Retour à : Plan du site -  Entrée de MétéoPolitique - Société - Communication - Regard sur l'information

Élections à la ville de Québec - 3 novembre 2013
Québecor et Radio X: rumeur de magouille dans la campagne électorale

La propriété de plusieurs médias entre les mains d'une seule personne mène à des aberrations qui fausse le jeux démocratique, surtout lorsque des gens d'affaires veulent protéger leur futures ou présents investissements. Nous verrons ici comment les noms de Labeaume, Radio X et le Journal de Québec jouent le jeu avec Pierre-Karl Péladeau.      - JosPublic

 

Texte par Philippe MARTIN
du blogue la Clique du Plateau

Rumeur

Une rumeur veut que Québecor serait sur le point d’acheter Radio X. Si l’entente n’est pas encore signée, on peut dire que théoriquement c’est fait depuis un méchant bout. Le moment exact? Lorsque Québecor a voulu construire un amphithéâtre à Québec.

Du hockey à Québec + Radio X = joie. Pourquoi on dit que l’entente est réglée depuis longtemps? Parce que certains animateurs de Radio X (Jérome Landry, Denis Gravel et Dominic Maurais) sont devenus, comme par magie, chroniqueurs au Journal de Québec. Tu parles à la radio, alors t’es capable d’écrire dans un journal voyons!

Certains sont commentateurs à l’émission de Richard Martineau ou bien de Mario Dumont. Martineau parle à l’émission de Dominic Maurais, etc… Vous voyez, quand on parle de convergence, tout peut se mélanger; viens à mon show, vais aller au tien, on va parler des mêmes affaires et on va frapper sur les mêmes personnes.

Alors qu’est-ce qui arrive lorsque t’anime une émission de radio et que t’écris dans un des deux principaux journaux à Québec? Et oui, sans grande surprise, il y a beaucoup de « on peut lire ce matin un excellent article dans le Journal de Québec » ou bien « avez-vous vu la une du Journal de Québec ce matin » et bizarrement on aime bien varger sur le journal Soleil, compétiteur direct du Journal de Québec. Évidemment, on aime tout à coup les émissions de TVA, genre La Voix… 

Cette « entente » est encore plus évidente avec ce qui s’est passé dernièrement aux élections de la ville de Québec.

David Lemelin
est un "no-name" (inconnu) de Démocratie Québec qui affrontait Régis Labeaume, chouchou des animateurs matin de Radio X et du Journal de Québec.

Bonne chance Lemelin!

Bref, David Lemelin a débattu contre Labeaume le 20 Octobre 2013; Karine Gagnon du Journal de Québec pose une question à Labeaume, genre quelle était sa vision du futur amphithéâtre, et Labeaume qui continue de baiser les pieds de Péladeau y est allé d’une grande dissertation sur la beauté de Québecor, etc…

Et c’est là, à la fin de cette immense pub faite par Labeaume, que Lemelin a dit, sur un ton baveux: «C’était une entrevue Québecor.»

Ouch!, qu’elle était bien placée!

Devant les autres journalistes… imaginez le malaise.  Juste au bon moment, Lemelin avait dit en 4 mots ce dont bien du monde, à part les lecteurs du Journal de Québec et auditeurs de Radio X, s’est rendu compte au sujet de Québecor et Labeaume.

Évidemment, Karine Gagnon n’a vraiment pas aimé ça, faut dire que c’est dur pour l’ego. Elle a écrit un article là-dessus et elle est allée en parler à la radio. Question quiz maintenant: devinez à quel animateur de radio et à quelle station elle a fait ça?

Hé oui, elle était en entrevue au Show du matin de Denis Gravel et Jérome Landry à Radio X!

C’est-tu pas beau ça?

Voir si les deux animateurs allaient la challenger; c’est une collège de travail du Journal de Québec, car les 2, rappelons-le, écrivent dans le Journal. Faque, on s’est amusé en choeur à taper sur Lemelin: « Comment Lemelin a-t-il oser s’attaquer à notre employeur? » Certain de ces animateurs vont dire que jamais personne ne leur a dit quoi écrire dans le journal. Oui peut-être, mais vous avez été engagé parce que vous parlez comme l’empire Québecor. Vous en pensez quoi?

Représailles

Cependant, il y a un prix à payer pour s’attaquer à Québecor, David Lemelin l’a appris à ses dépens. Le Journal de Québec, le vendredi 1er novembre 2013, soit 2 jours avant l’élection, a sorti sa bombe contre lui. Une vieille histoire de violence conjugale (genre une claque dans la face) qui date de, tenez-vous bien, 20 ans. Le mec a eu son pardon, son ex ne lui en veut pas… une erreur de jeunesse quoi!

Imaginez à CHOI comment on s’affolait face à cette histoire! Un gars qui se présente à la mairie est batteur de femme toé… Lemelin était déjà à terre, alors on l’a achevé encore plus.

Plusieurs demanderont à la Clique: mais Clique, si c’était Labeaume, le coach de l’Avalanche (Patrick Roy) ou un candidat Conservateur qui avait été impliqué dans une histoire de violence conjugale est-ce qu’on en aurait parlé à CHOI autant? Bonne question les amis… mais a-t-on vraiment besoin d’y répondre?


Complot

Pierre-Karl Péladeau et Régis Labeaume

Plusieurs parlent d’un complot contre Lemelin.

Pas nécessairement, car Labeaume était certain de gagner ses élections.

C’est surtout sur le fait que Labeaume devait avoir un mandat fort et c’est là, que la stratégie Québecor/Choi Fm a fonctionné à merveille.

C’est là que ça peut ressembler à un complot, car t’as plein d’évènements qui arrivent en même temps, de médias « différents », avant une date fixe.

Tsé quand tout fitte ensemble.

Si vous pensez que c’est un hasard qu’on sorte l’histoire de violence conjugale à 2 jours de l’élection c’est que vous êtes épouvantablement naïfs, la Clique a pitié de vous si c’est le cas.

C’est quand même quelque chose!

Source: La Clique du Plateau pour Philippe Martin

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 5 novembre 2013

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet: