Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Santé - Santé est malade!

Accès et Privatisation
Médecine à plusieurs vitesses

Liste des auteurs.res et/ou intervenants.tes

EVANS, Robert G

FORTIN, Pierre

JUTEAU, Sylvain

TRUCHOT, Didier

 
 

Pierre FORTIN
économiste

Pierre FORTIN un économiste au service de l'information ou de la désinformation économique ?

Lettre publique de citoyens qui expriment non seulement leur surprise, mais leur profond désaccord avec les propos tenus dimanche soir le 26 mai 2013 par M. Pierre Fortin, économiste, lors d'une édition spéciale de l'émission de télévision RDI économie sur Télévision Radio-Canada.

07

Robert G EVANS
Économiste

 
 

L'économiste Robert G Evans brise le mythe du coût des soins de santé publics

L’imagerie médicale et les tests en laboratoire sont actuellement les deux principales sources d’escalade des coûts. Quels en sont les avantages? Personne ne le sait vraiment. Voilà ce dont nous devons discuter au lieu de nous pencher sur des « choix draconiens » visant à réduire le fardeau fiscal et à rehausser les avantages des contribuables bien nantis et, ce faisant, à ouvrir de nouveaux marchés pour les assureurs privés. Les discours alarmistes sur la menace d’un « tsunami gris » ne visent qu’à nous distraire des vrais enjeux

06

Didier Truchot
Maître de conférences en psychologie sociale à l'université de Franche-Comté

05

Combien vous coûte un médecin de famille?

Une enquête sur les coopératives de santé et les cliniques qui donnent accès à des médecins de familles, moyennant paiement. Ces frais servent à payer un abonnement à un médecin déjà rémunéré par le système public. Un geste illégal autant de la loi du Québec et de la loi Fédérale

04

Sylvain JUTEAU
Citoyen de la région de la Mauricie

Passer sous le bistouri indien

En février 2010, Sylvain Juteau, a pris son courage à deux mains et a décidé d'aller se faire opérer en Inde, après cinq années passées à souffrir d'une hernie discale intraitable selon les intervenants de la santé rencontrés au Québec. Cette expérience lui a ouvert les yeux sur un dur constat: la différence dans la rapidité des soins entre le réseau public québécois et les services offerts aux «touristes» médicaux est gigantesque. «En tant que contribuable et citoyen, ça m'a fait un choc

03

Un médecin de famille... pour 340$

En pleine pénurie de médecins de famille, des cliniques privées offrent à des patients les services d'un médecin moyennant quelques centaines de dollars. Cette pratique, critiquée par le Collège des médecins, fait actuellement l'objet d'une enquête de la RAMQ -  Réplique par dr. Raynald RIOUX "soyons réaliste"

02

Bientôt une deuxième clinique privée à Québec

Certains omnipraticiens effectuent de 10 à 12 consultations par heure. Ce rythme effréné décourage bien des médecins et pousse certains d'entre eux à réorienter leur carrière, analyse Marc Lacroix. Réplique d'Alain Vadeboncoeur, vice-président de l'association Médecins québécois pour le régime public. Les sophismes du docteur Lacroix

01

Clinique privé à Montréal

 
 
 

Des sociétés d’État envoient leurs dirigeants dans des cliniques privées

Alors que le gouvernement répète sur toutes les tribunes vouloir limiter la contribution du privé dans le réseau de la santé, des sociétés d’État offrent chaque année des bilans de santé en clinique privée à des centaines de fonctionnaires. Une pratique qui est loin de faire l’unanimité. «Moralement, c’est assez difficile à défendre que des fonctionnaires soient envoyés au privé, ajoute le vice-président de Médecins québécois pour le régime public et chef de l’urgence à l’Institut de cardiologie de Montréal, le Dr Alain Vadeboncoeur. Je ne suis pas vraiment impressionné.»

 

1961, entrée en vigueur de l'Assurance hospitalisation du Québec

Cette lettre ouverte a été envoyée le 30 janvier 2011 au premier ministre du Québec, au ministre de la Santé, aux fédérations médicales, à l'AQESSS, à l'OIIQ, l'INESSS, au Collège des médecins. Elle a été en même temps soumise au Devoir, à La Presse et au Soleil. Lors de sa soumission initiale, elle était cosignée par 38 experts en analyse du système de santé. Depuis, de nombreux médecins, chercheurs et décideurs ont voulu rajouter leur signature