La Banque Nationale: Coupable!
Conflit d'intérêts: télévision RDI et le magazine Protégez-vous
Les deux défendent leur indépendance mais collaborent avec le fraudeur

Par Marie-Ève Fournier
Pour Rue Frontenac
Publié le 17 septembre 2010

Commentaire de JosPublic

Le nouveau site d’éducation financière de la Banque Nationale, jecomprends.ca, n’est pas le fruit d’un soudain élan philanthropique. Il fait plutôt partie d’une amende de 75 M$ imposée à l’institution financière par l’Autorité des marchés financiers (AMF), à la suite de la saga entourant les PCAA (papiers commerciaux adossés à des actifs - ce qui a foutu en l'air des millions pour la Caisse de dépôt et placement du Québec).

«On a fait la démonstration que la Banque Nationale, dans l’histoire du papier commercial, avait été en possession d’informations qui n’ont pas été transmises rapidement et concrètement aux investisseurs», résume le porte-parole de l’AMF, Sylvain Théberge.

De plus, on a reproché à l’institution financière d’avoir continué d’acheter ou de vendre du PCAA «sans mettre en place des processus de conformité appropriés pour évaluer l’impact de ces enjeux».

Selon cette entente à l’amiable dévoilée en décembre 2009, la Banque Nationale a versé un montant de 70 M$ à l’AMF, en plus d’un autre million pour couvrir les frais d’enquête. L’institution financière s’était aussi engagée à verser 4M$ dans une campagne d’éducation financière «au cours des deux prochaines années». C’est cette somme qui est utilisée pour jecomprends.ca.

Le contenu bilingue sera rédigé par deux rédacteurs, de même que divers universitaires, RDI et le magazine Protégez-vous.

 

La télé publique doit demeurer au-dessus de tout soupçon!

Contacté par Rue Frontenac, le porte-parole de Radio-Canada, Marc Pichette, a indiqué que l’entente avec jecomprends.ca permettra à RDI de «faire la promotion de son émission RDI Économie» et de «montrer son expertise» dans le domaine des finances. «C’est une entente de collaboration au contenu dans le cadre d’une entente commerciale avec la Banque Nationale. La Banque est un annonceur à RDI.» Autrement dit, il s’agit d’un échange de services: des textes en échange de temps d’antenne. (Note de JoPulic:  L’expertise de la télévision de Radio-Canada RDI en économie c'est du bidon. Jamais ils n’ont pu avertir les téléspectateurs de la situation des PCAA avant que des journalistes spécialisés de d'autres médias commencent à éventer l'affaire. À part de traduire des communiqués de presse et faire des entrevues après le coup, c'est pas fort!)

«Il y a suffisamment de promotions croisées dans le privé qu’à mon avis, le public devrait se tenir à l’écart de ça, question de demeurer au-dessus de tout soupçon», commente le titulaire de la Chaire de recherche en éthique du journalisme de l’Université d’Ottawa, Marc-François Bernier. À son avis, l’entente entre RDI et la Banque Nationale suscite des «doutes» qui ne rendent pas service à l’organisation.

«Il ne faudrait pas que Radio-Canada s’associe à des compagnies privées. Surtout quand il s’agit d’informations aussi sensibles que les informations économiques, ajoute l’universitaire. Ça soulève des suspicions et ce n’est pas bon pour l’image de la SRC. Mais c’est bon pour la crédibilité de la banque!»

Marc Pichette rétorque que RDI demeurera totalement indépendant face à l’actualité financière. «Si l’actualité met la Banque Nationale sur la sellette pour x raisons, cela ne nous empêchera pas d’en témoigner», dit-il, ajoutant qu’aucun «journaliste précis» n’est associé à cette collaboration, ce qui était «très important».

Moyen additionnel d’éduquer les consommateurs

Du côté du magazine Protégez-vous, on soutient là aussi que l’entente ne pose aucun problème sur la neutralité de son contenu. «Ce n’est pas parce qu’on fait des partenariats qu’on perd notre indépendance», affirme David Clerk, directeur général des Éditions Protégez-Vous. Il cite l’exemple d’un article sur les «viniers», qui furent tous jugés négativement… même si la SAQ achète de la publicité dans les pages du mensuel.

Pour la publication, dont le mandat est d’éduquer les consommateurs, jecomprends.ca est «une plateforme supplémentaire pour rejoindre les gens», fait valoir M. Clerk, qui a cru comprendre que l’AMF se gardait un droit de regard sur le site afin que ça ne devienne pas une entreprise commerciale.

À l’AMF, le porte-parole a seulement indiqué «qu’une démonstration devra être faite» quant à l’utilisation des 4 M$.

Selon François Bernier, «une organisation (Protégez-vous) qui est là pour les consommateurs devrait se tenir loin d’une compagnie qui vend des trucs. On ne peut pas être des deux bords en même temps».

«Je ne comprends pas que Protégez-vous accepte de jouer ce jeu-là», conclut le spécialiste de l’éthique journalistique.

Commentaire de JosPublic:

Pourquoi cet argent qui servira à un site internet bidon que personne ne consultera, n'aurait pas servi à rembourser les organismes qui ont perdu de l'argent à cause de l'attitude de la Banque Nationale? Pourquoi le président de la banque qui a permis cette mystification est absout de toute pénalité personnelle! Mystère et boule de gomme! Est-ce à cause de la loi sur les compagnies qui protège les voleurs cravatés? C'est vrai que les tribunaux sont très occupés à savoir si maître Bellemare a écrit avec un stylo bleu ou vert... Honte à l'ensemble de la magistrature. Ne serions nous pas en pleine dictature de l’économisme.