MétéoPolitique

Moteur de recherche en page d'accueil

 

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Santé - Santé est malade! - Regard sur le système de Santé

CHSLD: " mourir dans son coin, comme un chien, ça arrive ici ! "
Le coup de sang de Michel Hébert et l'ajout de faits par Sylvie-e

Michel Hébert, chroniqueur pour le Journal de Québec et le Journal de Montréal, est un fin observateur de la vie sociale du Québec et ce, depuis belle lurette.  Il se situe, puisqu'il faut bien s'asseoir quelque part, à la droite de l'échiquier politique québécoise.  Possédant une belle langue française, il l'emploie à pourfendre la bêtise humaine sous toutes ses formes.  Son billet sur l'état des Centres d'Hébergement et de Soins de Longue Durée (CHSLD) a fait réagir Sylvie-e qui apporte à la chronique d'Hébert les nuances qui manquent à un texte bâti pour choquer plus tôt que pour instruire.  Vous trouverez sa réaction à la fin du texte de Hébert et fusionnée pour une meilleure compréhension.                                                                                   - JosPublic

Michel Hébert

Crever parce qu’une mégère bien avisée lui refuse l’accès à l’urgence, ça arrive au citoyen lambda.  

Quand une enfant maltraitée meurt sous le nez des bigleux du logiciel de «soutien à la pratique», on accuse le coup, mais on n’accuse personne. 

Comme le syndicat de Panurge, on retourne en bloc au téléroman des programmes sociaux, convaincus d’être tout de même ce que l’humanité fait de mieux... 

Ainsi va la vie dans la Belle Province

 
 

Ces jours-ci, on s’émeut du sort des personnes âgées.  On se désole devant des détails morbides: des cabarets de nourriture laissés au sol, des préposés déserteurs, des auxiliaires dépourvues et d'ignobles commerçants de l'agonie. 

Réalité aujourd'hui «inacceptable»: couches pleines, literie souillée, ongles sales et cheveux gras, comme si c’était nouveau. 

Les vieux, les pauvres vieux, on s’en fout depuis si longtemps!  

On les a largués définitivement avec la Révolution tranquille.  Liquidation du passé et de ceux qui appréciaient la Soirée canadienne, Maurice Richard et le thé Salada.  

Ceux d’avant la modernité, les enfants-rois , les femmes tatouées et les hommes menstrués. 

On les a «placés».  Comme les handicapés et les malades mentaux.  Dans de vieux couvents, des collèges abandonnés, des presbytères sans curé, des monastères fantomatiques.  

Et des motels vacants, pourquoi pas... 

On les parque trois fois plus qu’ailleurs au Canada.  C’est gênant pour les champions du progressisme; on parle de «choix antérieurs», de vagues «facteurs sociétaux»... 

Ayant rendez-vous dans un établissement d’un âge certain, me trompant d’étage, derrière deux grandes portes battantes, j’ai revu le spectacle qui m’avait frappé, jadis, jeune journaliste naïf... 

Ils étaient combien, ces vieux en fauteuil roulant?  Trente, peut-être.  Pêle-mêle, les uns dans les autres, comme des autos tamponneuses. 

Un enchevêtrement de roues, d'accoudoirs et de solutés bringuebalants sur leur perche.  

Immobiles, résignés ou exaspérés.  Certains geignaient, d’autres s’exclamaient à travers le tapage de la télé. 

 

 

Têtes sur l’épaule ou sur la poitrine.  Bouches béantes, salive et cheveux en bataille, odeur d’urine, de sueur et de pommade. 

La plupart ne disaient rien.  Ils avaient été mis devant une vieille télé, massive, plantée au mur, à l’autre bout de la salle. 

En regardant l’écran, j’ai saisi l’ampleur du mépris.  

Il n’y avait rien à regarder.  Pas d’image, mais un barbouillis psychédélique.  On entendait la voix d’un animateur qui rigolait comme rigolent tous les animateurs, pour rien, comme des idiots; ce qui explique encore un peu plus le succès de Netflix...  

Autrement, il n’y avait rien à voir.  Que des éclairs de couleur zébrant l’écran.  Des éclairs se tortillant, déroulés de bas en haut, comme des serpents rouges, verts, mauves.  Et par-dessus, le rire idiot des faux drôles. 

Les vieux avaient donc été rassemblés là et placés devant une télé déréglée... 

Ça ne fait pas très longtemps, quatre ans peut-être.  Et chaque fois que je passe devant cet édifice, cette scène me revient à l’esprit. 

Comme cette autre, tout à fait similaire, vécue il y a beaucoup plus longtemps.  J’avais quoi, 25, 26 ans? Un centre d’accueil public, banal. 

Encore des vieux en fauteuil roulant.  Vingt, trente...  On les avait placés devant un aquarium...  

Je n’ai jamais oublié ce petit homme, qui m’agrippa le bras :  « Monsieur! Faites-moi sortir, je veux aller voir ma femme,  je dois aller honorer ma femme »..

Certains suivaient les poissons rouges du regard, d’autres étaient manifestement partis en eux-mêmes, pour fuir peut-être cet ancien couvent... 

Au fil des ans, la comédie dramatique s’est raffinée: on a envoyé des clowns dans les CHSLD.  C'était drôle pour les autres, payant pour les clowns.  

On a ensuite testé des phoques mécaniques en peluche, achetés au Japon, 6 000$ pièce.  Ça aussi, c'était drôle, au Salon bleu... 

Un esprit sain pourrait faire un parallèle entre ce qui se passe dans les CHSLD (en temps de coronavirus COVID-19) et ce qui arrive dans les urgences en hiver, quand frappe la grippe, la gastro ou la picote. 

C’est dans la tradition, absurde celle-là aussi, de partir dans le Sud, peu importe que le pauvre connard fiscalisé doive attendre un peu plus longtemps le Messie... 

C'est comme laisser par terre le plateau-repas d’un vieux dont la mort, à vrai dire, importe peu.

 

 
 

Réflexions sur le coup de sang de Michel Hébert
par Sylvie-e

 
 

Michel Hébert écrit :  Mourir dans son coin, comme un chien, ça arrive ici.  

Crever parce qu’une mégère bien avisée lui refuse l’accès à l’urgence, ça arrive au citoyen lambda.  

Quand une enfant maltraitée meurt sous le nez des bigleux du logiciel de «soutien à la pratique», on accuse le coup, mais on n’accuse personne. 

Sylvie-e écrit :  Les réseaux de santé public ou privé conventionné ne diffèrent pas de la pratique d’entreprise privée, reconnue désormais comme une personne morale.  Le responsable de dommages collatéraux est devenu l’entreprise et non la direction, ni le conseil d’administration caché sous le voile corporatif, ni ceux à l’emploi.  Personne ne veut être responsable, les conséquences sont désastreuses.

MH : Comme le syndicat de Panurge, on retourne en bloc au téléroman des programmes sociaux, convaincus d’être tout de même ce que l’humanité fait de mieux... 

S-e :  J’ajouterais que tout organisme ou entreprise se dote d’une mission et d’actions pour entreprendre et que les humains, à son service, interprètent selon ses propres convictions.  Ici et aujourd'hui, l’éthique et l’honneur s’étriquent.  Il en est de même pour les journalistes qui, pour sauver leur gagne-pain, sont contraints ou achètent la vision de leur employeur ou d’une agence de presse.

MH :  Ainsi va la vie dans la Belle Province. 

Ces jours-ci, on s’émeut du sort des personnes âgées.  On se désole devant des détails morbides:  des cabarets de nourriture laissés au sol, des préposés déserteurs, des auxiliaires dépourvues et d'ignobles commerçants de l'agonie. 

Réalité aujourd'hui «inacceptable»: couches pleines, literie souillée, ongles sales et cheveux gras, comme si c’était nouveau. 

S-e :  La peur de la COVID-19 éveille la peur de la mort;  le sens éthique du serment d’Hippocrate s’étiole.  La relation personnelle exiguë avec cette éventualité rend «inacceptable» pour des employés.es assignés aux soins de perdre sa vie à la gagner.

MH : Les vieux, les pauvres vieux, on s’en fout depuis si longtemps!  

S-e :  Les vieux! 

Ceux que la vie a dépourvu de santé, de ressources pécuniaires, de bâton de vieillesse? 
Ceux qui furent recueillis d’abord dans les hospices religieux, qui devinrent par la suite sous la surveillance de l’état et l’administration privée conventionnée ou non conventionnée des CHSLD (Centre d'hébergement et de soins de longue durée).

Les vieux ! 

Ceux qui choisissent de vivre en résidence pour personnes autonomes ou semi-autonomes et qui prient de ne pas dépérir au point de se retrouver dans un CHSLD?

MH : On les a largués définitivement avec la Révolution tranquille. Liquidation du passé et de ceux qui appréciaient la Soirée canadienne, Maurice Richard et le thé Salada.  

Ceux d’avant la modernité, les enfants-rois, les femmes tatouées et les hommes menstrués. 

S-e : Combien d’entre eux étaient sans ressource, souvent en perte d’autonomie ?  Le problème n’est pas que ces vieux soient en institution, mais la façon dont ils vivent en institution.  Plusieurs propriétaires misent sur le développement, n’oublions jamais que le but d’une entreprise privée est de faire de l’argent que ce soit par le biais de pauvres vieilles gens ou de soins, elle veut votre bien et sait comment l’obtenir.  Leur intention et leur marketing sont les fleurons de leur faire-valoir.

 
 

L’histoire de la santé au Québec a toujours fonctionné à deux vitesses.  Avant les années 1950, ceux qui avaient droit à l’intimité et des traitements de faveur, par exemple un pamplemousse bien découpé pour déjeuner, avaient aussi les moyens de se l’offrir.  Les plus démunis étaient entassés dans des dortoirs à 12 personnes et devaient être heureux de ne pas être à la rue.

Combien de vieux étaient sans famille ou avec une famille démembrée?

Combien d’entre eux ne pouvaient résider avec un membre de leur famille pour des raisons personnelles, financières ?

Combien existe-t-il aujourd’hui de célibataires désignés comme bâton de vieillesse de leurs parents ? 

La modernité, les enfants-rois, les femmes tatouées et les hommes menstrués viennent tous du siècle du moi et même les personnes âgées n’y ont pas échappé.

La société a été preneuse des biens véhiculés par le marketing des industries.  Persuasives, elles ont contribué à changer une société familiale en une société de consommateurs.  Les parents ont fait ce qu’ils ont pu avec ce qu’ils avaient, me direz-vous.  Je réponds que les enfants ont fait avec ce que leurs parents leur ont donné et, à moins d’élever sa conscience et sa connaissance de la vie, ces enfants deviendront adultes, parents dans le même ordre d’idée que leurs aïeux.

MH : On les a «placés».  Comme les handicapés et les malades mentaux. Dans de vieux couvents, des collèges abandonnés, des presbytères sans curé, des monastères fantomatiques.  

S-e :  Pas comme, mais avec des personnes handicapées physiques, avec des personnes aux prises avec des maladies mentales, tous étaient regroupés pour que cela coûte moins cher aux contribuables.

MH :  Et des motels vacants, pourquoi pas... 

On les parque trois fois plus qu’ailleurs au Canada. C’est gênant pour les champions du progressisme; on parle de «choix antérieurs», de vagues «facteurs sociétaux»... 

S-e :  À la Presse, les journalistes André Dubuc et Isabelle Dubé écrivent aussi :  « La proportion de la population de personnes de 75 ans et plus vivant dans les résidences privées pour personnes âgées en 2019 au Québec est estimée à 18,4 %, la plus élevée au Canada, selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).  En excluant le Québec, le taux d’attraction moyen dans le reste du Canada n’est que de 6,1 %.   Les ménages de 75 ans et plus du reste du Canada sont locataires à 24 %, comparativement à 40 % au Québec...  Un grand pourcentage de ménages âgés dans les autres provinces canadiennes sont donc encore propriétaires de leur logement, ce qui est beaucoup moins le cas pour le Québec », écrit la SCHL dans un récent rapport sur l’état du marché de la résidence spécialisée.»

Il faut différencier les résidences pour personnes âgées autonomes et semi-autonomes et les CHSLD. Bien que certains puissent se permettre d’habiter en leur lieu grâce au "programme-services Soutien à l'autonomie des personnes âgées du gouvernement du Québec", je suppose que les personnes âgées autonomes et semi-autonomes qui choisissent, pour la plupart, une résidence privée ou semi-privée, ont les moyens de payer.  Effet de culture ou de désir de se retrouver parmi ses semblables d’une même génération, d’un mode de vie similaire plus tranquille, moins d'entretien que dans un "bungalow" et qui sied à une personne vieillissante? 

Pour habiter un CHSLD, la perte d’autonomie physique, voire financière, est évidente et désarmante.

 
 

MH : Ayant rendez-vous dans un établissement d’un âge certain, me trompant d’étage, derrière deux grandes portes battantes, j’ai revu le spectacle qui m’avait frappé, jadis, jeune journaliste naïf... 

Ils étaient combien, ces vieux en fauteuil roulant?  Trente, peut-être. Pêle-mêle, les uns dans les autres, comme des autos tamponneuses. 

Un enchevêtrement de roues, d'accoudoirs et de solutés bringuebalants sur leur perche.  

S-e :  Pour avoir visité un CHSLD de Montréal où des personnes semi-autonomes ou handicapées, mais lucides cohabitaient avec celles démunies mentalement, mon désarroi fut qu’elles n’avaient pas droit à une intimité parce qu’elles étaient regroupées à 3 dans une chambre étroite et n’avaient aucune activité correspondant à leurs potentiels.  Télé et promenades à l’étage étaient leurs seuls loisirs, mis à part quelques visites.  Alors qu’elles seraient aptes à quelques activités sociales tel le jardinage intérieur par exemple.  L’ennui est ce qui tue l’être humain.

Pour s’occuper de personnes non autonomes physiquement et mentalement, un savoir-être et savoir-faire sont des atouts impératifs.  Personnellement, je ne me vois pas assurer les bains, les soins particuliers, veiller à la détresse mentale d’une personne tout en assurant ma propre survie, je ne possède pas les qualités et les qualifications inhérentes à ces services.  Demandons aux proches aidants, comment se vit leur quotidien? 

Je me souviens de ma grand-mère aux prises avec la maladie de Parkinson et de mon grand-père, incapable de pourvoir ni aux besoins de sa femme ni aux besoins domestiques, s’installer dans une résidence que je voyais, enfant, comme un hôpital.   Il était joyeux, mon grand-père, sa femme recevait les soins essentiels, et lui se plaisait à vivre en société avec les gens de sa génération, ce qui lui paraissait beaucoup moins déroutant que la vie trépidante de l’époque.  Tous leurs enfants (18 au total) auraient aimé les voir dans un autre environnement, mais comment auraient-ils pu? 

Demandez aux aides-soignants d’aujourd’hui, quelle abnégation cela exige d’une personne qui doit elle-même se préparer à vivre vieille.   Est-ce vraiment les vieux que l’on rejette ou notre propre peur de vieillir, de mal vieillir?

Alors quelles solutions devons-nous apporter à une société consumériste qui a cru et croit toujours à la primauté de l’argent sur la valeur humaine?  À l’instar des mégas hôpitaux, des mégas entreprises, des mégas institutions d’enseignement, des mégas fermes agricoles, les CHSLD se déshumanisent et empilent dans le même édifice par nécessité budgétaire toutes les personnes ne pouvant s’offrir davantage.  Pendant ce temps, les citoyens réclament de payer moins d’impôt et de taxes.  

MH :  C’est dans la tradition, absurde celle-là aussi, de partir dans le Sud, peu importe que le pauvre connard fiscalisé doive attendre un peu plus longtemps le Messie... 

C'est comme laisser par terre le plateau-repas d’un vieux dont la mort, à vrai dire, importe peu.

S-e :  La crise actuelle de la COVID-19 démontre bien les lacunes déshumanisantes auxquelles notre système capitaliste fait face.  Les consommateurs préfèrent faire prévaloir leurs désirs au lieu de leurs besoins réels et ceux de leurs proches.

Dans le sauve-qui-peut chacun pour soi, des employés désertent, des médecins trahissent le serment d’Hippocrate qui accompagne leur License en médecine, des gestionnaires revoient à la baisse le financement, imposent à leurs employés des horaires coupés et des salaires ingrats pour plaire aux conseils d’administration et tout le monde s’indigne des grands titres des journaux et continue de rêver à moins de taxes et d’impôts.

Après tout, nous n’avons qu’une vie à vivre… beau slogan publicitaire… non?

 

Notes & Références encyclopédiques:

Ceux d'avant la modernité, les enfants-rois...
 

 

Le terme individu roi — enfant roi, adolescent roi, adulte roi — désigne un individu qui se comporte avec son entourage comme un roi avec ses sujets ; dans certains cas, l'individu se comporte comme un véritable tyran

 

Retour au texte

Je veux aller voir ma femme...
 

Devoirs conjugaux.

Chez les catholiques la copulation entre conjoints est liée au sacrement du mariage.

Dans ce cadre une femme ne doit pas refuser les avances sexuelles de son mari. De son côté l'homme doit honorer sa femme pour qu'elle procrée tant que son corps le lui permet.

 

Retour au texte

Au fil des ans, la comédie dramatique s'est raffinée...
 

La ministre Blais prend le parti des clowns dans les CHSLD

Source: Presse Canadienne le 21 mai 2009

La ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, défend cet investissement de 293 000 $ sur quatre ans qui, selon elle, permettra de briser l'isolement et la solitude dont souffrent plusieurs bénéficiaires.

 

Retour au texte

Son billet sur l'état des Centres d'Hébergement et de Soins de Longue Durée...
 

Hébergement de soins de longue durée pour les aîné.

Les différents types
Privé, public, conventionné ou non

En vigueur le 1er octobre 1992. La mission d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée est d’offrir de façon temporaire ou permanente un milieu de vie substitut, des services d’hébergement, d’assistance, de soutien et de surveillance ainsi que des services de réadaptation, psychosociaux, infirmiers, pharmaceutiques et médicaux aux adultes qui, en raison de leur perte d’autonomie fonctionnelle ou psychosociale, ne peuvent plus demeurer dans leur milieu de vie naturel, malgré le support de leur entourage.

À cette fin, l’établissement qui exploite un tel centre reçoit, sur référence, les personnes qui requièrent de tels services, veille à ce que leurs besoins soient évalués périodiquement et que les services requis leur soient offerts à l’intérieur de ses installations.  La mission d’un tel centre peut comprendre l’exploitation d’un centre de jour ou d’un hôpital de jour. Extrait de la loi: 1991, c. 42, a. 83.

 

Retour au texte

On a ensuite testé des phoques mécaniques...
 

Le ministre de la Santé du Québec, Yves Bolduc vante les vertus thérapeutiques du phoque électronique auprès des aînés.

Source: Journal de Montréal en 2012. En 2017 ils sont toujours en fonction dans deux CHLSD - Source: La Presse

 

Retour au texte

Leur intention et leur marketing sont les fleurons de leur faire-valoir...

 

«En 2010, l’AEPC (Association des établissements privés conventionnés) entame un processus de planification stratégique afin de mieux répondre aux besoins de ses membres et défendre le modèle privé conventionné, le modèle privé qui est socialement avantageux.»

 

Retour au texte

Un grand pourcentage de ménages âgés dans les autres provinces canadiennes...

 

Les résidences pour aînés connaîtront-elles le même sort que les CHSLD?   Trois fois plus de Québécois que les autres Canadiens habitent dans des résidences privées pour aînés.

Aura-t-on assez de ressources pour assurer la santé et la sécurité des 130 000 personnes qui y demeurent ? Source: La presse, publié le 16 avril 2020

 

Retour au texte

La modernité, les enfants-rois, les femmes tatouées et les hommes mentrués...

 

Le Siècle du Moi
L'égocentrisme en opposition à l'allocentrisme

Documentaire: avec cet impeccable travail de recherche, d'Adam Curtis, réalisateur-chouchou de la British Broadcasting Corporation (BBC) – l’un des seuls à avoir carte blanche au sein de cette antique institution gouvernementale – révèle comment et à quel point les politiciens et les milieux d’affaires ont appris à manipuler la société de consommation de masse. 

Un documentaire indispensable pour remonter au sources des émotions négatives que ressentent les personnes sensible au collectif et à une démocratie comprenant autre chose qu'un système électoral vénal.

 

Retour au texte

Source: Journal de Montréal de QMI/Québecor Médias de Québecor Inc. pour Pierre Karl Péladeau
S-e : chroniqueuse occasionnelle pour MétéoPolitique

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 24 avril 2020

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Michel SAMSON
Vérificateur général du Québec
Piètre qualité des services dans les Centres d'hébergement et soins de longue durée CHSLD

Chronique de Pierre FOGLIA
Le clown triste
 à propos des clown dans les CHSLD (centre d'hébergement de soins de longue durée.

Fiche: La Santé est malade 

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Santé - Santé est malade - Regard - Haut de page