La gouvernance intègre
Quand Jean Charest évoque Theodore Roosevelt

Par Jean-Claude Leclerc
Enseigne le journalisme à l'Université de Montréal
Pour le journal Le Devoir
Québec - Canada
Publié le
17 mai 2010


M. Jean Charest
Premier ministre du Québec

Gouvernance, intégrité, collusion, conflit d'intérêts, Roosevelt, Jean Charest, PLQ, juges

Poussé dans ses derniers retranchements, le premier ministre du Québec et chef du Parti libéral a évoqué nul autre que Theodore Roosevelt, pour donner un caractère héroïque aux blessures politiques qu'il ne peut plus cacher. L'érudition de Jean Charest aura peut-être impressionné les maires de l'Union des municipalités. Mais d'autres citations du 26e président des États-Unis auraient sans doute mieux éclairé la déconfiture morale qui afflige le cabinet provincial.

Certes, le chef libéral ne se trompe guère quand il trouve qu'actuellement «tout est devenu doutes et soupçons». Attaqué de partout, il se place stoïquement au-dessus de ses critiques. Le vrai mérite, a-t-il dit, appartient à qui descend dans l'arène, le visage «couvert de sueur, de poussière et de sang», se bat vaillamment, «erre parfois», et commet «maintes et maintes fautes». Du grand Roosevelt. Mais son idole avait surtout livré de vraies batailles, à la guerre comme en politique.

D'abord élu à la Législature de l'État de New York, Roosevelt s'est tôt illustré, note l'historien G. E. Mowry, comme un ennemi de la corruption et un ami de la bonne gouvernance. Il n'avait pas craint de s'en prendre ouvertement aux liens de la police de la métropole avec le crime organisé. Devenu président, Theodore Roosevelt ne fut pas un réformateur radical, mais le grand mouvement d'alors pour nettoyer la corruption municipale et favoriser le gouvernement honnête aura eu son entier appui.

Les puissances d'argent

En politique étrangère, on lui attribue le mot: «Parle doucement, mais porte un gros bâton.» Pourtant, ni l'Espagne qu'il combattit à Cuba, ni aucune des puissances européennes auxquelles il interdit les Amériques n'était à ses yeux la plus grande menace aux libertés américaines. C'est ici que les spin doctors de Jean Charest se sont trompés. S'ils avaient relu le cinquième message annuel de Roosevelt à Washington, ils auraient vu que le pire ennemi pour un pays vient d'abord des puissances d'argent qui en corrompent les gouvernants.

Citation: «Toutes les contributions d'entreprises à n'importe quel comité politique ou pour n'importe quel but politique devraient être interdites par la loi. On ne devrait pas permettre à leurs directeurs d'employer l'argent des actionnaires à de telles fins. Une prohibition de cette nature serait de loin un moyen efficace d'arrêter les maux que visent les fauteurs de corruption.» Aujourd'hui au Canada, des dons de compagnies aux partis aboutissent rarement dans le portefeuille d'un chef politique, mais aux États-Unis de Roosevelt, pareille contribution eût été tenue en horreur.

Poursuivons, au cas où les moeurs libérales du Québec inciteraient des premiers magistrats de la province ou des solliciteurs politiques de la scène fédérale à prendre goût aux contributions de grandes sociétés. «Tant à Washington que dans les États, ajoutait Roosevelt, les législateurs devraient interdire à tout représentant d'une entreprise non seulement d'en employer de l'argent pour une élection, mais aussi en rapport avec toute loi, sauf le recours à un juriste rendant en public des services distinctement juridiques.»

Les États-Unis n'ont pas suivi le conseil de Roosevelt. Une loi y régit le lobbying, il est vrai, mais l'argent de grandes sociétés, y compris d'entreprises médiatiques, pèse lourd dans les décisions politiques et les lois du pays. Au Québec, un René Lévesque avait mis fin à cette pratique «coloniale» de financement partisan. Et un Jean Chrétien a suivi son exemple, des décennies plus tard, à Ottawa. Mais apparemment, même une loi comme en rêvait Roosevelt n'aura pas suffi à éliminer au Québec cette source de corruption.

Indignation populaire

Les Québécois, en tout cas, ne semblent pas d'humeur à tolérer un retour aux moeurs qui ont déjà gangrené la vie publique dans leur province. Pendant que le premier ministre Charest tente désespérément d'échapper au discrédit qui le frappe — lui d'abord, mais aussi la classe politique —, le désordre causé par le pouvoir parallèle de l'argent se répand. Ainsi, même des policiers et des procureurs de l'État ne se gênent plus pour s'en prendre ouvertement au patron de leur ministère.

Ni les enquêtes de la Sûreté du Québec ou les vérifications du Directeur des élections ni un futur code d'éthique ou même le départ d'un ministre, rien n'a pu apaiser l'indignation populaire et, sans doute aussi, la dépression au sein des services où nombre de cadres et d'employés souffrent du laxisme ambiant.

Il est maintenant question de remaniement ministériel. La mesure paraîtra aussi tardive qu'insuffisante.

À quoi bon un autre cabinet, diront en effet maints citoyens, si la faiblesse tient avant tout au chef du gouvernement? Même la grande enquête que réclame l'opinion générale ne suffirait probablement plus à redonner confiance dans l'administration publique.

Une éventuelle enquête, il est vrai, permettra un jour de savoir quels individus et entreprises ont contourné les lois et obtenu des avantages indus de la part de l'État. Mais point n'est besoin d'inquisition pour découvrir dans les coffres du Parti libéral ces contributions illégitimes dont plus d'un ministre a reconnu l'existence. Les «donateurs» se seront amplement remboursés, depuis, à même les contrats publics qu'ils ont ainsi obtenus. Mais les «dons» au parti ne sont pas, sauf erreur, cachés aux Bahamas.

Faudra-t-il donc attendre un nouveau chef pour que les libéraux en fassent restitution?
Gouvernance, intégrité, collusion, conflit d'intérêts, Roosevelt, Jean Charest, PLQ, juges