Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Finance - Fiche Plan Nord

Plan Nord-du-Québec (Libéral ou Péquiste)
Contre, Pour, entre les deux ou sans opinion

 

Ce magnifique voile vert est une aurore boréale provenant du ciel d'Inukjuak,
un village nordique de la région du Nord-du-Québec
 

Liste des intervenants

Alliance stratégique Innus
Armand McKenzie

Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL)
Ghislain Picard

Association des ingénieurs-conseils du Québec (AICQ)
Johanne Desrochers

Association minière du Québec

Canard Illimités
Bernard Filion
directeur québécois

Chambre de commerce de Montréal
Michel Leblanc

Centrale des Syndicats Nationaux CSN

Coalition pour que le Québec ait meilleure mine
Christian Simard

Conseil du Patronat du Québec
Yves-Thomas Dorval

Coon-Come, Matthew
Chef du Grand Conseil des Cris

 Développement économique Sept-Îles (DESI)

Équiterre
Steven Guilbeault

Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI)

Fédération des chambres de commerce du Québec
Françoise Bertrand

Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec FTQ
Michel Arsenault

GREENPEACE
Nicolas Mainville, directeur

Initiative Boréal Canadienne
Suzann Methot
directrice

L'Allier, Jean-Paul
Ex-maire de la ville de Québec

Leboutillier, John
Président et administrateur

Maître chez-nous
21e siècle
Daniel Breton, ex-directeur 

Marois, Pauline
chef du Parti Québécois

McKenzie, Mike
chef de bande de Uashat mak Mani-utenam

Methot, Léon
PDG Blue note mining

Parizeau, Jacques
Professeur économie, ex-Premier ministre du Québec

Pineau, Pierre-Oliver Professeur agrégé à HEC Montréal

Saganash, Roméo
Député fédéral

Simard, Christian
Nature Québec

Simard, Pierre
Professeur à l'École nationale d'administration publique, à Québec

SAMIAN
Nous - Slam Rap

Syndicat des Métallos

Villeneuve, Claude
coordonnateur de la chaire en Éco-Conseil de l'UQÀC

WSP
firme d'ingénierie

 

Retour à la liste

Luc DION
Président de Développement économique de Sept-Îles

"La première mouture du Plan Nord n'a pas apporté que du positif, loin de là." 4 décembre 2014

Source: Le Soleil, le 4 décembre 2014

Pour le président de DESI, Luc Dion. «Il faut donner aux villes qui reçoivent les grands projets tout le support nécessaire pour qu'elles grandissent bien plutôt que tout croche.»

Et l'un de ces écueils, c'est le fly in/fly out, ces travailleurs qui ne vivent pas près des lieux de leur travail et qui voyagent en avion.

En plus de ne pas dépenser dans la région où ils gagnent leur vie (l'employeur fournit le camp, la nourriture et le transport), ils créent une pression indue sur d'autres services.   «Je pense qu'il y a aujourd'hui un consensus chez tous les acteurs du Plan Nord. Si une mine ouvre en plein milieu de nulle part, dans le Nord, le fly in/fly out est acceptable. Mais quand le projet est près d'une communauté existante, c'est beaucoup plus difficile de l'accepter, car ça vient fragiliser le milieu et ça a un effet pervers sur la comptabilité des services à offrir», ajoute M. Dion.

Sur ce point, le président de DÉSI cite en exemple la ville de Fermont, qui s'est retrouvée avec 6 000 personnes à qui offrir des services, mais seulement 3 500 résidents permanents. C'est pourtant sur ce dernier chiffre que le réseau de la santé, entre autres, se base pour établir le budget des différents établissements.     «Pour être cohérent et bien performer, une personne doit vivre là où son employeur s'est installé et, pour ça, ça prend notamment des garderies. En fait, si ce Plan Nord ramène la population de la Côte-Nord à 100 000 personnes [elle est présentement à 95 000], ce sera déjà une belle victoire. À Laval, par exemple, 5000 personnes de plus, ça n'a pas le même impact que 5 000 de plus sur la Côte-Nord. C'est ça qui fait un Québec plus dynamique et plus fort.»

 
 

 

Quant aux autres problèmes vécus avec le développement trop rapide du Nord, comme le manque de main-d'oeuvre et le prix exagéré des maisons, Luc Dion les attribue à des circonstances particulières qui ne devraient pas se reproduire dans un Plan Nord 2.0.

33   Retour à la liste

Syndicat des Métallos

Dominic Lemieux
Coordonnateur du Syndicat des Métallos pour l'Est-du-Québec

Source : Le Soleil, le 4 décembre 2014

 

34     Retour à la liste

Centrale des Syndicats nationaux CSN

 

Source : Le Soleil, le 4 décembre 2014

     WSP         Retour à la liste

Firme d'ingénierie WSP

Pierre Shoiry
Président

Source: Le Soleil, le 4 décembre 2014

 

35      Retour à la liste

Fédération canadienne des entreprises indépendantes

Martine Hébert
Vp de la FCEI

Source: Le Soleil, le 4 décembre 2014

 

 02       Retour à la liste

Parti Québécois

Pauline Marois
Chef du Parti Québécois

11 mai 2011: Pauline Marois dit oui au plan Nord mais pas à n'importe quel prix

Note: Québec va maintenir le Fonds de développement nordique de 870 millions $, créé par les libéraux. L'enveloppe budgétaire globale destinée aux municipalités pour le déploiement nordique atteint 200 millions $, le même montant qu'avait promis Jean Charest lors d'une visite à Fermont en juillet 2012.

11 mai 2011 - Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec:

 La chef du Parti Québécois dit oui au Plan Nord, mais pas à n'importe quel prix. Si le Parti est porté au pouvoir, lors des prochaines élections générales, le Plan Nord suivra son cours, mais sera géré d'une toute autre façon, «pas à n'importe quel prix et pas n'importe comment», a-t-elle soutenu.

«Nous n'allons pas jeter le Plan Nord. Nous allons le prendre tel qu'il est et nous allons le gérer à notre façon», a promis Mme Marois. Le développement minier, au premier chef, fera l'objet d'un encadrement strict, législatif et réglementaire, sous sa gouverne, a-t-elle précisé. Elle promet une révision en profondeur du régime minier et la création d'un poste de commissaire aux mines. Surtout, elle s'engage à revoir à la hausse les redevances versées à l'État pour l'exploitation du sous-sol, sans toutefois préciser la contribution attendue des minières sous un gouvernement péquiste. «Le pourcentage pourra être variable», a-t-elle dit.

 Retour à la liste

La chanson Nous par Samian

NOUS? est un évènement unique de prise de parole, de réflexion sur l'état du Québec, sa démocratie, tenu le 7 avril dernier. NOUS SOMMES ARRIVÉS À CE QUI COMMENCE. Diffusion en direct sur la chaîne VOX.

01    Retour à la liste

Chef de bande de Uashat mak Mani-utenam

8 mai 2013 Le Nord Pour tous du Parti Québécois:

Le nouveau chef de bande de Uashat mak Mani-utenam, Mike McKenzie, a condamné dans des termes sévères «la nouvelle version du Plan Nord», tel qu'exposée à Chibougamau, le 14 mai 2013, par la première ministre Pauline Marois. «qu'une fois de plus, le gouvernement du Québec ne laisse aucune place aux Premières Nations». Les Innus «ont vu passer bien des plans Nord, bien avant celui de Jean Charest, lors des 65 dernières années», a-t-il ironisé, en faisant remonter le contentieux contre Québec aux années 50, quand la minière IOC a fondé Schefferville. Nous voulons être clairs : il n'y aura pas d'intrusion dans notre territoire traditionnel sans notre consentement. [...] Rien ne nous a jamais été donné, a-t-il renchéri. On a toujours fait fi de notre opinion.

03     Retour à la liste

Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL)

Ghislain Picard

02 juillet 2011 Source - Journal Le Devoir

10 mai 2011 Source: Radio-Canada et l'Agence La Presse canadienne

8 mai 2013: Des Innus de la Côte-Nord condamnent «la nouvelle version du Plan Nord»

8 mai 2013  «Le Plan Nord pour tous du Parti Québécois:

«Tout le monde semble avoir été consulté : les minières, les grands argentiers de ce monde, les groupes environnementaux, les municipalités», a soulevé le chef Ghislain Picard. «Mais on a l'impression que les Premières Nations, qui détiennent encore et toujours des droits et un titre foncier sur les territoires, représentent la partie négligeable. [...] Nous continuons à être systématiquement contournés.» Le chef de l'APNQL a expédié une lettre au cabinet de la première ministre pour se plaindre notamment du court préavis qu'il s'est fait donner pour assister à l'annonce à Chibougamau.

2 juillet 2011 - Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec

Le Plan Nord «exclut plus de Premières Nations qu'il n'en inclut», souligne le Secrétariat de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL) alors que Jean Charest fait la promotion de ce dernier en Europe en rappelant l'importance de travailler avec les Premières Nations. «Il semble que la priorité est actuellement de séduire les investisseurs et non les Premières Nations», a dénoncé hier le chef de l'APNQL, Ghislain Picard, par voie de communiqué.

Il en appelle à un développement «concerté et inclusif». «Tant que nos communautés devront ériger des barricades sur les routes pour que le gouvernement daigne s'asseoir pour négocier des ententes, le Québec ne trouvera pas d'alliés du côté des Premières Nations. Il en a pourtant grandement besoin pour son Plan Nord», observe M. Picard, qui demande au premier ministre de «revoir son approche».

10 mai 2011

Le chef n'a pas été rassuré par les déclarations faites par le gouvernement Charest lors du dévoilement de ce plan de développement. « C'est encore plus inquiétant que je le pensais », a-t-il dit en entrevue.

« Le Québec a des obligations face aux communautés, aux nations qui ont déjà signé des accords, mais qu'en est-il des autres communautés qui n'ont pas signé d'accord? », s'interroge-t-il.

Il estime que le Plan Nord bafoue les droits territoriaux de certaines communautés autochtones. Le chef de l'APNQ a souligné que les communautés qui n'ont pas signé la Convention de la Baie-James et qui ont des droits sur d'autres portions territoriales du Nord n'ont pas été consultées, y compris certains peuples installés au sud du 49e parallèle.

Quant aux discussions avec les communautés autochtones évoquées par le gouvernement, M. Picard s'est montré sceptique. « On parle de discussions qui ont déjà 30 à 35 ans. Quand voit-on la lumière pointer au bout du tunnel? »

« Ma crainte, poursuit-il, c'est qu'on repousse à beaucoup plus tard ces discussions-là, étant donné qu' il y aura du développement sur le territoire. C'est quoi le prétexte maintenant pour activer les négociations et pour arriver à des solutions rapides et durables surtout? »

Interrogé sur les bénéfices mentionnés par le gouvernement (emplois, formation, logements, etc.), M. Picard y voit du « pelletage de nuages ». « Ça ne devrait pas devenir un prétexte ou une excuse pour le gouvernement de contourner ces questions fondamentales [du territoire] ». « Si les cours n'étaient pas intervenues en 1970 pour rappeler [au premier ministre] Bourassa : "il y a des gens qui habitent le territoire, ce n'est pas un territoire qui est vierge et vous devez négocier", on n'aurait pas eu de Convention de la baie James, a-t-il rappelé. Ce n'est pas différent aujourd'hui ».

31    Retour à la liste

Greenpeace

Nicolas Mandeville, directeur

7 mai 2013: Plan Nord : aplaventrisme péquiste

 

7 mai 2013 - Le Nord Pour tous du Parti Québécois:

Greenpeace réagit avec stupéfaction à l’annonce des objectifs de conservation peu ambitieux qui s'inscrivent dans le cadre du Plan Nord péquiste. Après avoir renoncé à protéger la moitié du territoire, voilà que la première ministre Pauline Marois ramène la cible de protection à celle d’y a 20 ans, bien en-dessous des objectifs internationaux fixés par les Nations unies.  « Pendant que le Parti québécois investit massivement nos fonds publics pour défricher les écosystèmes les plus fragiles de la planète, aucune police d’assurance n’est mise en place pour protéger ces territoires. C’est irresponsable ! », a affirmé Nicolas Mainville, directeur de Greenpeace au Québec.

Le gouvernement Marois a annoncé aujourd’hui une cible de protection de 12 pour cent du Nord québécois, soit le même objectif annoncé lors du Sommet de la Terre il y a vingt ans. Rappelons que la cible de conservation recommandée par les experts des Nations unies se situe aujourd’hui à 17 pour cent. L’organisation considère qu’un Plan Nord péquiste sérieux en matière d’environnement doit assurer la  protection rapide de deux sites prioritaires en forêt boréale, la Vallée de la Broadback et les Montagnes Blanches.

30    Retour à la liste

Membre du Conseil d'administration de Stornoway Diamonds, et de Mazarin (amiante). Président du conseil de Industrielle Alliance Assurance

6 mai 2013 - Le Nord Pour tous du Parti Québécois:

Depuis 60 ans, le minerai du Nord québécois fait saliver les investisseurs en quête de grand développement économique.

Des villes ont été construites puis fermées au gré des soubresauts du marché mondial comme Gagnon et Schefferville. L'ex-premier ministre Jean Charest appuyait le Plan Nord sur une prospérité minière qui devait durer 25 ans.

« On s'est imaginé que tout ça allait continuer sans arrêt. Malheureusement, les ressources naturelles ont toujours vécu des cycles historiquement. »

La valeur du minerai de fer, établie il y a deux ans à 200 $ la tonne, a chuté de 30 %. « Le financement est devenu extrêmement sinon impossible pour beaucoup de projets miniers », ajoute John Leboutillier.

22      Retour à la liste

Professeur émérite d'économie

5 mai 2012 - Le Plan Nord devient un «bar ouvert»,

Novembre 2011
Les stratégies du Plan Nord
Pour l'enrichissement des Québécois.ses

PDF
 22 pages

 

27      Retour à la liste

Réjean Porlier
président provincial

Source: Cyberpresse 29 mai 2011

 

18    Retour à la liste

Jean-Paul L'Allier

ex-maire de la ville de Québec

Source: Revue La Terre de chez-nous 26 mai 2011

 

28    Retour à la liste

Claude Villeneuve

Coordonnateur de la chaire en éco-conseil de l'Université du Québec à Chicoutimi UQÀC

Source: Le courrier du Saguenay 24 mai 2011

 

12    Retour à la liste

Équiterre

Steven Guilbeault
Coordonnateur général adjoint

Source: Journal Le Soleil 15 mai 2011

 

 23      Retour à la liste

Pierre-Oliver Pineau

Professeur agrégé à HEC Montréal

Source: La Presse 11 mai 2011

 

20     Retour à la liste

Fondation David Suzuki

Karel Mayrand
Directeur général pour le Québec de la Fondation David Suzuki

Source: La Presse 11 mai 2011

 

06    Retour à la liste

Mathieu Bock-Côté

Chargé de cours en sociologie à l'UQÀM

Source: La Presse 11 mai 2011

 

21      Retour à la liste

Pierre-Yves McSWEEN

Comptable agréé et chargé de cours à HEC Montréal

Source: La Presse 11 mai 2011

 

25     Retour à la liste

Nature Québec

Christian Simard
Directeur

Source: Journal Le Soleil 10 mai 2011

 

 22      Retour à la liste

Blue Note Mining

Léon Méthot
PDG

Source: Le Nouvelliste 10 mai 2011

 

07    Retour à la liste

Canards Illimités

Bernard Filion
Directeur régional

Source: Radio-Canada et l'agence La Presse canadienne 10 mai 2011

 

24   Retour à la liste

Roméo Saganash

Député fédéral

Source: Radio-Canada et l'agence La Presse canadienne 10 mai 2011

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec: L'ex-négociateur cri et nouveau député fédéral néo-démocrate de d'Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, se réjouit de l'annonce, y voyant le respect des ententes (Convention de la baie James, Paix des Braves) et les lois environnementales.

« Tout est là, il ne reste qu'à respecter ces choses dans le cadre de ce plan », dit-il en évoquant des « bases très solides ».
 

11    Retour à la liste

Matthew Coon-Come

Chef du Grand Conseil des Cris

Source: Radio-Canada et l'Agence La Presse canadienne 10 mai 2011

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec: «Les Cris supportent le développement durable du Nord [...] au bénéfice de tous», a-t-il récité. Il s'est réjoui des engagements stipulant que le «Plan Nord doit respecter les ententes déjà conclues avec les Premières Nations et les Inuits».

Il a été très clair sur son endossement du Plan Nord, en reprenant son intervention pour les médias anglophones. «Ils sont terminés les jours, comme dans les années 1970, où le gouvernement du Québec, sans impliquer les Premières Nations», lançait des projets.  «C'est une nouvelle ère, a-t-il poursuivi. Les Cris ont choisi de participer.»

19    Retour à la liste

Maître chez-nous
21e siècle

Daniel Breton

Source: Radio-Canada et l'Agence La Presse canadienne 10 mai 2011

 

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec: Ni pour ni contre, président de l'organisme estime de son côté qu'il est « trop tôt » pour être en mesure de dire si ce plan de développement est une bonne chose. Arguant que la Loi sur les mines est désuète, il a affirmé qu'on ne pouvait pas donner de chiffres sans qu'un nouveau projet de loi, qui traitera de « nouveaux système d'exploration, de redevances », soit entériné.

Pour le moment il accuse Québec de lancer de nouveaux mégaprojets sans justification énergétique, en risquant ainsi des milliards de fonds publics alors que le Québec est en période de surplus énergétique, sans étude environnementale stratégique, sans comparaison de la rentabilité des filières, sans application rigoureuse du principe de précaution, sans politique générale de protection de la biodiversité, ni d'équité sociale et transgénérationnelle, et en ignorant les principes de la planification intégrée des ressources.

08    Retour à la liste

Chambre de commerce de Montréal

Michel Leblanc
président et chef de la direction de la Chambre

Source: Communiqué de presse du 9 mai 2011

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec: « Le développement des régions nordiques du Québec recèle un immense potentiel pour l’ensemble de l’économie québécoise et pour la métropole en particulier. Le Plan Nord, c’est aussi un Plan Sud qui permettra à Montréal de renforcer sa position en tant que principal centre de services professionnels pour les entreprises de ressources naturelles. Ces investissements auront des retombées positives pour les sièges sociaux des entreprises d’exploration et d’exploitation, de même que pour celles du génie-conseil et autres services connexes », a déclaré Michel Leblanc, président et chef de la direction de la Chambre.

 

16    Retour à la liste

Géographe

Source: cyberpresse 9 mai 2011

 

Cette fois, a précisé l'universitaire, âgé de 88 ans, fondateur du Centre d'études nordiques, un plan «engage tout le Québec. Nous sommes passés du sectoriel au total Québec. C'est la plus grande chose qui puisse arriver. C'est le rapprochement de cultures qui sont différentes [...]. C'est la première fois que le Québec du Sud et le Québec du Nord font quelque chose ensemble dans le Nord. C'est ça qui est majestueux, considérable.»

10     Retour à la liste

Conseil du patronat du Québec

Yves-Thomas Dorval

Président directeur général du Conseil du patronat du Québec (CPQ)

Source: Le Soleil, 4 décembre 2014 et communiqué de presse le 9 mai 2011

«Le Plan Nord constitue tout à fait le genre d'initiatives dont le Québec a besoin actuellement pour sortir de la morosité économique.»

Le président-directeur général du Conseil du patronat du Québec (CPQ), Yves-Thomas Dorval, est sans équivoque. Parmi les éléments les plus prometteurs, M. Dorval retient les investissements prévus en matière d'infrastructures et de développement énergétique ou minier, «mais on peut aussi penser aux investissements consacrés à la formation de la main-d'oeuvre, à la recherche et au développement des compétences nécessaires à ce cadre si particulier».

Le patron du CPQ estime aussi que l'exploitation responsable du Nord est une condition essentielle à la prospérité collective. «Si, comme société, nous voulons voir se libérer le formidable potentiel de développement de ce territoire, nous avons le devoir d'établir les conditions d'un véritable dialogue autour de ses attraits économiques, sociaux et environnementaux», lance-t-il.

 

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec:  Le Conseil estime qu'il s'agit d'une initiative ambitieuse qui générera des retombées importantes et positives à court et à long termes pour le Québec, notamment au chapitre de l'investissement privé.

« L'investissement qui sera généré par les différentes mesures contenues dans le Plan Nord permettra de créer de la richesse à court et à long termes et ce, dans un esprit de développement responsable de notre patrimoine collectif », a déclaré le président du Conseil

Parmi les éléments les plus prometteurs contenus dans le Plan Nord, le Conseil du patronat souligne, entre autres, les investissements prévus en matière de formation de la main-d'œuvre, sur le plan des infrastructures et de l'exploitation responsable des ressources minières et gazières du Québec, de même que la construction de nouveaux barrages et d'éoliennes.

« Le Plan Nord constitue tout à fait le genre d'initiatives dont le Québec a besoin actuellement pour sortir de la morosité économique actuelle liée à la récession que nous venons de traverser, relancer l'investissement des entreprises et, ainsi, redonner la passion de l'audace aux Québécois.» 

17    Retour à la liste

Initiative boréale canadienne (IBC)

Suzann Méthot
directrice régionale-Québec

Source: Communiqué de presse 9 mai 2011

 

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec:  D'ici 25 ans, une superficie de près de 600 000 km2 bénéficiera d'un statut de protection visant à sauvegarder l'intégrité écologique et la biodiversité de ce vaste et fragile territoire.

« Le plan dévoilé par la ministre responsable du Plan Nord présente une démarche adéquate visant à élaborer une planification écologique et un aménagement intégré sur le territoire touché, soit 1,2 million de kilomètres carrés.

Nous reconnaissons aussi la place attribuée au leadership autochtone et au respect du rapport nation à nation ainsi que de leurs droits ancestraux, tel que nous l'avons toujours souhaité
» mentionne madame Suzann Méthot, directrice régionale - Québec pour l'IBC
.

26     Retour à la liste

Pierre SIMARD

Professeur à l'École nationale d'administration publique, à Québec

Source: La Presse 9 mai 2011

 

 04    Retour à la liste

Association des ingénieurs-conseils du Québec (AICQ)

Johanne Desrochers
Directrice

Source: L'agence Presse canadienne 8 mai 2011 et Communiqué de presse du 9 mai 2011

 

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec: « Le Québec pourra compter sur une expertise locale pour réaliser le plein potentiel du Plan Nord, puisque nous avons ici-même des firmes de génie-conseil dont les expertises, notamment dans les domaines de l'hydroélectricité, des mines, des télécommunications et des infrastructures, permettront d'appuyer les initiatives des secteurs publics et privés dans le développement durable de cette région, » a déclaré , présidente-directrice générale de l'AICQ.

« C'est un projet très prometteur pour la relève en ingénierie et pour le génie-conseil, qui doit une partie importante de son développement aux grands chantiers hydroélectriques du Québec, » d'ajouter Mme Desrochers.

Selon l'AICQ, les investissements majeurs annoncés et la structure d'envergure mise sur pied font preuve de vision et donneront au gouvernement les moyens de développer le fort potentiel de cet immense territoire. L'Association se réjouit également des mesures importantes prises pour assurer la protection de l'environnement et des écosystèmes nordiques du Grand Nord, qui sont cohérentes avec les obligations des ingénieurs de tenir compte des conséquences de l'exécution de leurs travaux sur l'environnement.

13    Retour à la liste

Fédération des chambres de commerce du Québec FCCQ

Françoise Bertrand

Source: L'agence Presse canadienne 8 mai 2011 et Communiqué de presse le 9 mai 2011

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec: La présidente s'est félicitée du fait qu'on ait centralisé la prise de décision afin de s'assurer «que le plan sera rigoureusement suivi».

Elle relève aussi que l'engagement d'Investissement Québec dans des projets du Plan Nord conférera «une voix au Québec dans cette mise en valeur de nos richesses naturelles». Le gouvernement fonde de grands espoirs sur la place du secteur privé dans le développement du Nord. La FCCQ s'assurera qu'une définition plus claire du rôle du secteur privé soit donnée dans le futur. En effet, il est actuellement difficile de savoir si les partenariats public-privé seront privilégiés ou à combien s'élève la part attendue des entreprises dans la projection d'investissements de 80 G$ sur 25 ans. La FCCQ entend également demander au gouvernement qu'il précise la raison pour laquelle il a choisi de confier un projet de cette envergure à un ministère sectoriel plutôt qu'au Conseil exécutif

    14      Retour à la liste

Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec FTQ

Michel Arsenault
Président de la FTQ

Source: L'agence La Presse canadienne 8 ami 2011

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec: La FTQ, qui représente des milliers de travailleurs syndiqués des mines, notamment dans le Nord du Québec, accueille le Plan Nord avec prudence.

«Il est essentiel que tout ce plan de développement se fasse dans le respect des populations, dont les populations autochtones, et du respect de l'environnement tout en s'assurant que le Québec obtienne sa juste part des redevances», plaide le président de la FTQ, .

La centrale syndicale réclame une nouvelle Loi sur les mines, tout en ouvrant grands les bras aux emplois bien rémunérés qui découleront de la mise en vigueur du Plan Nord
 

09    Retour à la liste

Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine

Christian Simard

Source: Agence La Presse canadienne 8 mai 2011

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec: «Ce qui nous irrite dans le Plan Nord, c'est que c'est un plan d'abord de développement économique sans avoir une stratégie d'étaler ce développement économique-là et de s'assurer qu'il y ait un maximum de retombées dans le temps et de retombées pour les communautés d'accueil. On va arriver encore avec des 'fly in fly out'», ces entreprises qui vont venir exploiter la richesse et qui quitteront prestement la communauté une fois la richesse exploitée.

«On va payer beaucoup de routes, beaucoup d'équipements, beaucoup de formation, beaucoup d'expertise géologique et, au bout du compte, est-ce qu'on va en retirer véritablement des revenus suffisants pour les systèmes de santé et d'éducation et, aussi, un Fonds des générations, parce qu'il faut prévoir ce qui va se passer après le boum du Plan Nord», a prévenu M. Simard.

29    Retour à la liste

L'Alliance stratégique Innus

Armand McKenzie

Source: Cyberpresse 8 mai 2011

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec:  Le négociateur Innus n'est pas enthousiaste, la communauté la plus réfractaire à ce plan, fait valoir qu'« il est essentiel que le peuple innu soit associé à cela ».

« Malheureusement, pour l'instant, nous ne sentons pas que nous ne sommes partie prenante de façon pleine et entière avec le gouvernement du Québec », déplore-t-il.
 

05    Retour à la liste

Association minière du Québec AMQ

 

Source: L'agence Presse canadienne 8 mai 2011

 

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec: L'Association minière du Québec a applaudi au dévoilement du Plan Nord, notant que ses membres sont prêts à exploiter les ressources naturelles de ce vaste territoire.

«On voit vraiment que le gouvernement du Québec veut stimuler, veut participer à ce développement et, bien sûr, avec les droits miniers, avoir des retombées. En plus, participer avec Investissement Québec, c'est participer aussi aux retombées au sein même des entreprises», a souligné le directeur des communications et des affaires publiques de l'association, André Lavoie.

15      Retour à la liste

Député fédéral de la circonscription de Manicouagan

Source: Cyberpresse 6 mai 2011

 

Le Plan Nord du Parti Libéral du Québec:  Selon le député, le Plan Nord commence à perdre pas mal de vitesse, à l'heure actuelle. «Moi, du pillage et amener toutes les ressources aux prêteurs sur gages lorsque t'as rapidement besoin d'argent, ce n'est pas une façon de faire du développement.»

«Ce n'est pas une façon d'assurer une survie économique, une pleine expression sociale, un épanouissement de la communauté. [Vendre] les ressources à rabais, sans consulter la population et sans faire de concertation, ce n'est pas une voie pour le futur

Retour à la liste