Retour au : Plan du site - MétéoPolitique - Santé - Santé est malade!

La Santé est malade

Éditoriaux par
JosPublic
 
06

 

 

Hausse du nombre de médecins millionnaires et la pertinence des actes médicaux

C'est principalement grâce à trois médecins en conflits d'intérêts et le Parti Libéral du Québec un ramassis d'affairistes à l'orée de la psychopathie sociale que les Dr Philippe Couillard, ex-premier ministre, Dr Gaétan Barrette et Dr Yves Bolduc respectivement ex-ministre de la Santé du Québec - que la médecine est devenue une entreprise comme les autres.  Vendre des petits pois en canne et soigner la populace même combat.  Des cabinets de médecins, une ancienne profession libérale, de gens respectés et dédiés disait-on, transformés en société d’affaires comme rêve de tous les exploiteurs patentés en compagnie.

ue ce soit le syndicat des médecins ou le Collège des médecin du Québec, dans la pratique, ils sont là pour défendre les revenus et le statut social de leurs membres et certainement pas pour protéger la population.  Trop d’histoires, présentées par l'avocat des patients maître Jean-Pierre Ménard, en font la preuve et ne nous dévoilent que la pointe de l’iceberg de la déliquescence. 

Aujourd'hui pendant une consultation avec notre médecin de famille, le bon docteur prend le téléphone pour régler des détails administratifs de son bureau d’affaires, pendant que nous poirotons assis devant lui, il gère son commerce et facturera ce temps en double à la RAMQ.  Du côté du Ministère de la Santé, il y a une pléthore de médecins qui ne pratiquent plus et une armée de gestionnaires qui protègent la profession et tentent d'implanter le système des lignes de montage de Toyota.  Convaincus et convaincants ils et elles finissent pas influencer les élus sur l'inévitabilité de ce système kafkaïen.

Pas entendu un politicien ni une politicienne parler de l’introduction du salariat sur une plus grande échelle depuis des lustres. Prendre soin pour le profit est une contradiction à régler.

01
 

«On me vole mon assurance santé»
Il faut cesser la privatisation du système de santé pour que notre Assurance collective fonctionne
selon sa conception initiale

Outrés par les non-dits, les louvoiements, et les réponses en langue de bois utilisés par le gouvernement du Parti Libéral du Québec pour définancer notre Assurance publique de santé au bénéfice de quelques profiteurs, de nombreux médecins, chercheurs et décideurs ont voulu faire connaître leur analyse de la situation et font circuler un texte qui clôt le bec aux ramancheurs qui participent au système de santé du Québec que parce qu'ils et elles y cultivent leurs conflits d'intérêts...