Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Société - Communication - L'art de communiquer

Belle journée en perspective

Belle journée en perspective, un temps radieux est annoncé, plein soleil.  Plus de détails après les nouvelles…  D’un élan, j’éteins la radio.  Quelle heure est-il?  Bon sang, encore en retard pour le boulot.  J’ai le corps et l’esprit dans la mélasse.

Je bouge sous les draps pour me débourber, me réveiller.  Rien à faire, l’esprit reste collé, le cœur n’y est pas.  Le corps lui se lève, titube et s’occupe aux ablutions matinales, le café fera le reste.

Un coup de téléphone pour annoncer à ma collègue mon arrivée, sous peu… enfin, le temps que j’effectue le long trajet qui mène aux portes de mon employeur.

J’habite le Bois de Boulogne à l’extrême nord de la ville et les bureaux sont à l’extrême sud, en plein centre-ville.  Depuis 3 ans déjà, j’apprends à aimer Montréal pour ce qu’elle est, une grande île cosmopolite avec des quartiers bordés d’arbres et de parcs, alors que d’autres souffrent d’insolation sous l’édification de béton et de ciment.

Heureusement, le système de transport en commun est efficace, à chaque évasion vers différents quartiers le métro me dépose et me ramène avec à son bord les effluves annonciateurs du secteur.  À chaque voyage dans les périmètres de la ville, mon esprit se libère des cancans régionaux sur la ville de Montréal. 

Bon, 8 h 30, le temps de me rendre à l’arrêt d’autobus qui me mènera au métro, j’arriverai vers 9 h 30 à mon travail.  Je n’avais pas compté que les horaires du transport changeaient à ces heures.  Tant mieux, j’évite la cohue des heures de pointe pour jouir de la tranquillité et des espaces libres pour m’asseoir.

Je prends le dernier wagon à Henri-Bourassa, il est vide.  Les autres sont légèrement occupés.  L’esprit serein, j’entreprends de lire mon bouquin quand, à l’arrêt suivant, une dame, septuagénaire à mine réjouie, s’impose dans mon habitacle et pousse l’audace de s’asseoir à côté de moi, histoire de jaser un peu.  Déçue je range le bouquin dans mon sac.  Elle me raconte sa vie de religieuse chez les Dames du Sacré-Cœur.  Ses mots sont fleuris, son verbe joyeux.  Impossible de ne pas sourire et d’être inattentive, j’ai l’impression de parler à ma grand-mère.  La même corpulence, les mêmes yeux bleus pétillants et malicieux, la chevelure blanche, jusqu’à la façon dont elle ponctue ses récits d’une pression de sa main sur mon genou.  Je lui exprime leur ressemblance, elle rit et me raconte les secrets immuables de la vie avant de sortir six arrêts plus loin.  

Elle m’a rendue joyeuse, légère.  À ma sortie, métro place Ville-Marie, j’aperçois une cabine téléphonique. L’envie soudaine me prend de téléphoner à Gracia, ma grand-mère, lui raconter ma rencontre d’un sosie qui, comme elle, a une dévotion au Sacré-Cœur, aime rire et faire plaisir.

Ai-je assez de monnaie pour un court interurbain?  Affirmatif, me confirme la réceptionniste de Bell. 

Il est 10 heures à l’horloge du hall, je suis en retard.  Je prends le temps.  Il est si précieux, ce temps, surtout lorsqu’une pensée d’amour jaillit. 

Au bout du fil, j’attends la connexion.  Le son sobre et répétitif du timbre d’un téléphone engagé me désappointe ;  je ne peux plus tarder, je me dirige vers le bureau.

Je lui téléphonerai ce soir donc. 

La journée passe comme passe la monotonie dans une vie, sans éclat, sans heurt.  De retour à l’appartement, la clef à peine enfoncée dans la serrure, j’entends la sonnerie familière et je m’empresse de décrocher.  Mon père.

« Allo, papa! C’est chouette que tu m’appelles. J’arrive tout juste de travailler. »

«  Écoute, chérie, assieds-toi… J’ai une nouvelle importante à t’apprendre.  Ta grand-mère est morte aujourd’hui.  »

….

« À quelle heure?... »

« À 10 heures.»

 

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 10 septembre 2020

Source : La feuille d'hêtre

Sylvianne

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

Grand Corps Malade

Bernard Lavilliers

 

Le blues de l'instituteur

Faits divers

L'art de communiquer

Retour à :  Plan du site- Entrée de MétéoPolitique - Société - Communication - L'art de communiquer - Haut de page