Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Fiche Le pétrole - Déversements en continu

Déversement de pétrole en continu, d'un puits, dans le golfe du Mexique
Un des secrets les mieux gardés de l'industrie du pétrole en mer pour protéger Taylor Energy

L'Alliance des Waterkeeper et ses organisations locales ont découvert que des fuites de pétrole n'ont pas été colmatées depuis un glissement de terrain sous-marin à la suite de l'ouragan Ivan en 2004. Un quai en mer et 28 puits ont été endommagés et enfouis sous les sédiments. Depuis lors, Taylor Energy n'a pas encore arrêté l'écoulement quotidien du pétrole à partir du site tel que le prouve la photo ci-dessous. Un recours collectif est intenté en Cour contre les pollueurs et l'agence Associated Press a poursuivi l'enquête pour obliger les responsables et le gouvernement à dévoiler toute la vérité sur la fuite de pétrole la plus cachée de l'histoire de l'industrie du forage en mer.

 
 
 

Un procès qui nage dans les mensonges corporatifs

 
 

Citant le droit au public de savoir pourquoi un quai pétrolier en mer à 11 miles au large de la côte de la Louisiane continue à laisser s'échapper du pétrole depuis 2004, une coalition de protecteurs de l'eau et de groupes environnementaux a intenté un procès contre Taylor Energy Company LLC.

Les demandeurs ont déposé une "plainte pour faire cesser les déversements et  lever le voile du secret qui entoure la compagnie responsable des fuites", a déclaré Marc Yaggi, directeur exécutif de la Waterkeeper Alliance.

"Ni le gouvernement, ni Taylor ne répondent aux questions de base liées à la lutte contre la pollution, invoquant des préoccupations de protection de la vie privée. "

Le déversement fut identifié dans un rapport de surveillance du «Golfe News» publié le 2 février 2012 par des groupes de surveillance indépendants, y compris SkyTruth, SouthWings, Lower Mississippi Sentinelles et l'Alliance Sentinelles. ( 01 )

Il ne reste qu'un employé à plein temps chez Taylor Energy et la seule raison pour laquelle la compagnie reste ouverte, c'est pour se battre dans un procès qui pourrait coûter cher à la famille Taylor. Depuis les événements qui ont détruit les installations de cette compagnie basée à la Nouvelle-Orléans, elle a minimisé les impacts environnementaux et économiques pour les pêcheurs et riverains du golfe du Mexique. Elle compare la situation aux multitudes de petites déversements que le golfe subit annuellement, puisqu'il y a des centaines de quais pétroliers.

Mais une enquête de l'agence de presse "Associated Press" a révélé des preuves selon lesquelles la marée noire est bien pire que ce que Taylor ou le gouvernement ont signalé publiquement. À la demande de AP, la garde côtière a fourni une nouvelle estimation de la fuite qui est environ 20 fois supérieure à une récente déclaration de la compagnie.

Des experts indépendants expliquent que la marée noire pourrait être encore pire - peut-être une des plus importantes jamais identifiée dans le Golfe, quoique toujours éclipsée par la catastrophe de BP en 2010.

Les racines de la fuite se trouvent dans une coulée de boue sous-marine déclenchée par les vagues de l'ouragan Ivan en septembre 2004. Le quai en mer de Taylor a été renversé et 28 puits sont maintenant enfouis sous les sédiments à environ 10 milles des côtes de la Louisiane à une profondeur d'environ 475 pieds. N'ayant pas accès aux puits enterrés, la méthode traditionnelle d'enterrer les puits et de tout simplement quitter les lieux, ne fonctionne pas dans ce cas.

En 2008, la garde côtière a déclaré que la fuite posait un «risque important» pour l'environnement, bien qu'aucun pétrole provenant de la fuite n'ait atteint les rivages. Ian MacDonald, professeur d'océanographie biologique au Florida State University et témoin expert dans un procès contre Taylor, a déclaré que la situation «présente  une menace grave pour l'environnement» et nuit aux oiseaux, poissons et autres animaux marins.

Même après des dizaines de millions de dollars dépensés pour contenir et arrêter la fuite, Taylor dit qu'elle ne peut plus rien pour stopper complètement les effets chroniques des fuites de pétrole.

En 2014, la compagnie a présenté une proposition "finale" aux régulateurs fédéraux. Bien que les détails restent secrets, la compagnie soutient que les experts et responsables gouvernementaux conviennent que la "meilleure ligne de conduite... consiste à ne prendre aucune mesure positive" en raison de possibles risques accrus pour l'environnement.

Démontrant un biais anti-bien public, le gouvernement a permis à l'entreprise de cacher au public toutes les informations liées à ce déversement, tout cela pour supposément protéger des secrets commerciaux!

«La fuite de Taylor est juste un excellent exemple de ce que j'appelle les sales petits secrets cachés aux yeux de tous» a affirmé John Amos le Président de SkyTruth,  géologue dont le groupe de protection de la vie dans l'environnement a surveillé les nappes de pétrole par satellite.

Amos estime qu'entre 300 000 et 1,4 million de gallons de pétrole ont fui du site depuis 2004, avec un taux de fuite quotidien moyen annuel qui oscille entre 37 et 900 gallons, tout dépendant des courants et des marées.

 
 

Le gouvernement états-uniens complice de l'industrie

 
 

Le gouvernement a donné des estimations beaucoup plus petites, tel qu'une moyenne de 22 gallons par jour en 2008 à une estimé de 12 gallons par jour durant les cinq prochaines années. Dans un dépôt en Cour en février 2015, Mme Taylor a dit que les experts avaient évalué en 2014 que les fuites serait de moins de 4 gallons par jour.

L'examen par l'"Associated Pres" de 2 300 rapports de pollution depuis 2008, ne correspond pas aux décomptes officiels de fuites de fuite décroissantes.

 En effet, les rapports montrent un pic dramatique dans les tailles de brillance et de volumes de pétrole s'échouant sur les rives depuis le 1er septembre 2014. Les données de AP ont été publiées après que les organismes de réglementation fédéraux aient tenu un atelier pour améliorer la précision des estimations des panaches de pétrole flottant sur la mer, par un entrepreneur de Taylor et commencé à envoyer des observateurs du gouvernement sur les vols de surveillance.

Depuis avril 2008 jusqu'en août 2014, la taille moyenne du panache de pétrole signalé à la garde côtière a 2 milles carrés, avec un volume moyen de 11 gallons de pétrole. Depuis lors, la taille de brillance moyenne quotidienne a gonflé à 8 milles carrés avec un volume moyen de 91 gallons.

Après la présentation par AP des preuves des images satellites, la garde côtière a dévoilé une méthode améliorée pour estimer les nappes de pétroles à partir des airs, avec la constatation indéniable que beaucoup plus de pétrole avait été renversé par année que ce qui avait été signalé.

La nouvelle estimation de la garde côtière démontre qu'environ 16 000 gallons de pétrole ont été repérés dans les nappes ou panaches durant 7 mois. C'est à peu près six fois supérieur à son estimation de 2014, d'environ 4 500 gallons par an et 20 fois plus élevé que le chiffre cité par Taylor dans un dépôt au Tribunal le 19 février.

Un porte-parole de Taylor a refusé de commenter les conclusions de l'AP. La compagnie rechigne à partager l'information qui pourrait aider les autres opérateurs en mer en cas d'accident similaires, invoquant que c'est un atout commercial précieux pour elle.

«La marée noire Taylor est emblématique d'un système dépassé, où la production pétrolière a la priorité sur les préoccupations de santé humaine et l'environnement», a déclaré Justin Bloom, Directeur régional de l'Est de la Waterkeeper Alliance. 

«Le public mérite de savoir comment ce déversement s'est produit et pourquoi il continue. Les communautés côtières doivent comprendre les risques impliqués dans le développement des ressources pétrolières en mer et quelles sont les protections en place pour prévenir les dommages causés par les déversements futurs». ( 02 )

"Imaginez un incident comme celui du déversement Taylor dans une eau profonde, à haute-pression qui ne pourrait pas être contenue durant une dizaine d'années", a déclaré Paul Orr, des Sentinelles du Bas-Mississipi. "Voulons-nous vraiment ce nivellement par le bas, sans une bouée de sauvetage lorsque l'industrie du pétrole semble être encore à la grande barre? "

2004 - état des quais en mer de Taylor Energy co.

Taylor Energy a vendu tous ses baux en mer et ses intérêts pétroliers et gaziers en 2008 à un consortium formé de Korea National Oil Corporation et Samsung C&T Corporation quatre ans après le décès du fondateur Patrick Taylor. ( 03 )

«Ce n'est pas normal d'avoir une fuite comme celle-là» s'exclame Ken Arnold, un consultant de l'industrie du forage en mer. «Tout cela me surprend, normalement nous réparons les choses beaucoup plus rapidement que ce qui a été fait."

En 2010 il a fallu 87 jours à BP pour boucher son puits dans le golfe et arrêter le pire déversement de pétrole dans l'histoire des États-Unis. En 2004, un ouragan détruit 28 puits qui fuient encore aujourd'hui. La catastrophe a exposé les faiblesses dans la culture de la sûreté de l'industrie du forage et des lacunes dans ses capacités d'intervention lors de déversement.

Imaginons la même situation dans un milieu plus hostile tel que dans le golfe Saint-Laurent ou l'Arctique.
                                                                                                             
      - JosPublic

Sources: Waterkeeper Alliance; Associated Press Coopérative à but non lucratif; Fuel Fix pour Hearst Corporation; Times-Picayune pour Advance publication.

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références, titrage et traduction de l'anglais par : JosPublic
Publication : 26 avril 2015

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

 
 

Notes & Références encyclopédiques:

01

 
 
 

Rapport de surveillance du Golfe publié le 2 février par des groupes de surveillance indépendants, y compris  SkyTruth, SouthWings Lower Mississippi Sentinelles et l'Alliance Sentinelles. - En anglais sur le site internet de Waterkeeper

 
 
 

Retour au texte

02

 

Une copie du rapport des Waterkeeper peut être trouvé ici - En anglais sur le site internet de Waterkeeper Alliance

 

Retour au texte

03

 

Taylor Energy being sold to Korea National Oil, Samsung - Sur The Times-Picayune, on february 01, 2008

 

Retour au texte

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Le pétrole - Déversements en continu - Haut de page

Pétrole arrivant sur les rivages du Golf du Mexique, une vague à la fois depuis 2004