Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Société - Fiche Vision du monde - Analyses

Le blues de l'instituteur
Un slam de GRAND CORPS MALADE

 

Source: Grand Corps Malade
Texte extrait de l'album "Enfant de la ville"

 

Choix de photos, mise en page et références : JosPublic
Publication : 26 mai 2012

 

Allez entrez les enfants et arrêtez de vous chamailler
Avancez dans le calme je sais que vous êtes capables
Asseyez-vous tranquillement, chacun sa place, ça y'est
Écoutez-moi mais ce matin, n'ouvrez pas vos cartables
On va pas faire de grammaire, de géométrie, de conjugaison
On parlera pas de complément d'objet et encore moins de Pythagore
Ce matin, pas de contrôle et personne n'aura raison
Aujourd'hui, aucune note et personne n'aura tort.

Les enfants, expliquez-moi, moi je ne comprends plus rien
Pourquoi tant d'injustices, de souffrances et de malheurs
Hier soir, une fois de trop, j'ai allumé la télévision
Sur les coups de 20 heures, c'était les informations
Et tout à coup dans la pièce s'est produit comme une invasion
De pleurs et de douleurs, c'était pire qu'une agression
Hier soir, l'actualité comptait beaucoup plus de morts
Que de cheveux sur le crâne de Patrick Poivre d'Arvor
Et c'est comme ça tous les jours un peu partout sur terre
Je crois qu'il fait pas bon vivre au 3ième millénaire
Comme aux pires heures de l'histoire des hommes se font la guerre
Des soldats s'entretuent sans même savoir pourquoi
S'ils s'étaient mieux connus ils pourraient être frères
Mais leurs présidents se sentaient les plus forts c'est comme ça
Et puis il y a toutes ces religions qui prônent chacune l'amour
Et qui fabriquent de la haine, des assassins, des terroristes
Pour telle ou telle croyance, des innocents meurent chaque jour
Tout ça au nom de dieu, on sait même pas s'il existe

Les enfants, désolé, on vous laisse l'humain en sale état
Il faut que vous le sachiez alors aujourd'hui j'essaie
Les certitudes des grandes personnes provoquent parfois des dégâts
En fait l'adulte est un grand enfant qui croit qu'il sait
J'ai mal au ventre les enfants quand je vois l'argent mis dans les armes
Dans les fusées, les sous-marins et dans les porte-avions
Pendant que des peuples entiers manquent d'eau comme nos yeux manquent de larmes
Et voient leurs fils et leurs filles mourir de malnutrition
Apparemment la nature elle-même a du mal à se nourrir
Les hommes ont pollué l'air et même pourri la pluie
Quand il y aura plus d'eau nulle part, faudra garder le sourire
Et même l'odeur des forêts sera tombée dans l'oubli

Les enfants, vous savez ce que c'est des ressources naturelles ?
Si vous savez pas c'est pas grave, de toute façon y'en a presque plus
Les mots "humain" et "gaspillage" sont des synonymes éternels
L'écologie à l'école serait pas une matière superflue

Les enfants, désolé, on vous laisse la terre en sale état
Et bientôt sur notre planète on va se sentir à l'étroit
Gardez vos doutes, vous seuls pourrez nous sortir de là
L'enfant est un petit adulte qui sait qu'il croit
Ben alors les enfants vous êtes bien sages tout à coup
J'ai un peu cassé l'ambiance mais je voulais pas vous faire peur
Ce que je veux vous faire comprendre c'est que je compte sur vous
Ne suivez pas notre exemple et promettez-moi un monde meilleur

Allez les enfants, c'est déjà l'heure de la récréation
Allez courir dans la cour, défoulez-vous, profitez-en
Criez même si vous le voulez, vous avez ma permission
Mais surtout couvrez-vous bien, dehors il y a du vent.

 

Ci-dessous: textes en lien direct avec le sujet

Dis pas du mal des riches
 Bernard Lavilliers

...et pendant ce temps Desjardins chantait...

Analyses & Opinions