Retour à : Plan du site -  Entrée de MétéoPolitique - Temps des fêtes au Québec

Noël: colonisateur pour les intérêts commerciaux de l'Occident
Respecter les chrétiens tout en se respectant soi-même

Noël vient de passer. Que nous l'ayons vécu comme participant ou spectateur, il est un événement incontournable à cause de la jonction entre une fête religieuse et une activité commerçante.  Si la question de la fête ne fait pas débat au Québec c'est que la majorité des Québécois sont chrétiens.  Je n'ai pas dit pratiquants, mais selon Statistique Canada la majorité canadienne est chrétienne.  Tout de même la question doit se poser, mais pourquoi donc fêter Noël si on est pas chrétien?   De plus en plus de gens cherchent à vivre leur vie en conformité avec leurs croyances, qu'elles soient religieuses ou laïques

Devant les gros sabots des commerçants, certains pays ont même commencé à prévenir leurs fonctionnaires que la neutralité de l'État envers la religion oblige à beaucoup de retenue devant les fêtes religieuses qui ne doivent pas être fêtées par l'État.  À cet égard nous prendrons ici l'exemple de la Chine qui reconnaît le droit à la pratique religieuse mais qui depuis 2014 a donné un grand coup pour protéger sa culture philosophique laïque et socialisante face à l'envahissement du commerce religieux.  Il me semble qu'ici ou ailleurs, pour respecter les chrétiens et leurs fêtes, il faudrait commencer par se respecter soi-même et cesser de fêter ce qui ne nous concerne pas.
                                                                                                  
- André Bouthillier

 
 
 

La contradiction d'un ex-chrétien

 
 

Tout en regardant l'arbre de Noël qui décore mon salon depuis le 20 décembre 2017, je me rends bien compte que je vis une contradiction flagrante entre mes opinions et mon besoin que je qualifierais, dans ce cas, de nostalgique. 

Facile à identifier ce besoin puisque du plus loin que je me souvienne, nous vivions mes parents et moi au troisième étage d'un quadruplex à Montréal dans le quartier Ville-Émard.  Le logement était constitué de trois appartements, une cuisine, une chambre et un salon sans séparation.  Je couchais dans ce salon où trônait l'arbre de Noël décoré de lumières que l'on surnommait des glouglous.  Je m'endormais tous les soirs du temps des fêtes devant ce monument de féérie. J'étais loin de me questionner sur le sens de ce que je vivais.

Les glouglous étaient une lumière en forme de chandelle dans un réceptacle transparent lumineux.  Dans le réceptacle la chandelle de verre contenait du mercure.  Dès que le globe se réchauffait, le mercure faisait des bulles dans le tube, ce qui m'émerveillait.  Je crois que c'était vers 1946.  L'image est restée indélébile et ce sapin que je reproduis avec les lumières toujours fonctionnelles léguées par mes parents est le dernier lien que j'ai avec la chrétienté et la fête de Noël de mon enfance.

 

 

Ayant assumé ma laïcité en allant jusqu'à signer les papiers nécessaires à mon apostasie de la religion chrétienne-catholique, il me reste cet élément de Noël qui ne m'embarrasse point car j'ai appris avec les années à faire la part des choses intangibles qui nous rendent heureux et les leçons de la vie qui nous rendent la vie en société plus facile.

Contrairement au premier ministre du Canada, un ignare qui n'a aucun respect pour les chrétiens catholiques.  Je le dis et j'en ai pour preuve cette photo où notre premier sinistre célèbre la fête de l'Halloween en se déguisant en "superman états-unien" en plein parlement canadien.

Il ne sait probablement pas que cette fête arrivée avec les angleterriens-protestants en terre française-catholique était une soirée où on se moquait des catholiques à la veille de leur fête de "La Toussaint", une fête consacrée à honorer la mémoire des morts et des saints martyrs. (Angleterre: souvent tué par des protestants)

Le politiquement correct de plusieurs encyclopédies a fait disparaître diverses manifestations des luttes entre protestants et catholiques dont cette facette méprisante de l'histoire.  Cependant, on apprend sur Wikipédia que l'Église catholique a même tenté de transformer le nom de la fête pour inviter les protestants à célébrer la Toussaint.

À l'instar de ce commentaire, il faut comprendre qu'une fête religieuse concerne une intention attachée aux croyances.  Célébrer le Mardi Gras notamment, consiste à festoyer avant le Carême, pratique que certaines communautés francophones au Canada pratiquent encore.

Ci-dessus, l'inclusif, multiculturel et inculte premier ministre "bobo" du Canada, Mini-Pet Trudeau, s'étant déguisé pour fêter l'Halloween, dans l'enceinte du Parlement canadien, le 30 octobre 2017.                    

Mais le "Mardi Gras" a aussi été récupéré par d'autres personnes avec d'autres intentions reliées à des particularités personnelles, plus insidieusement commerciales.

Il faut s'attendre à ce que le changement d'attitude des chrétiens ou catholiques qui ne pratiquent plus les rites de leur religion, amène les employeurs à reconsidérer les congés payés, désormais inadaptés aux pratiques religieuses de la majorité.

Au Québec plusieurs conventions collectives verront disparaître les congés de la veille de Noël, de Noël et du lendemain de Noël, le lundi de Pâques (d'autres encore comme les congés à l'Annonciation, Vendredi saint, Action de grâce, etc.).   Le jour de l'An souvent considéré comme une fête laïque, n'est en fait qu'une récupération de l'Église chrétienne qui en profite pour célébrer le Calendrier de Denys le Petit pour consacrer l'année de la naissance du Christ chrétien comme étant l'an un.  Ce qui explique, encore aujourd'hui lorsqu'on parle d'histoire on dit l'an 300 avant Jésus-Christ ou 100 ans après Jésus-Christ.  Nous en sommes maintenant à 2017 apr. J.-C.. Il n'existe pas de calendrier laïc en Occident.  Certaines Églises orthodoxes, les hébreux (juifs) n'ont pas changé leur calendrier, pas plus que les Chinois.

Pour éviter que les marchands, qui réalisent le tiers de leurs chiffres d'affaires à Noël, fassent faillite, il faudrait revenir à la tradition des cadeaux au Jour de l'An.  Au Québec, appelés "étrennes", ces cadeaux signifiaient pour le peuple québécois (sans retourner à l'étymologie du mot) des vêtements que l'on étrennait (porter une première fois) à partir du Jour de l'an. 

Passons maintenant de l'individu au débat mondial que mènent les antimondialistes culturelle qui ramène à l'histoire, aux racines et à la nation. Voyons comment cela se passe en Chine. 

 

Des étudiants de premier cycle de la province du Hunan dans un spectacle anti-Noël

 
 

Le Parti communiste chinois suggère à ses membres de ne pas célébrer Noël
qualifié de fête de l'humiliation

 
 

Le mouvement contre les fêtes occidentales a émergé il y a une dizaine d'années, et a été dirigé par un groupe contemporain d'érudits confucéens contre “l'invasion culturelle occidentale”.  Récemment, le président chinois Xi Jinping a fait sienne cette idée d'un renouveau culturel national.    Des bureaux provinciaux du Parti communiste chinois ont publié des avis interdisant à leurs membres de célébrer des fêtes occidentales : la Saint-Valentin, Pâques, le 1er avril, Halloween et, plus récemment, Noël.

En prévision de cette période des fêtes, les médias ont également reçu pour consigne de ne rapporter aucune information liée à Noël, une célébration que le parti estime être un rappel malvenu de l'humiliation historique de la Chine par l'Occident.

En janvier 2017, le Bureau général du Comité central du PCC et le Conseil d'État ont conjointement publié une importante note intitulée “Suggestions pour la mise en œuvre de projets visant à promouvoir et développer l'excellence de la culture traditionnelle chinoise”.    La note décrit un projet de renouveau culturel combinant les valeurs confucéennes avec le système politique à parti unique, dans le but de reconstruire la fierté culturelle du peuple chinois.

Cette année, la campagne anti-Noël a été marquée par la diffusion dun article qui présente l'histoire des invasions militaires occidentales en Chine durant les Première et Seconde Guerres mondiales, arguant que Noël est une fête qui représente l'humiliation chinoise.

L'article définit la célébration de Noël comme une pratique religieuse :

平安夜、圣诞节等,这些带有浓郁宗教色彩的西方节日,因其特殊的文化底蕴和异域风情,加之一些机构和个人的极力推介,越来越受到中国一些年轻人的追捧,商家也借机造势,营造气氛,吸引消费者,洋节的社会影响是越来越大,让许多民族节日相形见拙。
年轻人爱标新立异,追赶时髦,商人在商言商,借洋节赚钱,这都可以理解。但一些党员干部也参与其中,糊里糊涂过洋节,这就是政治修养问题了。
这些影响大的洋节,基本上都有宗教背景,是宗教信仰的一部分。

Si un athée célèbre des fêtes religieuses, sa croyance est incohérente.  De plus, les fêtes sont l'incarnation de la valeur d'une culture nationale. Chaque nationalité a son patrimoine de fêtes qui rassemble la nation.

Si une nationalité tient tellement à célébrer les fêtes d'autres nations, le phénomène est révélateur d'une invasion culturelle grave.  Si les membres du parti et les fonctionnaires ne sont pas conscients de cela, ils ont perdu leur sensibilité politique et leur sens du progrès.

L'article rappelle l'histoire de l'Alliance des huit nations (fr) pour faire valoir que Noël est une fête de l'humiliation chinoise.  L'alliance militaire internationale a été formée en réaction au mouvement des Boxers de 1899-1900 en Chine.  Appuyés par le gouvernement de la dynastie Qing, les Boxers ont attaqué et tué des missionnaires étrangers, des nationaux et des chrétiens chinois dans le nord de la Chine.  Les heurts ont conduit à l'invasion, à l'occupation et au pillage de Pékin en 1900.

En dehors du Japon, tous les pays ont le christianisme comme religion nationale. […] La propagation du christianisme en Chine pendant la guerre est marquée par le mot “humiliation”.  Noël est une fête célébrée par les chrétiens et, par conséquent, c'est une blessure du peuple chinois.  Elle ne convient pas au peuple chinois. Nous ne devons pas oublier l'histoire humiliante de notre pays.

 

Boutique où l'on vend des décorations de Noël

De nombreux membres du parti ont déclaré avoir reçu une notification des sections du PCC dans les universités ou les sociétés publiques, les informant qu'ils ne devaient pas prendre part aux célébrations de Noël. Sur Twitter, @szshu a partagé l'information sur l'interdiction du PCC de célébrer les fêtes occidentales :

安徽共青团17日则在微信公众号上说,圣诞节应被看作中国的耻辱节,因为中国过去受到西方列强侵略。一些地方当局禁止中共党员庆祝这个「西洋节」。在湖南衡阳,中共纪检部门严禁党员干部参加平安夜圣诞节聚会狂欢,他们的直系亲属也在被禁范围内。

La Ligue de la jeunesse communiste (CYL) dans l'Anhui a écrit sur Weibo le 17 décembre que Noël devrait être considéré comme une fête d'humiliation chinoise à cause de l'histoire de l'invasion occidentale.  Un certain nombre d'autorités ont interdit aux membres du PCC de célébrer les fêtes occidentales.  À Hengyang au Hunan, le département disciplinaire du PCC a interdit aux membres et aux fonctionnaires, ainsi qu'aux membres de leurs familles, d'assister aux fêtes de Noël.

L'économiste populaire Zhao Xiao, un chrétien, s'inquiète du matérialisme qui entoure Noël et ne tarit pas d'éloges pour les missionnaires qui ont répandu la civilisation moderne en Chine :

其实更应该探讨的是圣诞节该怎么过的问题。所有传统的节日其实都有一定的宗教性,而现在这些节日已经越来越物质化商业化,以致脱离了节日本身神圣的含义。但不管怎样,希望圣诞带给人们的不是狂欢,而是平安。

Ce dont il faudrait plus parler c'est comment on devrait passer Noël.  Toutes les fêtes traditionnelles ont une partie de signification religieuse.  A présent ces fêtes sont devenues si matérialistes et commerciales qu'elles s'égarent loin de leurs significations saintes des origines.

Et d’expliquer plus avant l'histoire du christianisme en Chine :

Le christianisme a été introduit en Chine avec l'expansion colonialiste de l'Occident, il a donc été relié au colonialisme et à l'impérialisme.  Dans l'ensemble, la plupart des missionnaires sont venus en Chine avec leur foi.  A dire vrai, c'est cet ensemble de ‘forces extérieures’ qui a en permanence pénétré la Chine pour l'amour de Dieu et de la Chine, qui a finalement apporté la civilisation moderne à la Chine.

Manifestations anti-Noël en 2014

Les médias locaux ont également reçu des instructions de censure. Selon China Digital Times, la directive publiée la semaine dernière stipulait :

Les médias ne doivent pas signaler des informations liées à Noël. Les sites d'information de tous les niveaux ne doivent pas transmettre des messages liés au sujet des “vacances à l'étranger”. (22 décembre 2017)

Sur Weibo, l'une des plateformes de médias sociaux les plus populaires en Chine, certains utilisateurs étaient d’accord avec l'interdiction de Noël de la part du PCC :

Pendant les trois décennies qui ont suivi la transformation radicale en URSS et en Europe de l'Est, l'idéologie occidentale dirigée par les États-Unis préconisait une transformation [progressive] pacifique en Chine, comme de faire bouillir une grenouille dans de l'eau chaude.  La Chine a perdu la bataille idéologique depuis trois décennies.  Regardez autour de vous, il y a tellement d'esclaves occidentaux.  C'est un acte défensif désespéré, une bataille culturelle sans coups de feu.

Cependant, d'autres ont ridiculisé l'interdiction :

Le moyen de promouvoir nos fêtes traditionnelles est d'interdire les autres fêtes: Ah bon, qui dois-je féliciter d'être si intelligent ?

 

Crèche à Barcelone en Espagne

Source: Écrit par Oiwan Lam sur Global Voices. Site financé par les fondations états-uniennes qui se spécialisent dans la déstabilisation des pays n'étant pas de leur obédience: Open society, McCarthur fondation, Ford Fondation, Berkman, OmiDyar Network, Hivos, MDIF fund.

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par :JosPublic
Publication le 3 janvier 2018

  Le Père-Noël a délocalisé 600
de ses ateliers en Chine

Discrimination religieuse. Maudits athées ! Par Valérie Borde

  Religion, Laïcité & Spiritualité