Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Fiche Le pétrole - Déversements en continu

Déversement en continu : une des pires marées noires du monde

Dans le golfe du Mexique, c’est une pollution silencieuse, qui dure depuis des années…  Cette fuite de pétrole, due à un glissement de terrain sous-marin provoqué par un ouragan en 2004, n’a jamais été colmatée. En 2015, JosPublic avait publié sur le sujet.  Rien depuis n'a été tenté pour faire cesser la pollution en continu.

 
 
 

Triste record

 
 

C’est un bien triste record qui va être battu dans le golfe du Mexique : une fuite de pétrole datant de 2004, mais longtemps restée secrète, a provoqué une pollution désormais pire que celle générée par l’explosion de la plateforme Deepwater Horizon, en 2010.  

L’explosion avait fait 11 morts et 780 millions de litres de pétrole s’étaient répandus en mer en 87 jours.

La fuite de 2004, elle, a été causée par l’ouragan Ivan, qui avait dévasté le golfe du Mexique et détruit une plateforme pétrolière (la 23051) installée à 20 km de la côte de Louisiane.  Cette plateforme appartenait à la société Taylor Energy Company dont le fondateur Patrick F. Taylor est décédé deux mois après la catastrophe à l’âge de 67 ans.

 
 

Remontées continuelles de pétrole

 
 

L’ouragan a non seulement détruit la plateforme mais il a aussi provoqué un glissement de terrains qui a enterré les 28 têtes de forage d’où le pétrole s’est échappé de façon tout à fait incontrôlée.  

Pendant plusieurs mois, la société a tenté de localiser les forages pour colmater les fuites ; une plate-forme, l’Ocean Saratoga, a même été positionnée sur les lieux de l’accident.  Six des forages ont été bouchés.  Mais les ouragans Katrina et Rita, en 2005, ont mis fin aux efforts.

Trois ans plus tard, les garde-côtes américains ont exigé de nouvelles tentatives pour interrompre les remontées continuelles de pétrole à la surface.

Si les Coast Guards (gardes-côtes) étaient au courant du potentiel dévastateur de la fuite et l’ont minimisée, peu de gens étaient conscients de l’ampleur de la catastrophe.  C’est une organisation non-gouvernementale, Sky Truth, surveillant le site de Deepwater Horizon, qui a repéré la pollution en 2010 et a établi qu’elle provenait d’une autre source, située à 65 km.

 

La plateforme Saratoga en 2010, alors que Taylor Energy tentait encore de colmater la fuite

 

Une image satellitaire de 2007 qui montre une nappe de 138 km2 près du site de l’accident. (Photo : Nasa)

 
 

Polémique

 

 

Taylor Energy, mise en cause, s’est défendu en affirmant que la fuite était bénigne.  Sauf que l’agence de presse Associated Press a déterminé en 2015 que le volume de pétrole qui s’écoulait des forages était 20 fois supérieur au chiffre de Taylor Energy.  Plus récemment, de nouveaux chiffres ont été publiés ; selon eux, ce sont l’équivalent de 700 barils de pétrole (112 000 litres) qui s’échappent chaque jour.

Bien sûr, Taylor Energy conteste ces données.  La société, qui appartient désormais à des Sud-Coréens, affirme que la fuite ne provient pas de ses forages et que la catastrophe relevait de « la volonté divine ». Elle réclame même à l’État fédéral le remboursement de 450 millions de dollars bloqués sur un fonds pour payer les efforts de nettoyage.

 

Les plages de Floride écopent, mais imaginons la mer lieux de vie d'une partie de notre nourriture

 

Alors que sont en hausse la fréquence et la violence des ouragans qui balaient le golfe du Mexique et la côte Atlantique, la crainte de nouvelles pollutions pétrolières grandit dans les populations des États de la Louisiane à la Caroline du Nord en passant par la Floride

Elle est en passe de devenir l’une des pires marées noires au monde. La fuite de pétrole de Taylor Energy Company est de fait une pollution silencieuse.

Selon l’agence américaine Associated Press, 37 000 à 113 000 litres s’écouleraient quotidiennement des puits alors que Taylor Energy estime la fuite à dix mille fois moins.

 

Les fuites dans le Golfe du Mexique entre Les États-Unis et les Antilles dans la mer des Caraïbes

 
 

La fuite pourrait encore s’aggraver

 
 

Bien que la quantité de fuites de pétrole ait diminué après le colmatage de certains puits en 2011, la fuite pourrait encore s’aggraver.  En janvier 2016, Taylor Energy Compagny a poursuivi l’État de Louisiane pour se faire rembourser 400 millions de dollars affectés au nettoyage de la marée noire. L’État de Louisiane, de son côté, a refusé de céder et a porté plainte.

L’organisation non-gouvernementale, Sky Truth, qui a repéré la pollution en 2010, estime qu’entre 3,2 millions de litres et 15,1 millions de litres de pétrole ont été déversés sur le site entre 2004 et 2017.  Elle a mis en ligne une chronologie exhaustive des faits depuis 2004, ainsi qu’une carte interactive des marées noires dans le golfe du Mexique.

A ce jour, la pire marée noire reste celle provoquée par le sabotage irakien du terminal pétrolier de Mina al-Ahmadi, au large du Koweit, en pleine guerre du Golfe : plus d’un million de tonnes de pétrole brut se répand dans le golfe persique

L’autre grande catastrophe écologique, celle de l’accident de la plate-forme Ixtoc I dans le golfe du Mexique, est à l’origine d’une pollution estimée entre 470 000 tonnes selon les estimations les plus prudentes, peut-être jusqu’à 1 500 000 tonnes.

 

Source: Journal Sud/Ouest France pour Groupe Sud Ouest; L'agence de presse Associated Press; et le groupe de protection de l'eau la Waterkeeper Alliance.

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 27 octobre 2018

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  MétéoPolitique: Déversement de pétrole en continu depuis 2004 dans le Golfe du Mexique

Principaux déversements de
pétrole de 2017 à 1965

Fiche: Le pétrole

  Notes & Références encyclopédiques:

 
 

Notes & Références encyclopédiques:

pollution désormais pire que celle générée par l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon...

 

Marée noire: dans le Golfe du Mexique. Et si c'était dans le Golfe Saint-Laurent?  La pétrolière BP avait refusé de se plier au normes gouvernementales états-uniennes

 

Retour au texte

Selon l'agence états-unienne Associated Press...

 

Oil Spill at Center of Legal Battle Worse Than Earlier Estimated, Study Finds - Fuite de pétrole au centre d'une bataille pire que toutes les estimations précédentes selon une étude. Le 14 septembre 2018 sur Wall Street Journal. Texte en anglais

 

Retour au texte

Elle a mis en ligne une chronologie exhaustive des faits...

 

SkyTruth Oil Spill Reports - Site 23051: Chronology - Analyse par satellite des fuites de pétroles dans le golfe du Mexique par l'organisation SkyTruth.

 

Retour au texte

Elle a mis en ligne un carte interactive...

 

SkyTruth report Golf of Mexico: une carte interactive des marées noires dans le golfe du Mexique depuis juillet 2010

 

Retour au texte

le sabotage irakien du terminal pétrolier de Mina al-Ahmadi, au large du Koweit...

 

Après la catastrope écologique dans le golfe Arabo-Persique

 

La destruction le 26 janvier 1991, en pleine guerre du Golfe, du terminal pétrolier de Mina al Ahmadi au large du Koweit provoque la pire marée noire de tous les temps, l'équivalent de trois "Exxon-Valdez" par jour. - Sur le journal Le Monde, le 4 juin 2010

 

Retour au texte

entre 470 000 tonnes selon les estimations les plus prudentes...

 

 

Le cas Ixtoc 1
Le 3 juin 1979, dans le golfe du Mexique, en baie de Campêche, à 80 km au large de la ville de Carmen, une éruption de pétrole souffle la plate-forme de forage offshore Ixtoc 1, exploitée par la société Perforaciones Marinas del Golfo pour le compte de la société nationale Petroleos Mexicanos (Pemex).

 

Retour au texte