Retour à : Plan du site -  Entrée de MétéoPolitique - Temps des fêtes au Québec

Noël 2014 : douceur subversive

L’Avent nous invite chaque année à préparer la venue de Jésus dans la crèche de Bethléem. Les animaux viennent au secours des parents infortunés pour assurer au nouveau-né toute la chaleur possible. On entoure le poupon et on lui offre même des cadeaux luxueux. Avec le temps et dans divers pays, on le berce de mélodies simples ou sophistiquées. Imagerie populaire qui nous permet de nous reposer un peu du quotidien... l'espace de quelques jours.

 

Texte par Denise BRUNELLE

En ce décembre, la réalité de notre pays nous rattrape : tempête hivernale!

Les agendas sont bousculés, les routes disparaissent sous la neige, les dérapages s'accumulent, les horaires ne tiennent plus.

Les bourrasques entraînent des dommages ou transforment complètement le paysage.

Bien au chaud, à l'intérieur de nos demeures, à portée de nos appareils photo, nous jetons un regard admiratif sur l'apparition féerique qui s'offre à nous. Nous sommes conscientes que ce sursaut de Dame Nature fera fléchir les arbres, y compris « mon beau sapin et sa parure », selon la chanson de Noël. Il n'en reste pas moins que le spectacle charme nos yeux... l'espace de quelques jours.

Mais, dans la paix relative de nos vies quotidiennes, nous arrive une bourrasque qui décoiffe nos sécurités, nos certitudes, notre embourgeoisement, nos routines, fussent-elles pieuses. Pour étudier l'État du Monde, François, le pape, convoque au Vatican plus d'une centaine de mouvements défenseurs des indignés, des autochtones, des sans-abris, des sans-papiers, des sans-nom, des déchets.

Il choisit les personnes les  plus touchées par la conjoncture mondiale, celles qui subissent sans pouvoir se défendre les conséquences des choix de nos sociétés. Nous avons vu neiger et vu suffisamment les dessous de la  pauvreté conjoncturelle pour ne pas nous laisser berner par les simulations de crises économiques dans nos sociétés d'abondance.

Nous savons pertinemment que l'appel à l'austérité ne peut s'adresser à ceux qui restent pauvres en travaillant, à ceux dont le coût du logement gruge l'argent du budget alimentaire, aux malades qui sacrifient des soins essentiels, aux personnes dépouillées de sécurité financière, aux jeunes qui veulent manifester leur envie de vivre leurs aspirations, à toutes les victimes des avancées rapides du capitalisme sauvage, aux victimes innocentes des guerres injustes.

Du 27 au 29 octobre 2014, le pape François accueillait au Vatican la rencontre mondiale des mouvements populaires

Les objectifs de nos gouvernants maquillent le fait que l'argent dont on a besoin est réfugié dans les paradis fiscaux ( 01 ) auxquels on ne veut même pas faire allusion. Les jeunes ostracisés des marches du printemps érable avaient ciblé les endroits où aller chercher l'argent pour faire fondre le supposé déficit. La répression policière a eu le dernier mot... peut-être?

L'austérité de la crèche de Noël pourrait nous enseigner que la naissance de cet enfant, né de parents déplacés par décret gouvernemental, vit sa première initiation à la condition difficile d'un système oppressif. Sa vie nous montrera la conséquence de résister et de prendre parti pour les rejetés aux portes des villes. Aller à contre-courant par amour pour chaque personne humaine, sans égard à la religion, au sexe , à l'origine, comporte des conséquences douloureuses parfois et des incompréhensions profondes venant de milieux pourtant bien-pensants. 

Cette réflexion sur  Noël ne revêt pas le caractère d'une berceuse à l'Enfant-Dieu enveloppé de langes, mais se veut un appel à la source même de nos liens à l'Humanité, de nos engagements, à la résurgence de la signifiance de nos vies qui se veulent solidaires.

Méditons ce que disait François le pape à ses invités,
 les exclus convoqués.es au Vatican en octobre 2014 : 

Jorge Mario Bergoglio pape François de Église catholique romaine

«

La solidarité, c’est un mot qui signifie beaucoup plus
 que quelques actes de générosité sporadiques.

C’est penser et agir en termes de communauté, de priorité de la vie de tous contre l’appropriation des biens par quelques-uns.

C’est également lutter contre les causes structurelles de la pauvreté, l’inégalité, le manque de travail, de terre et de logement, le déni des droits sociaux et du travail.

C’est affronter les effets destructeurs de l’empire de l’argent : les déplacements forcés, les émigrations douloureuses, le trafic des personnes, la drogue, la guerre, la violence et toutes ces réalités que beaucoup d’entre vous subissent et que nous sommes tous appelés à transformer.

La solidarité, entendue dans son sens le plus profond, est une manière de faire l’histoire, et c’est cela que font les mouvements populaires. ( 02)

»

Notre chemin est tracé pour cette année qui vient, rapprochons-nous de plus en plus de celles et de ceux qui, par leur solidarité, nous inspirent de faire l'histoire dont la personne humaine sera le cœur. 

Joyeux temps de bourrasque! 

Belle année de solidarité!

Denise Brunelle

Source: Denise Brunelle CND. Enseignante à la retraite. Groupe Solidarité Justice  Noël, chrétien, catholique, crèche, solidarité, Pape François

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 16 décembre 2014

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:  Noël, chrétien, catholique, crèche, solidarité, Pape François

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes & Références encyclopédiques:

01

À propos des paradis fiscaux - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

02

 

Le discours décapant du Pape aux mouvements populaires - Sur CCFD-Terre-Solidaire, le 18 novembre 2014

 

Retour au texte

Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Temps des fêtes au Québec - Haut de page