L'ABC du système de notation des agences financières

Agence France Presse (AFP)
Publié le 28 avril 2010

 

Les trois grandes agences internationales de notation financière - Standard & Poor's, Fitch et Moody's - évaluent la solvabilité des États ou des entreprises et leur risque de non-remboursement.

Elles attribuent ainsi des notes sur la qualité de la dette de ces entités, à court et à long terme, cette dernière étant en général la plus surveillée. La notation s'échelonne de AAA, la meilleure, à D, pour défaut, en passant par une dizaines d'échelons intermédiaires, type «+» ou «-» ou «1» ou «2» que l'on ajoute à la note. Ainsi on retrouve des notations du type AA+, A-, Aa2, etc, ce qui permet des classifications plus fines des différents emprunteurs.

De manière générale, les notations peuvent être scindées en deux grandes catégories, celle «Investissement» ou «High Grade» contenant les notes comprises de AAA à BBB et celle dite «spéculative» pour les notes inférieures.

Catégorie investissement

AAA ou Aaa: note réservée aux émetteurs solides au risque de non remboursement quasi nul. La qualité de la signature est la meilleure possible.

Aa ou AA: note attribuée aux émetteurs de haute qualité et fiables.

A: note pour les émetteurs de bonne qualité qui sont toutefois susceptibles d'être affectés par des changements de situation économique.

Baa ou BBB: note réservée aux émetteurs dont la solvabilité est moyenne, mais en mesure de faire face à leurs obligations.

Catégorie spéculative

Ba ou BB: note attribuée à des émetteurs présentant des caractéristiques spéculatives, et qui ne sont pas sûrs de faire face à leurs engagements sur le long terme.

B: note pour les émetteurs dont la probabilité de remboursement est incertaine sur le long terme.

Caa ou CCC : Note attribuée à des émetteurs spéculatifs pour lesquels le non-remboursement semble probable sur le long terme.

Ca ou CC: Note attribuée à un émetteur à caractère hautement spéculatif, à l'orée du défaut de paiement

C ou D: Note attribuée à des émetteurs en défaut de paiement

Deux critères servent à calculer la capacité d'un État ou d'une entreprise à faire face à sa dette: son niveau d'endettement total et les flux d'argent reçus chaque année, permettant de rembourser une fraction de cette dette.

La notation d'un État est donc estimée en prenant en compte son Produit Intérieur Brut (PIB) - l'ensemble des richesses produites dans le pays -, son endettement et ses recettes fiscales.

Concernant les entreprises, le chiffre d'affaires est plus imprévisible et si les actifs valent à peine plus que sa dette, on dit qu'il lui reste peu de fonds propres, ce qui peut peser sur la notation.