Retour à : Plan du site -  Entrée de MétéoPolitique - Temps des fêtes au Québec

Un Noël politiquement correct

C’était la veille de Noël et le Père Noël était dévasté…

Comment vivre dans un monde politiquement correct?

Ses travailleurs ne répondaient plus au qualificatif de
lutins, ils exigeaient d’être définis comme des personnes verticalement désavantagées.  De plus, les conditions de travail au pôle Nord furent qualifiées d'«étouffeuses d'âme» par le Syndicat des fées. 

Sans grande réaction publique, quatre rennes avaient été relâchés dans la nature par l’association « Pour une société plus humaine»

L’égalité en emploi n’était plus un enjeu et il devenait évident que le Père Noël devait employer d'autres postulants que des rennes pour tirer son traîneau.  Alors Danseur, Tonnerre, Comète et Cupidon furent remplacés par quatre cochons. Vous imaginez bien que l'allure du traditionnel traîneau du Père Noël avait un "look" déjanté.

Lors de la dernière distribution de cadeaux, des millions d'utilisateurs de téléphone intelligent se plaignirent aux policiers d'un bruit de traîneau sur le toit de leur maison.  D'autres intentèrent un recours collectif pour faire payer, par la multinationale «Santa Claus and Joust Incorporated» nouveau propriétaire des moyens de transport de tout l'occident, les quelques éraflures au bardeau de couverture que les patins du traîneau de Noël auraient faites.

Vraiment ridicule! Le traîneau ne passe qu'un soir par année et il est muni de la nouvelle technologie de l'apesanteur créative, telle que développée par les nouveaux salons ésotériques.

Sans compter que les skis du traîneau ont été retirés, les ornières qu'ils occasionnaient étaient jugées dangereuses par le ministère de l’Environnement et de la Santé et Sécurité des Citoyens et Citoyennes (MESSCC).

La fumée secondaire provenant de la pipe du Père Noël a été dénoncée par ses travailleurs et travailleuses qui ont porté plainte contre la qualité de l'air ambiant.  Les radios poubelles, les diffuseurs de haine en "streaming", c'est-à-dire en continu, ne tarissaient pas de commentaires désopilants quant à la couleur blanche de la fourrure du costume du Père Noël. Elles la qualifièrent de décoration de sans génie, conçue par de "grands talents". C'était grossier au point de se demander si elles étaient financées par la passionaria des phoques, Brigitte Bardot?

Pour bien comprendre l’état des us et coutumes du temps, Rudolph le renne au nez rouge poursuivait en justice, invoquant le droit d'auteur, ceux qui utilisaient son appendice à des fins commerciales. D'ailleurs à cause des particules fines de la pollution de l'air, ce phare nasal devenait de moins en moins éclatant dans la nuit.  Une rumeur prétendait qu'il serait invité à «Tout le monde en parle » pour dénoncer, devant la nation, le Ministère de la compensation des accidentés du travail qui lui refuse les millions de $ qui lui seraient dus, selon ses évaluations.

Alors que la moitié des rennes avait déjà quitté le Père Noël, sa femme déclara soudainement en avoir assez de cette vie, rejoignit un groupe d’entraide, fit ses bagages et s’enfuit, exigeant qu'on ne l'appelle plus Mère Noël, mais Madame Noël.

Que dire de la notion de cadeau! Pauvre Père Noël, il n'aurait jamais imaginé que le simple fait d'en faire un pouvait causer une telle commotion!

Rien en cuir, rien en fourrure;
Rien de
«genré»;
Rien à cibler, rien à tirer;
Rien  de criard ou de bruyant;
Rien qui ne put être lié spécifiquement au sexe;
Rien à propos de la guerre ou du pacifisme;
Pas de bonbons, ni rien de sucré qui ne put être mauvais pour les dents;
Rien qui ne put embellir la vérité;
Pas de baseball, pas de football, quelqu’un pourrait se blesser;
De plus, les sports exposaient les enfants au contact de la terre;
Offrir une poupée était qualifié de sexiste;
et les jeux vidéo pouvaient pourrir l’entièreté du cerveau!

Les contes de fées… pas encore proscrits comme l'étaient Ken et Barbie, c'était préférable de les cacher. Manifestement ils soulevaient les passions chez les psychologues qui affirmaient que les seuls bons cadeaux étaient écologiques.

 
 

Alors le Père Noël était planté là, désorienté et perplexe.

Que faire à l'avenir ? Il tenta d’être joyeux et gai, mais il admit que ce siècle n'était pas son meilleur entre tous!

Son sac d'étrennes vide traînait flasque sur le sol. Hélas! Rien à la ronde de vraiment totalement acceptable ne répondait à tous les critères décriés.

Il avait un urgent besoin de quelque chose de spécial, un cadeau à donner à tous et chacun, sans heurter les susceptibilités ni à gauche ni à droite, ni au nord ni au sud, ni à l'est ni à l'ouest.  Un cadeau qui pourrait satisfaire, sans compromis tous les groupes de personnes dans toutes les nations, dans toutes les religions, dans toutes les armées.  Chaque race, chaque condition sociale, tous et chacun …même vous !

Alors voilà ce cadeau hors de prix…

 

«Puissiez-vous jouir de la paix sur terre»  -  «Puissiez-vous jouir de la paix sur terre»  -  «Puissiez-vous jouir de la paix sur terre»

 

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 13 décembre 2015

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

 
Aurore boréale sur les glaces du Pôle Nord