Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Santé - Fiche: Grippe A (H1N1) - Regard sur la grippe

Grippe H1N1 : Réunion d'experts en avril pour évaluer la réponse à la pandémie

Par l'Agence France Presse et Santé Log
Publié le 29 mars 2010
Source Organisation mondiale de la santé


 

Conseiller spécial de l'OMS pour les grippes pandémiques Keiji Fukuda

GENÈVE — Un comité d'experts chargé d'évaluer la gestion par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses pays membres de la pandémie de grippe H1N1, critiquée par certains, doit se réunir en avril 2010 à Genève, a annoncé l'OMS.

"La première réunion aura lieu du 12 au 14 avril 2010", a déclaré le conseiller spécial de l'OMS pour les grippes pandémiques Keiji Fukuda à la presse à Genève.

Le comité, composé de 29 experts choisis par l'OMS parmi ceux proposés par ses 193 pays membres, va lui-même définir les sujets à aborder dans le cadre d'une évaluation "approfondie et élargie", a-t-il précisé.

La réponse de l'OMS et de ses 193 membres à la grippe H1N1, déclarée pandémie en juin 2009 et qui a fait 16.931 morts confirmés par des tests en laboratoire en un an, "a montré que nous avons encore beaucoup de choses à apprendre sur comment faire mieux", a reconnu le docteur Fukuda.

"Par exemple, comment on reçoit l'information, comment on communique, comment on fait en sorte que les gens comprennent les risques, quels mots utiliser, qu'est-ce qu'on appelle une pandémie", a-t-il expliqué. "Il y a des domaines dans lesquels il nous faudra continuer à nous améliorer", a-t-il dit en estimant qu'il faudrait à l'avenir "moins de confusion".

L'évaluation "portera sur le niveau de préparation et la réponse à la grippe pandémique actuelle et examinera aussi le fonctionnement du règlement sanitaire international", le texte qui régit la prévention et la réponse à apporter aux crises sanitaires à l'échelle mondiale, a-t-il précisé.

L'OMS est accusée par certains membres du Conseil de l'Europe, qui a créé une commission d'enquête, d'avoir exagéré la menace de la pandémie sous la pression des laboratoires pharmaceutiques, ce qui mettrait sa crédibilité en péril.

La commission d'enquête du Conseil de l'Europe devait dans ce cadre auditionner à Paris des scientifiques et hommes politiques sceptiques quant à la gestion de la pandémie, comme la ministre polonaise de la Santé Ewa Kopacz qui n'a pas commandé de vaccins, contrairement à ce que recommandait l'OMS.

"Très importante", la question de la vaccination sera examinée par les experts du comité. "Je ne vois pas comment ils pourraient ne pas l'aborder", a estimé le Dr Fukuda.

Après que l'OMS eut recommandé la vaccination contre le virus H1N1, les gouvernements, soucieux de protéger leur population d'une pandémie qui réveillait le spectre des ravages de la grippe espagnole de 1918, avaient commandé des vaccins par millions.

Une grande partie de ces stocks n'a pas été utilisée, la population ayant boudé les campagnes de vaccination.

Un premier rapport intermédiaire du comité d'experts sera remis à la direction générale de l'OMS avant l'assemblée annuelle de l'organisation en mai. Le rapport final est attendu pour l'assemblée suivante, en mai 2011.

C’est le Dr. Keiji Fukuda, conseiller pour la grippe A/H1N1 auprès Directeur général de l’OMS pour la grippe H1N1 qui vient d’annoncer la réunion prochaine et très attendue d’un Comité d’experts chargé d’auditer la gestion de la pandémie par l’Organisation mondiale. Une OMS mise en cause par différents gouvernements, experts et par l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l’Europe. Margaret Chan s’était engagée à cette expertise, mais une fois l’annonce officielle du passage du pic pandémique effectuée.  

Le Dr. Fukuda avait lui-même répondu aux accusations avancées contre la gestion pandémique de l’OMS, le 19 janvier 2010, et avait affirmé que l'Organisation commanderait bien à des experts indépendants une évaluation de sa gestion de la pandémie. Il avait alors admis que certains des experts de l'OMS collaborent également avec l'Industrie mais avait affirmé que l'OMS n'en a jamais subi l'influence. On comprend donc ici difficilement que l’OMS puisse sélectionner les experts de ce nouveau Comité d’évaluation ».  

Pêcher par excès de prudence…Le Dr Margaret Chan, lors du précédent Comité de direction de l’OMS, en janvier dernier, avait reconnu que la tendance des fonctionnaires face à une telle situation est presque toujours de pécher par excès de prudence : « Au cours de toute urgence de santé publique, les autorités sanitaires doivent arrêter des décisions d'urgence, souvent dans un climat d'incertitude scientifique considérable. Compte tenu de notre devoir de sauvegarder la santé publique, la tendance des fonctionnaires face à une telle situation est presque toujours de pécher par excès de prudence ».

Ce Comité aura donc, pour mission d’actualiser le Plan de lutte contre une pandémie ultérieure et le Règlement sanitaire international (RSI) à la lumière de la pandémie 2009. «  Tirer des leçons de notre gestion pour analyser ce qui a été fait, en bien et en mal, comment s'améliorer et comment travailler plus rapidement", sont dans cette perspective d’évaluation, les objectifs énoncés de l’OMS. 

Un premier rapport intermédiaire du comité d'experts devrait être remis à la direction générale de l'OMS avant l'assemblée annuelle en mai avec un rapport final disponible en mai 2011…

  Pour faire parvenir ce texte à d'autres :