Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Finance - Fiche Plan Nord  

Plan Nord
Éditoriaux
par JosPublic
Le webmestre de ce site

03

 

Le Plan Nord du Québec: qui paiera les coûts de tout ce développement?

Le Plan Nord ne rapporte pas.   Les redevances provenant des compagnies minières ne sont pas assez élevées pour couvrir les coûts des routes, chemin de fer et équipement portuaire que le gouvernement du Québec offre aux investisseurs.   Mon député et son parti politique ont tout simplement choisi les mauvaises batailles.  Ce n'est pas sérieux de se substituer aux chambres de commerce et ressembler de plus en plus à un vendeur itinérant ou colporteur plutôt qu'à un développeur et gestionnaire du bien commun.  Si le Plan Nord est devenu un gouffre financier pour l'État à qui je paie mes impôts, je n'ai que mon député à blâmer et moi-même si je n'interviens pas pour lui dire qu'il ne défend pas mes intérêts mais ceux d'une classe d'entrepreneurs internationaux qui n'ont rien à foutre de nos vies ici.  

02
 

Philippe Couillard
Premier ministre du Québec
en 2014

 

Encore un autre Plan Nord et encore une imposture de Philippe Couillard. Une mise en scène tordu, la mine Stornoway n'a rien à voir avec le Plan Nord

Le premier ministre du Québec a décidé de se servir de l'ouverture des travaux de la mine Renard de la Stornoway Diamond Corporation pour lancer son Plan Nord Plus. Une mise en scène désopilante puisque cette mine n'a rien à voir avec le Plan Nord sinon qu'elle est dans le Nord. Ce projet à été conçu en 2001 après des années d'exploration. Plan Nord ou pas il serait advenu. Le premier politicien qui a aidé à sa réalisation fut Bernard Landry en 2001 avec l'entente "La paix des braves" et la politique de développement du Nord du Québec. Encore une imposture du bon Dr Philippe Couillard. Allons voir les faits.

01

Malgré les sabrages de Jean Charest. La « grande déception » plombera le Plan Nord

Nous sommes le 9 mai 2011 et Jean John-James Charest de Westmount, originaire de Sherbrooke, pour le moment premier ministre « conservateur » du Québec et chef du Parti Libéral du Québec, présente un plan à trois cents invités triés sur le volet.