Fiche Eau - Glossaire - Haut de page