Retour à :  MétéoPolitique  Plan du site  -  Grippe A (H1N1)-Porcine/Mexicaine  -  Ce qu'en disent les élus.es  -  M Bernard DRAINVILLE

Distribution de doses de vaccin contre la grippe A (H1N1) au Canada

Réponse de M Bernard DRAINVILLE
Député provincial du comté de Marie-Victorin
Assemblée nationale du Québec. Journal des débats. Questions et réponses orales - Vol. 41 N° 67
29 octobre 2009

M. Drainville: M. le Président, hier, la chef de l'opposition a donné l'occasion au premier ministre de rassurer la population au sujet de la grippe A (H1N1). Résultat: Les cas augmentent, l'inquiétude aussi; L'inquiétude gagne les enseignants; La peur s'installe; L'inquiétude grandit; Ruée vers le vaccin à Gatineau ― le centre de vaccination était fermé après une heure; Les policiers...

n (11 heures) n

Des voix: ...

Le Président: S'il vous plaît! M. le député.

Des voix: ...

Le Président: S'il vous plaît! S'il vous plaît! Effectivement, il faut être capable d'entendre la question qui est posée pour y répondre. M. le député de Marie-Victorin.

M. Drainville: Les policiers interviennent pour disperser une foule qui voulait se faire vacciner. Seulement 17 000 doses dans la région de Québec; Serons-nous vaccinés à temps?

M. le Président, pour être vacciné à temps, encore faut-il qu'il y ait assez de vaccins disponibles. Alors, ma question pour le ministre de la Santé: Combien de vaccins le Québec a-t-il reçus de Santé Canada jusqu'à maintenant?

Le Président: M. le ministre de la Santé et des Services sociaux.

M. Yves Bolduc

M. Bolduc: M. le Président, dans un premier temps, je demanderais à l'opposition de ne pas faire paniquer la population pour rien. On peut rassurer la population. Le danger, c'est justement... c'est qu'il y a des gens qui prennent des tribunes et donnent de la mauvaise information.

Le Québec est engagé dans la plus grande opération jamais vue au niveau de la santé, pas seulement le Québec, le Canada et le monde entier. C'est du jamais-vu. Nous sommes très bien préparés. C'est le message, je pense, qu'il faut donner à la population: nous sommes très bien préparés. La vaccination se fait actuellement à peu près partout de façon très, très correcte et fonctionne très bien. Quelques endroits ont été en difficulté, on a corrigé, dont, entre autres, Gatineau, où aujourd'hui on va augmenter le nombre de personnes qui vont pouvoir vacciner, et demain on va avoir un deuxième endroit où ça va être ouvert. C'est tellement une grande opération que c'est certain qu'il y a des ajustements à être faits, et on va les faire.

Pour ce qu'il s'agit de la vaccination, du nombre de vaccins, on reçoit notre prorata de vaccins, c'est-à-dire: le 23 % de notre population reçoit les vaccins de la part de la compagnie Glaxo. La répartition se fait de façon équitable, environ 400 000 doses actuellement...

Le Président: En terminant.

M. Bolduc: ...au fur et à mesure de la fabrication.

Le Président: En question complémentaire, M. le député de Marie-Victorin.

M. Bernard Drainville

M. Drainville: M. le Président, le ministre nous confirme que le Québec a reçu 400 000 doses. Or, Santé Canada a distribué 6 millions de doses jusqu'à maintenant. Alors, 400 000 sur 6 millions, ça fait 7 % du total, alors que le Québec représente 23 % de la population.

Est-ce que le ministre de la Santé peut nous expliquer comment il se fait que le Québec n'ait reçu que 7 % des doses de vaccin jusqu'à maintenant, alors que la population québécoise représente 23 % de la population canadienne?

Le Président: M. le ministre de la Santé et des Services sociaux.

M. Yves Bolduc

M. Bolduc: La façon de le calculer: on reçoit 400 000 doses par semaine, on a reçu déjà 400 000 doses la semaine dernière, cette semaine on reçoit un autre 400 000 doses. On reçoit notre proportion de vaccins. Il ne peut pas faire des calculs aussi simples que ça.

Je rassure la population, je rassure la population, on reçoit notre 23 %, et, la façon dont c'est distribué, c'est distribué de façon équitable pour toute la population du Québec, dans lequel... toute la population du Canada, dans lequel le Québec reçoit sa juste part. Il faut que ce soit correct. S'il vous plaît, ne dites pas de faussetés à la population. Les gens, il faut les rassurer, il faut les rassurer. Et là-dessus je tiendrais à faire un message très clair: actuellement, tout le réseau de la santé, nos travailleurs, ils sont à l'ouvrage...

Le Président: En terminant.

M. Bolduc: ...ils essaient de donner les meilleurs services possible à notre population. Il ne faut pas dire de faussetés.