Retour à :  MétéoPolitique  Plan du site  -  Grippe A (H1N1)-Porcine/Mexicaine  -  Ce qu'en disent les élus.es  -  M Bernard DRAINVILLE

Distribution de doses de vaccin contre la grippe A (H1N1) au Canada

Question de M. Bernard DRAINVILLE
Député provincial du comté de Marie-Victorin
Assemblée nationale. Journal des débats. Période des questions des députés.es. Cahier Vol. 41 N° 70

5 novembre 2009

 

M. Drainville: Merci, M. le Président. M. le Président, selon le journal Globe and Mail, des centaines de milliers de doses de vaccin dormiraient dans des entrepôts au pays. Le gouvernement fédéral blâme les provinces, qui n'auraient pas été prêtes à vacciner. M. le Président, il y a actuellement, au Québec, des milliers et des milliers de personnes qui attendent d'être vaccinées, dont des enfants malades et des femmes enceintes.

M. le Président, est-ce que le ministre de la Santé confirme qu'il y a des dizaines, sinon des centaines de milliers de doses de vaccin qui dorment actuellement dans des entrepôts du gouvernement du Québec?

Le Président: M. le ministre de la Santé et des Services sociaux.

M. Yves Bolduc

M. Bolduc: M. le Président, si on réfère au même article, le Québec a donné entre 700 000 et 800 000 doses. L'Ontario, une population de 11 millions par rapport à 7,7 millions, a donné seulement 322 000 doses. Le Québec en a donné beaucoup plus qu'ailleurs...

Des voix: ...

M. Bolduc: Le Québec en a donné beaucoup plus qu'ailleurs...

Des voix: ...

Le Président: S'il vous plaît! S'il vous plaît! La question a été posée, et on va aller à la réponse, mais je vous rappelle qu'on ne peut pas interpeller après qu'on a commencé à répondre à la question. M. le ministre, la parole.

M. Bolduc: Le député de Marie-Victorin devrait être fier qu'on est meilleurs qu'ailleurs. Il faut le démontrer. On est meilleurs qu'ailleurs, on a donné plus de doses parce qu'on est mieux organisés, parce qu'on a des centres de vaccination massive. Ça, c'est la première réponse.

La deuxième, on donne pratiquement les doses au fur et à mesure, sauf à Montréal actuellement, où on va récupérer au cours des prochains jours, parce que Montréal avait plus de travailleurs de la santé à vacciner.

Nous autres, notre objectif, c'est: quand on reçoit les doses, dans la semaine qui suit ils vont tous être donnés. La différence de chiffres, il faut l'expliquer comme il faut: quand on reçoit nos vaccins, il faut les réempaqueter, les distribuer, et ça prend cinq à sept jours. Mais le Québec est deux fois meilleur que dans les autres provinces.

n (10 h 20) n

Le Président: M. le député de Marie-Victorin.

M. Bernard Drainville

M. Drainville: M. le Président, le fédéral dit que le Québec a reçu jusqu'à maintenant 1,5 million de doses de vaccin. La Santé publique du Québec dit que 800 000 vaccins auront été administrés d'ici dimanche. Ça nous laisse avec une différence de 700 000 doses.

Est-ce que le ministre confirme le chiffre de 700 000 doses? Et, si ne n'est pas 700 000 doses qui sont dans les entrepôts, c'est combien?

Le Président: M. le ministre de la Santé et des Services sociaux.

M. Yves Bolduc

M. Bolduc: M. le Président, le Québec a reçu 430 000 doses il y a trois semaines, 430 000 doses il y a deux semaines, 430 000 doses au début de la semaine. Donc, si vous partez avec le principe des sept jours que ça nous prend pour être capables de les envoyer dans les bons endroits, faire vacciner les gens, la semaine prochaine on va donner les 430 000 doses qu'on a reçues cette semaine. C'est un délai extrêmement court, compte tenu que c'est un produit très sensible au froid et qu'on doit respecter les critères de qualité. J'espère que le député de Marie-Victorin ne voudra pas qu'on aille à... qu'on brise la qualité pour aller plus vite.

Le Président: M. le député de Marie-Victorin, en deuxième complémentaire.

M. Bernard Drainville

M. Drainville: Il n'a pas répondu à la question. Je vais le laisser avec les journalistes, M. le Président. Pendant ce temps, on apprend qu'il n'y a pas juste les...

Des voix: ...

Le Président: S'il vous plaît! S'il vous plaît! S'il vous plaît! Je veux entendre la question qui est posée. M. le député de Marie-Victorin.

M. Drainville: Pendant ce temps, on apprend qu'il n'y a pas juste les détenus de la prison de Valleyfield qui ont été vaccinés avant leur tour. Des détenus des prisons de Bordeaux, Rivière-des-Prairies, Saint-Jérôme et Québec auraient également reçu le vaccin avant leur tour. Hier, il blâmait les autres pour cette erreur de Valleyfield.

M. le Président, comment le ministre peut-il expliquer que des détenus soient vaccinés, alors que des enfants malades et des femmes enceintes attendent toujours leur tour pour le vaccin?

Le Président: M. le ministre de la Santé et des Services sociaux.

M. Yves Bolduc

M. Bolduc: M. le Président, on a reconnu hier que d'avoir vacciné des détenus avant les clientèles normales était une erreur, et on le reconnaît encore, et on a corrigé la situation. On a donné la consigne hier que les détenus ne soient pas vaccinés, sauf s'ils sont dans les groupes vulnérables. Ils sont des citoyens comme tout le monde.

L'autre élément, par contre, j'aimerais faire remarquer au député de Marie-Victorin ― il nous sort des cas particuliers ― on est la plus grande manoeuvre de vaccination qu'il n'y a jamais eu au monde. C'est normal qu'il y ait des ajustements à faire en cours de route, et on les fait. Mais, plutôt que de déblatérer contre notre système de santé, il devrait plutôt s'associer avec nous autres pour réconforter la population, les rassurer et nous aider à améliorer, plutôt que de toujours critiquer.