Retour à :  Plan du site - MétéoPolitique - Fiche: Économie & Finance

 

Après avoir détruit RONA, l’États-Unienne Lowe’s s’affaire à détruire les syndicats

Lowe's annonce qu'il embauche quelqu'un pour diriger une équipe d'enquêteurs antisyndicaux afin de garder les magasins «libres de syndicats». Les experts du monde des affaires et des relations de travail confirment que la rhétorique antisyndicale en des termes francs dans les offres d’emploi est rare et «surprenante» au Canada.

26 octobre 2019

Michel GIRARD

Michel Girard chroniqueur économique: À quand un mea culpa des spoliateurs de RONA?

RONA est en pleine... déconstruction.  Des mises à pied par-ci, des fermetures de magasins par-là, des grands boss limogés, des fournisseurs inquiets, des postes transférés à l’étranger, des compressions budgétaires à gauche et à droite, une dévaluation du tiers de la valeur de la compagnie, un siège social de plus en plus transformé en banale succursale...

17 octobre 2019

Michael Sabia et le Parti Libéral du Québec principaux responsables du fiasco RONA

Voici les plus récentes informations sur le Dossier RONA. Promesses contractuelles, attrition de personnel, fermeture de magasins, destruction d'expertise québécoise, cupidité, incompétence, idéologie économique magique. Sommes toute, une expérience de plus qui devrait nous inviter à changer ou faire changer notre approche économique du vivre en société.

 8 octobre 2019
Dr Couillard, Jacques Daoust, Dominique Anglade et Michael Sabia avaient tort sur toute la ligne  

Michel GIRARD

 

RONA passe au «cash»: une chronique financière de Michel Girard

La multinationale américaine Lowe’s en arrache avec notre ancien fleuron de la quincaillerie, RONA, qu’elle a acquis en 2016 pour la rondelette somme de 3,2 milliards de dollars.

Ça va mal au point où Lowe’s a dû radier 1 milliard $ au chapitre de la valeur de son investissement dans le groupe RONA, aujourd’hui intégré au sein de Lowe’s Canada.

Plus d’une vingtaine de magasins corporatifs RONA ont fermé leurs portes. De plus en plus de quincailleries affiliées à RONA ont quitté la multinationale Lowe’s au bénéfice d’autres groupes totalement québécois.

« Le secteur est en pleine consolidation dans toute l’Amérique du Nord. RONA n’était pas très bien positionnée. La meilleure façon de protéger notre capital était de déposer nos actions », avait déclaré Michael Sabia.  C’est lui qui a donné l’aval à Lowe’s pour déposer son offre d’achat sur RONA, en 2016.

Et selon la ministre de l’Économie à l’époque, Dominique Anglade, la transaction s’annonçait « bénéfique » pour le Québec.

15 novembre 2018

Dans un livre-choc, l’ex-PDG de RONA, Robert Dutton, se vide le cœur pour le Québec inc.

Mettez-vous à la place de Robert Dutton. Se faire mettre à la porte de «son» entreprise après 35 années de loyaux services, dont 20 à titre de président et chef de la direction, c’est à la fois blessant et révoltant.

La blessure est d’autant plus grande lorsque vous découvrez que votre départ avait en fait pour finalité de permettre aux gros actionnaires, dont la Caisse de dépôt et placement du Québec ( CDPDQ), de faire la piastre en vendant l’entreprise à une multinationale américaine.  Farouche défenseur d’un Québec inc. qui protège ses sièges sociaux, l’ex-grand patron de RONA, Robert Dutton, ne voulait rien savoir des offres d’acquisition de Lowe’s.

Et si, au lieu d'être avalé par le géant américain Lowe's, le fleuron québécois Rona s'était plutôt porté acquéreur de la division canadienne de son rival?  Ce scénario aurait bel et bien été envisagé lors d'une rencontre entre les grands patrons des deux entreprises dans un restaurant du Vieux-Montréal en 2011

12 novembre 2018

Les vrais prédateurs de RONA

Une vente avec la complicité de ses dirigeants, souligne Michel Hébert chroniqueur au Journal de Montréal/Québec, le 4 février 2016.   Ça vaut la peine de le citer celui-là, le patron Robert Chevrier: «Nous croyons que le moment est venu de franchir cette nouvelle étape.»   Quelle étape?   Celle de gonfler extraordinairement la fortune des actionnaires?  Il faudrait plutôt lire: «C’est le moment d’abandonner ceux qui ont fait notre succès, c’est le moment de passer à la caisse.»    Cette transaction fait bien sûr le bonheur des dirigeants.

5 novembre 2018

La petite et grande histoire de la vente de Rona en 2016 - Sur MétéoPolitique

L'histoire débute à Montréal, en juillet 2011.   Robert Niblock, président de Lowe's, rencontre Robert Dutton, alors président de Rona.   Le géant américain admet qu'il n'a pas réussi son implantation au pays (depuis 2007) et qu'il a mal compris le marché canadien.   Il demande ce qu'il est possible de faire ensemble pour contrer les aléas du marché actuel.   À l'époque, la chute importante des mises en chantier provoque une baisse des ventes et des profits des détaillants en rénovation

20 août 2016

Jacques DAOUST

 

Jacques Daoust, député et ministre du gouvernement du Dr Couillard a menti, il est intervenu pour faire vendre les actions de Rona

Même si son chef de cabinet a autorisé la vente des actions que l'État québécois détenait dans RONA, le ministre Jacques Daoust persiste à dire qu'il n'en savait rien.   Pourtant ce dernier a rencontré les membres du conseil d'administration d'Investissement Québec le jour de leur décision de liquider une position dans le capital du détaillant Rona, indiquent des documents rendus publics.  

De plus dans un courriel de novembre 2014, le vice-président d’Investissement Québec, Jean-Jacques Carrier a demandé au chef de cabinet Pierre Ouellet si le ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations (MEIE) était «en accord avec cette vente».   Ce à quoi le chef de cabinet de M. Daoust a répondu «Ok», après un délai de quelques heures.  

Jacques Daoust nie avoir été mis au courant de la vente des actions du quincailler que possédait Investissement Québec depuis des mois.   Devant l'imbroglio créé par les différentes versions de la situation le Premier ministre Dr Couillard n'a pas renouvelé sa confiance au ministre. 

10 février 2016

 

La vente de RONA: une trahison québécoise ?

Y-a-t-il eu trahison comme certains l'affirment?   Est-ce que RONA est une entreprise dont la propriété est québécoise?   Et si oui à quel degré ? Si le consommateur québécois n'achète qu'en fonction du prix du produit pourquoi devrait-on s'inquiéter de la propriété d'une entreprise en d'autres lieux ?   Devrait-on se soucier du placotage d'un peuple qui ne comprend pas qu'acheter un marteau fabriqué au Québec nous rend tous plus riches que d'acheter un marteau fait ailleurs ?   Voici quelques éléments de réponses dans le cadre de la transaction entre Lowe's et les principaux propriétaires de RONA Inc.: Invesco et la Caisse de dépôt et placement du Québec.

9 février 2016

Les propriétaires et administrateurs de Rona inc. avant la vente à Lowe's - Sur MétéoPolitique

24 février 2013

 

Ça rénove chez votre quincaillier RONA, mais sans le dédié Robert Dutton

2013, une année de contraste où un pape mauvais PDG ne voulait pas être pape et un bon PDG chez RONA songeait à être prêtre! Voilà des éléments d'une saga qui pourrait faire un bon polar. Le quincaillier Lowe's l'états-unien est hostile à RONA la québécoise. La Caisse de dépôt et placement du Québec est hostile à Lowe's, et les hauts dirigeants des deux compagnies vont faire la passe sur le dos d'un mythique PDG. Une saga où la finance détruit l'économie réelle.

4 février 2013

Robert Dutton ex-PDG de RONA se vide de le cœur - Sur La Presse

Robert Dutton affirme avoir vécu une année d'enfer avant d'être finalement congédié de son poste de PDG de Rona, en novembre dernier. La menace d'une prise de contrôle hostile du géant états-unien Lowe's l'a progressivement isolé de son conseil d'administration et il estime avoir été sacrifié pour calmer les actionnaires institutionnels mécontents qui s'apprêtaient à lancer une guerre de sollicitations pour renverser la direction en place.

14 septembre 2012

Pierre PIOTTE
Fils du co-fondateur de RONA

 

Le fils du cofondateur de RONA, toujours à l'oeuvre dans une RONA du quartier Rosemont à Montréal

À 80 ans, Pierre Piotte le fils de Napoléon Piotte est toujours à l’œuvre à la succursale Rona Climatisation Beaubien, sur la rue Beaubien Est, près du boulevard Saint-Michel.  

Sa gentillesse et sa vaste expérience lui valent l’estime de son patron et l’attachement de la clientèle.  

Loin de lui l’idée de pavaner ou de se montrer prétentieux. Et pourtant, Pierre Piotte est le fils d’un bâtisseur québécois qui a fait sa marque dans le commerce de détail : nul autre que Napoléon Piotte, cofondateur de l’empire RONA.  

Rencontre avec un homme sympathique, toujours passionné par le service à la clientèle.

Source: Journal Rue Masson

hiver 2007

Robert Dutton et Rona

Revue Gestion, volume 31, numéro 4, hiver 2007 Sous les projecteurs par Laurence Prud'homme, Jacqueline Cardinal et Laurent Lapierre

 

Histoire de RONA l'entreprise québécoise

Retour à :  Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Économie et Finance - Haut de page