Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Société - Héros & Héroïnes - Edward Snowden

Edward Snowden: bio-politico-judiciaire au fil du temps

2020

 
 
 
 

5 septembre 2020
Edward Snowden : " C’est l’idée même de liberté qui est en jeu "

Étudiants, professeurs, citoyens, ils sont “venus” du monde entier pour l’interroger, via Internet, dans le grand amphithéâtre du Bard College de l’État de New York É.-U.   Pendant deux heures, depuis Moscou, avec un souci de la chose publique qui force l’admiration, il a alors répondu à toutes les questions, dont celles de Martin Legros, de Philosophie magazine. 

J’entends dire : « Je m’en fiche car je n’ai rien à cacher. »   Mais la vie privée n’est pas quelque chose qu’on a à cacher, c’est un espace que l’on peut perdre.  C’est un lieu sûr où on a le droit d’agir, de penser et d’échanger sans que chaque idée et chaque mot prononcé soient traqués, contrôlés ou enregistrés. 

Des informations sur la vie privée de citoyens sont aujourd’hui interceptées, agrégées, stockées de façon intrusive et à une échelle jamais vue.  Jusqu’ici, les gouvernements justifiaient l’intrusion au titre de l’exception.  Ils disaient :  « Pour enquêter sur les activités criminelles, nous nous octroyons le droit d’empiéter sur les droits de l’individu, pour le bien de la société. »   Mais c’était encadré par des garde-fous, des contrôles judiciaires individualisés.  Il était stipulé que, si l’on empiétait sur les droits des individus, ce n’était pas à eux de démontrer devant le tribunal qu’ils n’avaient rien à cacher.  Car on n’a pas à justifier ses droits.  Voilà ce que je voulais dire en me référant à la notion philosophique de « droit naturel ». 

Pour plus de détails
Source: sur meteopolitique.com

 
 

2 septembre 2020
Edward Snowden avait raison et la NSA espionnait illégalement les États-Uniens

La cour d’appel des États-Unis pour le neuvième circuit vient de juger que les écoutes massives de la population par la NSA réalisées au début des années 2000 étaient totalement illégales.  Des écoutes qui avaient été rendues publiques par le lanceur d’alerte Edward Snowden (lui-même ancien employé de l’agence).

Dans une décision rendue mercredi le 2 septembre 2020, la cour d’appel états-unienne a déclaré que le programme qui recueillait secrètement des millions de relevés téléphoniques sans mandat violait la loi sur la surveillance des renseignements étrangers (Foreign Intelligence Surveillance Act de 1978) et pouvait avoir été inconstitutionnel.

Edward Snowden a rapidement réagi à cette décision de justice déjà historique :  « Il y a sept ans, alors que la presse déclarait que j’étais inculpé en tant que criminel pour avoir révélé la vérité, je n’avais pas imaginé que je verrais de mon vivant une cour condamner les activités de la NSA et les déclarer illégales, et dans le même verdict me donner du crédit pour les avoir dénoncées.  Et maintenant, ce jour est arrivé ».

Pour plus de détails
Source: sur meteopolitique.com

 

 

22 octobre 2020
Edward Snowden reçoit le permis de résidence permanente en Russie

L’ex-consultant du renseignement et lanceur d’alerte états-uniens Edward Snowden, recherché par Washington, a obtenu un titre de résident permanent en Russie où il est réfugié depuis 2013, a annoncé son avocat, jeudi le 22 octobre 2020. 

« Les services de migration de la Russie ont donné aujourd’hui à Snowden le titre de résident permanent », a déclaré à l’agence de presse Interfax Anatoli Koutcherena, l’avocat de l’ex-employé de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA).

M. Koutcherena a confirmé à l’AFP que son permis de séjour avait été prolongé pour une durée indéfinie et précisé que cela avait été rendu possible grâce à de récents changements à la loi russe sur l’immigration.

La demande avait été déposée en avril 2020, mais son examen a été retardé en raison de la pandémie de coronavirus, a-t-il ajouté.

Edward Snowden bénéficiait jusqu’alors d’un premier droit d’asile d’un an, puis d’un permis de résidence de trois ans, prolongé en 2017.

En août 2020, le président américain Donald Trump a indiqué qu’il allait « jeter un oeil » sur une possible grâce d’Edward Snowden, qui est inculpé d’ « espionnage » dans son pays et encours jusqu’à 30 ans de prison.

Edward Snowden, privé de son passeport états-uniens sur demande de Washington, s’était retrouvé à Moscou en mai 2013 après y être arrivé depuis Hong Kong et dans l’intention de trouver refuge en Amérique latine.  Il s’était finalement retrouvé bloqué en Russie, où il a obtenu l’asile.

Source: Agence France Presse financée par la République de France

 

2019

 

17 novembre 2019
Le livre : "Mémoires vives" d'Edward Snowden présenté par le philosophe Normand Baillargeon

 

Le 24 septembre 2019, Edward Snowden
a publié ses mémoires.

Le livre "Mémoires vives"  est l’histoire extraordinaire d’un garçon brillant qui a grandi « En ligne » - d’un homme devenu un espion, un lanceur d’alerte, et, en exil, la conscience de l’Internet.  Porté par une passion sans faille pour la vérité, et une inébranlable sincérité, "Mémoires vives" est un témoignage exceptionnel, appelé à devenir un classique de notre temps.   Le lanceur d’alerte le plus célèbre du monde (avec Julian Assange) dévoile ses trucs dans "Mémoires vives". Son poste et ses compétences l’autorisaient à lire les données des systèmes sophistiqués de surveillance planétaire aux noms attirants pour des geeks, du genre « Cavalier de nuit » (Midnightrider).   Ces informations triées ont ensuite été transférées sur de vieux PC.  Quand un patron lui a demandé pourquoi il avait besoin de ces « antiquités », il a tout simplement répondu qu’il s’en servait « pour voler des secrets », et tous les deux ont rigolé.

Pour plus de détails
Source: sur meteopolitique.com

2018

2 décembre 2018
L'effet de l'action de Snowden: la fin de l'espionnage en vrac des citoyens et citoyennes états-uniens

 

La fin de la collecte en vrac est un programme modeste mais une réelle victoire pour nous tous et Edward Snowden, l'ex-employé sous-traitant dénonciateur de la NSA.

Edward Snowden a fourni des preuves de l'existence de ce programme à Laura Poitras, journaliste et cinéaste et à Glenn Greenwald, journaliste d'enquête co-fondateur du magazine d'enquête en ligne l'Intercept.  Le premier article publié de Greenwald basé sur les documents divulgués par Snowden, fut publié le 6 juin 2013 et portait justement sur le programme de collecte de données en vrac.

Edward Snowden était un contractuel pour l'agence d'espionnage des États-Unis, la NSA. Il a découvert des programmes d'espionnage de la vie privée d'honnêtes citoyens et citoyennes et décidé de rendre le tout public au détriment de sa qualité de vie.

Aujourd'hui il vit en exil sans perspective de pouvoir rentrer chez lui.   Pourtant s'il a été alerteur c'est qu'il voulait pour ses compatriotes un gouvernement ouvert, honnête et probe, qui certes traque les terroristes, mais pas au détriment de la vie privée de la population en général.   La question se pose pour le Canada.  WikiLeaks a dévoilé que le Canada faisait de même, mais de là à savoir si cela a toujours cours, c'est une autre affaire.

 Pour plus de détails - sur meteopolitique.com

 

2014

Laura Poitras, cinéaste et recherchiste

 

 

5 mai 2014
La rencontre de Laura Poitras avec Edward Snowden

 

La passion et l'intention de Snowden - nous ne savions pas que c'était Edward J. Snowden à l'époque - étaient palpables.

En avril 2013, la cinéaste Poitras courriella au journaliste Greenwald pour lui dire que c'était nécessaire de se parler face à face.  Greenwald s'adonnait à être aux États-Unis pour une conférence dans une banlieue de la ville de New York, et ils se rencontrèrent dans le lobby de son hôtel.  "Elle était très prudente," se souvient Greenwald.  "Elle insista pour que je n'apporte pas mon téléphone cellulaire, à cause de la capacité du gouvernement d'écouter des conversations même quand le cellulaire est fermé. Elle avait imprimé le courriel sur papier, et je me souviens en le lisant avoir senti intuitivement que tout cela était réel. "

Greenwald installa le logiciel d'encryptons et commença à communiquer avec l'étranger.  Leur travail était organisé comme une opération d'espionnage, et Poitras en était le cerveau.  Snowden a commencé à fournir des documents aux deux journalistes.  Poitras ne voulait pas me dire quand il commença à lui envoyer des documents; elle ne veut pas donner ce genre d'information qui pourrait tomber aux mains du gouvernement qui pourrait être utilisée dans un procès contre Snowden ou elle-même.  Il dit aussi qu'il était prêt à les rencontrer.  Lorsque Poitras demanda si elle devait faire des plans pour conduire vers leur rencontre ou prendre le train, Snowden lui dit de prendre l'avion.

Pour plus de détails - sur meteopolitique.com

2013

 En 2013, une jeune homme de 29 ans, Edward Snowden, surprend le monde entier en révélant que le gouvernement des États-Unis poursuivait le projet secret de collecter toutes nos conversations téléphoniques, nos textos et nos emails.  L'objectif étant de construire un système sans précédent de surveillance de masse capable de s’infiltrer dans la vie privée de chaque personne sur la planète.  Six ans plus tard, Snowden révèle pour la première fois comment il a participé à la construction de ce système et ce qui l’a conduit à le dénoncer.

 
 

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références, titrage et traduction par : JosPublic
Publication : 24 octobre 2020

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet: