Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Démocratie - Système démocratique - Regard

L'autre langue de la démocratie... la participative

Existe-t-il une démocratie dans laquelle 12 imbéciles ne l’emportent pas au vote contre 11 sages ? Je vous invite au village d'Ocumare del Tuy dans l'État du Miranda au Venezuela pour découvrir un petit exemple de ce que pourrait être une autre forme de démocratie... la participative, c'est la sorte la plus près de chacun des habitants d'un village, d'une ville, d'une région. Elle inclut, bien sûr, son lot d'imperfections puisqu'elle nous ressemble tant cette démocratie.    - JosPublic

 

Texte par Carmen Navas Reyes

Dimanche 26 avril 2015, six heures de l’après-midi. Près de 17 femmes du Conseil Communal “Dr Alberto Smith” tiennent une assemblée pour discuter des points du jour. Nous sommes à Ocumare del Tuy, État de Miranda. « Terra incognita » pour les médias occidentaux, comme l’est ce pays hors de Caracas qui lève et baisse son rideau selon les besoins de l’internationale médiatique.

La réunion se déroule à l’ombre fraîche du “samán” ( 01 ), l’arbre du quartier, trois hommes s’y sont joints.

Le menu est varié : les erreurs initiales dans l’organisation du conseil communal comme la double identité juridique vis-à-vis des autorités lors de la remise de comptes annuelle, le besoin de vérifier les comptes des autorités antérieures par la commission de contrôle du nouveau conseil, le programme de substitution de l’éclairage ancien par les nouvelles ampoules blanches qui économisent l’énergie, le programme des allocations de retraite pour les personnes âgées, la vente de postes et d’antennes de télé par câble des entreprises de l’État.

L'arbre le samán est un patrimoine national et ne peut être coupé sans permis de l’Institut National des Parcs et du corps de pompiers mais il faudra au moins en couper quelques branches.

La réunion respire la cordialité de voisins mais la tension revient dès qu’une parcelle de pouvoir est en jeu. Presque toutes ces femmes sont mères, fonctionnaires publiques ou employées, travaillent du lundi au vendredi, travaillent chez elles et consacrent un samedi ou un dimanche par semaine au conseil communal. Elles font leur propre critique parce qu’elles n’ont pas réussi à élire le ou la porte-parole au conseil de rang présidentiel.

Le problème est que la personne à choisir doit se consacrer à plein temps à cette tâche : autant il est possible que ce conseil ne se réunisse pas pendant un an, autant il arrive qu’on doive se rendre à toutes les réunions pendant toutes les semaines, un mois complet. Madame Mary parle de la “faible participation aux assemblées”, Cristina explique qu’il faut “s’activer pour obtenir davantage de bénéfices”.

Anita du village d'Ocumare del Tuy,
une future citoyenne participante

Une heure passe. Il y a d’autres critiques, il faut arriver à des accords. Quelles personnes sont prioritaires pour l’assignation des postes de télévision et des antennes de Cablevisión (les personnes âgées). Le programme « Barrio Nuevo, Barrio Tricolor » organise une journée de substitution des toits d’amiante (encore nombreux dans les communautés intérieures du Venezuela) et des toits de zinc avariés, et la réfection des façades en mauvais état pour les maisons jugées prioritaires.

Face aux problèmes de pénurie de certains produits de base on s’organisera avec des entreprises régionales pour vendre certaines denrées comme les produits laitiers. Les maisons dont les lampes éclairent les rues du quartier recevront une dotation additionnelle d’ampoules incandescentes.

On dirait une autre langue mais c’est le langage de la démocratie participative, ce n‘est pas facile, ce n‘est pas un chemin de roses mais il semble que c’est le chemin.

Commentaire de
- JosPublic

Les Québécois et Québécoises se targuent de vivre en démocratie, mais n'y connaissent pas grand-chose. Ils confondent un système électoral de représentation démocratique et la démocratie elle-même. Voter une fois tous les 4 ans semble être devenu une tâche immense aux yeux de plusieurs. Pourtant nous sommes si loin de la démocratie.

Bien sûr que la vraie démocratie est lourde dans son fonctionnement, car elle doit prendre en compte les opinions de tous et toutes. Passer à travers le sas des savants, des sages, oblige les personnes à démontrer une volonté d'apprendre de nouvelles connaissances et faire consensus.

La vraie démocratie consomme du temps que plusieurs préfèrent consacrer à leur pratique sacrée de lèche-vitrine en centre d'achat. Ainsi ils contribuent à la montée de politiciens et politiciennes de plus en plus enclins à la dictature.

Pour nous rafraichir la mémoire citons ici les Jean "là là" Tremblay maire de Saguenay qui attend le jour il aura dans son bureau un membre de Greenpeace pour le défenestrer selon ses propres dires ( 02 ), Régis Labeaume maire de Québec qui ne cesse de dénigrer tous ceux qui ne sont pas d'accord avec lui,
( 03 ) Denis Coderre maire de Montréal, un carriériste qui n'a évité la Commission Gomery que parce qu'il a trahi sa gang ( 04 ), le Dr Philippe Couillard premier ministre du Québec et à la tête du Parti Libéral du Québec un groupe de légers psychopathes qui s'ignorent ( 05 ), Dr Gaétan Barrette grossier personnage qui se révèle chaque semaine au faîte de son Royaume de la Santé ( 06 ), Martin Coiteux qui
insulte l'intelligence collective du Québec et finalement ( 07 ), l'ultime démagogue Stephen Harper qui ne cesse ses outrages à la loi d'accès à l'information et au droit des députés.es fédéraux d'être informés. Je nomme ce dernier, non pas parce qu'il est Conservateur, ne nous méprenons pas, un conservateur démocrate c'est possible il n'y a qu'à se souvenir de Joe Clark. Pourquoi ajouter Harper? C'est qu'il est déjà un dictateur en pratique. ( 08 ) Si la démocratie participative vous semble lourde il faudrait au moins tenter de la vivre, de l'améliorer par votre participation.

Vous ne savez pas par où commencer? Essayez donc un regroupement de citoyens et citoyennes de votre quartier. Vous ne serez pas perdu et vous verrez, vous aurez prise sur des décisions vous concernant.

À moins que votre égo vous empêche de participer. Si vous avez le sentiment de savoir tout ce qui est bon pour les autres, essayez de le réaliser et laissez ceux qui ne pensent pas comme vous s'exprimer, comme les jeunes étudiants et étudiantes «carrés rouges» qui tentaient d'inventer leur genre de démocratie.

Bonne patience avec vous-même

Source: Publié et traduit par Venezuela infos. Le texte original en espagnol : Los Consejos Comunales como expresión de la Democracia Participativa

Commentaire, choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 3 juin 2015

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

À Saillans en France, les 1 199 habitants ont tous été élus!

Les journalistes dénoncent le contrôle de l'information de Stephen Harper, premier ministre du Canada

Analyses & Opinions à propos du Système démocratique

 
   L'arbre "samán" est un patrimoine national du Venezuela et ne peut être coupé sans permis de l’Institut National des Parcs et du corps de pompiers