Mairie de Saint-Jérôme
La « business » des élections

Marc Gascon
Maire de Saint-Jérôme
Région des Laurentides

Par Pierre Duchesne
Pour la Société Radio-Canada Télévision
Publié le 29 juin 2010

 

Le maire de Saint-Jérôme et nouveau président de l'Union des municipalités du Québec, Marc Gascon, aurait-il trouvé la recette pour obtenir l'appui de ses électeurs depuis maintenant 15 ans? Un proche collaborateur du maire, qui a accepté de parler à Radio-Canada sous le couvert de l'anonymat, attribue ces victoires à répétition à un système d'élections clé en main.

Une source qui a participé aux campagnes électorales du maire Gascon affirme que Bernard Trépanier a organisé la première campagne en 1995 avec une firme d'avocats de Laval, Deveau, Bourgeois, Gagné, Hébert, présente à chaque élection depuis.

Bernard Trépanier est un spécialiste des élections municipales. Il a organisé celle des anciennes municipalités de Lafontaine et de Bellefeuille, et plus tard, celle du maire Tremblay, à Montréal. Le maire de Saint-Jérôme confirme la participation de M. Trépanier à sa campagne.

Depuis la victoire du maire Gascon en 1995, Deveau, Bourgeois, Gagné, Hébert s'occupe du contentieux de la Ville de Saint-Jérôme.

Des élections qui rapportent

Cette source, qui a parlé sous le couvert de l'anonymat, raconte également qu'un employé de la firme d'ingénieurs Dessau organise le financement de la campagne électorale avec d'autres entreprises. Le but, selon la source, est de récolter des contrats.

<C'est gens-là font de la business, et non de la politique. Ils se servent de la politique pour faire de la business. [...] C'est de la récupération de contrat à la suite des élections.> Une source qui a participé aux campagnes électorales du maire de Saint-Jérôme

La firme Dessau et le bureau Deveau, Bourgeois, Gagné, Hébert n'accordent pas d'entrevues, mais nient totalement agir dans ce but. Dessau précise que ses employés peuvent toutefois travailler à titre personnel pour des équipes électorales.

Dessau est bien présente à Saint-Jérôme. En s'alliant à la compagnie Tecsult, elle a remporté le contrat de l'usine de filtration d'une valeur de 3,9 millions de dollars, où elle était la seule entreprise soumissionnaire.

Voici la réponse du maire Marc Gascon : « On peut dire effectivement que ça peut être surprenant. J'en conviens avec vous très certainement. »

La source affirme de plus que lors d'élections municipales ayant lieu en même temps dans plusieurs localités, des organisations se partagent le territoire, les terrains et les contrats pour limiter les coûts.

Bien qu'un élu sous le couvert de l'anonymat confirme à notre journaliste que des élections clé en main existent, le maire Gascon nie quant à lui avoir profité d'un tel système.

Le dernier rapport d'enquête du directeur général des élections du Québec sur le phénomène des élections clé en main, il y a 10 ans, n'avait pas été concluant. Depuis, aux dernières élections municipales, la moitié des maires au Québec ont été élus par acclamation, sans élections.