Retour à : Plan du site -  Entrée de MétéoPolitique - Temps des fêtes au Québec

Le Père Noël a délocalisé 600 de ses ateliers en Chine

Les véritables ateliers du Père Noël sont en Chine. À l'intérieur du "village de Noël" de Yiwu, il n'y a pas de neige et aucun lutin. Il y a seulement 600 usines qui produisent 60% de toutes les décorations de Noël du monde.

Wei, 19 ans, travaille dans une usine à Yiwu en Chine.
Il pose un revêtement de poudre rouge sur des flocons de neige en polystyrène.

 

 

Il y a du rouge au plafond et du rouge sur le sol, des gouttes de rouge éclaboussé sur les appuis de fenêtre et des globules rouges sur les murs. On dirait que l'artiste Anish Kapoor a été "lâché lousse" à nouveau avec son canon de cire. Mais, en fait, voilà ce à quoi ressemble la fabrication de Noël: c'est le coeur même de l'atelier du Père Noël, le vrai - à des milliers de kilomètres du pôle Nord, dans la ville chinoise de Yiwu.

Notre fabrication du mythe de "Yule" ou Noël, préfèrerait continuer à imaginer que Noël est imprégné de petits lutins qui jouent dans une cabane en rondins de bois enneigée quelque part dans le cercle polaire arctique. Désolé de briser le mythe, mais ce n'est pas le cas.

Il est probable que la plupart des babioles, guirlandes et lumières clignotantes "LED" que vous utilisez et peut-être même avez drapé volontairement autour de votre maison proviennent de Yiwu, à 300 km, au sud de Shanghai, où il n'y a pas un pin (réel) ni de flocon de neige (naturelle) en vue. 

Baptisé «Village de Noël en Chine», Yiwu abrite 600 usines qui collectivement produisent plus de 60% des accessoires et décorations de Noël, de l'arbre lumineux en fibre optique aux chapeaux de feutre de Santa Claus. Les lutins se sont les employés.es de ces usines, principalement des immigrants ouvriers provenant d'autres régions de la Chine, travaillant 12 heures par jour pour un maximum de 361$ à 542 $ canadiens par mois - et il s'avère qu'ils ne sont pas tout à fait sûrs de ce qu'est Noël.

 

Wei utilise au moins 10 masques par jour,
tout en essayant de ne pas respirer dans le nuage de poussière rouge.

«C'est peut-être comme le Nouvel An (chinois) pour les étrangers,» dit Wei, 19 ans lors de son entrevue avec l'Agence de presse chinoise Sina. C'est un nouveau travailleur de l'année qui provient de la partie rurale de la province de Guizhou. Avec son père il travaille de longues journées dans l'antre du rouge-éclaboussé, prenant des flocons de neige en polystyrène, les trempant dans un bain de colle, puis les insérant dans une machine à revêtement de poudre, jusqu'à ce qu'ils deviennent rouges. Ils en font 5,000 par jour.

Dans le processus, les deux hommes finissent par se saupoudrer d'une fine couche de poudre pourpre. Son père porte un chapeau de Santa Claus «pas pour l'esprit festif, dit-il, mais pour empêcher ses cheveux de devenir rouges» et ils ont tous deux passé au moins 10 masques par jour, en essayant de ne pas respirer la poussière. C'est un travail fatigant et ils ne le referont pas l'an prochain: une fois qu'ils auront gagné assez d'argent pour que Wei puisse se marier, ils projettent de retourner à Guizhou et espèrent ne jamais revoir une once de poudre rouge de leur vie.

 

Le père de Wei porte une tuque de Santa Claus pour éviter d'avoir les cheveux rouges

Emballés dans des sacs en plastique, leurs flocons rouges rutilants sont accrochés aux côtés d'une multitude d'autres attirails festifs dans le marché International du commerce de Yiwu (Yiwu International Trade Market / alias China Commodity City).

4 mille mètres carrés d'étalage de choses en plastique. C'est un paradis de "magasin à une piasse" ou à "un dollar", un salon d'étalage immense de tout ce dont vous n'avez pas besoin, et pourtant, à un certain moment irrationnel vous succomberez à l'impulsion d'acheter. Il y a des rues entières dans le complexe labyrinthique consacrées aux fleurs artificielles et aux jouets gonflables, puis viennent les parapluies et les anoraks, des seaux en plastique et des horloges.

C'est un lourd monument à plusieurs étages dédié à la consommation mondiale, comme si le contenu des sites d'enfouissement du monde avait été creusé, la matière reformée et méticuleusement répertoriée dans 62 000 comptoirs de vente.

 

Une boutique du marché International du commerce ouverte 7 jours par semaine 365 jours par année

Le complexe a été reconnu par l'ONU comme le «plus grand marché de gros des petites commodités au monde». L'ampleur de l'opération nécessite une sorte de plan d'urbanisme. Avec cette fête du commerce organisée en cinq districts différents.

C'est au district numéro 2 que l'on retrouve Noël. Il y existe des rues en couloirs bordés avec rien d'autre que des guirlandes clinquantes, des rues avec des spectacles de lumières LED clignotantes, des bas de Noël de toutes tailles, des arbres de Noël en plastique bleus et jaunes, fluorescents roses, des cônes de pin en plastique or et argent. Il y a aussi des chapeaux de Santa en mouton, des rennes tartan brodés et bien sûr plusieurs inexplicables Père Noël chinois jouant du saxophone.

Le district peut ressembler à une invention merveilleuse, mais les jours de gloire du marché semblent être passés de mode: il est maintenant perdant face aux géants de l'internet tel que Alibaba et Made In China. Sur Alibaba seul, vous pouvez commander à partir d'un catalogue qui offre 1.4 million de décorations de Noëldifférentes prêtes à être livrées à votre porte suite à un clic sur votre ordinateur. En comparaison le marché de Yiwu n'offre que 400 000 produits différents.

 
div align="center">

Les deux hommes produisent 5 000 flocons de neige rouges par jour et sont payés environ 500 $ par mois

Visant le marché bas de gamme, les ventes à Yiwu ont prospéré pendant la récession, car les gens aiment bien faire des emplettes pour le plaisir festif de trouver des articles à rabais, mais les ventes internationales sont en baisse cette année. Pourtant selon Cai Quingliang, vice-président de l'Association de l'industrie des produits de Noël Yiwu, l'appétit domestique est en hausse puisque la plupart des Chinois embrassent maintenant le festival annuel de Mammon, dieu de la consommation.

Santa Claus, rapporte le journal The Economist, est maintenant mieux connu du peuple chinois que Jésus et la fête de sa naissance. 

Les représentants aux ventes du marché de Yiwu sont rayonnants de constater la progression des ventes et ne pouvaient sembler plus heureux avec leur condamnation à vie d'un Noël éternel. Selon Cheng Yaping, cofondateur de l'usine de métier Boyang, qui dirige un comptoir étalé comme une miniature d'un paysage féérique d'hiver: «Assis ici tous les jours et être capable de regarder toutes ces belles décorations, c'est vraiment bon pour votre humeur.»

Par contre il serait étonnant et peu probable que ceux qui sont à l'autre bout de la chaîne de production, assignés à tremper les flocons de neige imbibés dans la poudre rouge de l'atelier pensent la même chose que le propriétaire.

Tout ça pour que nous puissions les acheter à moins d'un dollar pièce.

 
 Voyage au centre du district de Noël de Yiwu

 

Source: The Guardian d'Angleterre pour le Scott Trust

Choix de photos, mise en page, références, titrage et traduction de l'anglais par : JosPublic
Publication : 27 décembre 2014

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet: