MétéoPolitique

Moteur de recherche en page d'accueil

 

Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Fiche Pétrole- Danger 

Un autre exemple d'absence de conscience environnementale de Shell

Royal Dutch Petroleum --- Royal Dutch / Shell ---  Royal Dutch Shell --- Shell Petroleum Development Company of Nigeria --- Koninklijke Nederlandse Shell N.V ---  Shell Oil --- Groupe Shell

 

Des photos fournies par Greenpeace montrent deux personnes ayant gravé l'une des deux grandes structures rouillées géantes du champ pétrolifère Brent Alpha et déployant une banderole portant l'inscription
"Shell, l'océan n'est pas votre décharge"

 
 

 

Des militants de Greenpeace ont embarqué lundi le 14 octobre 2019 sur deux plates-formes pétrolières de Royal Dutch Shell dans la mer du Nord britannique pour protester contre le projet de laisser des parties des structures géantes en place après la fermeture de la production.

Shell est en train de démanteler le champ Brent, vieux de 40 ans, situé à l’est de l'archipel des îles Shetland, invoquant que ses réserves de pétrole et de gaz diminuent après avoir produit plus de 500 000 barils par jour à leur apogée dans les années 1980.

Le domaine, une coentreprise à parts égales avec Exxon Mobil, comprend quatre plates-formes, une multitude de plates-formes sous-marines et plus de 150 puits.  Shell envisage de supprimer toutes les plates-formes et cherche actuellement à obtenir l’approbation du gouvernement britannique pour laisser en place leurs bases: d’énormes pattes en béton et en acier pesant chacune des dizaines de tonnes.

Shell affirme avoir tenu des consultations approfondies et mené des dizaines d'études sur ses projets ces dernières années et a conclu que le fait de laisser les jambes en place constituait la solution la plus sûre pour l'environnement.  «Nos propositions n'ont été soumises que lorsque nous étions convaincus qu'elles constituaient la meilleure option: sécuritaires, respectueuses de l'environnement, techniquement réalisables et socialement responsables», a déclaré Shell dans un communiqué de presse.

 

 

Les plans seront discutés lors d'une réunion vendredi le 18 octobre 2019 de la commission OSPAR, qui regroupe 15 gouvernements pour la protection de l'environnement marin de l'océan Atlantique du Nord-Est.

Les gouvernements néerlandais et allemand ont tous deux exprimé leur inquiétude face aux projets de Shell.
L’approbation est toutefois entre les mains du département britannique des affaires, de l’énergie et de la stratégie industrielle (BEIS).

Le 4 décembre 2019, l'agence de presse Bloomberg rapport que la compagnie Shell obtient une décision d’un tribunal interdisant l'accès aux militants de Greenpeace aux plates-formes pétrolières de la mer du Nord

Royal Dutch Shell Plc a remporté une décision judiciaire interdisant aux manifestants environnementaux d'embarquer dans des installations pétrolières sans pilote en mer du Nord.   Un juge d'Édimbourg, en Écosse, a déclaré que les manifestants n'avaient pas le droit d'entrer dans les installations et qu'il leur est désormais interdit de pénétrer dans une zone de sécurité de 500 mètres (1640 pieds) autour des plates-formes.
 

"C'est un revers, mais le public comprendra que la véritable préoccupation ici est le plan de Shell", a déclaré Meike Rijksen, une militante de Greenpeace, dans un communiqué.  «Nous continuerons de lutter aux côtés d’experts et de gouvernements contre l’intention de Shell de déverser 11 000 tonnes de pétrole en mer du Nord.»

La pétrolière a demandé un sursis aux règles internationales et l'autorisation de laisser des structures massives dans la mer dans le cadre du processus de fermeture des champs de Brent.  Shell affirme qu'il serait plus sûr et plus rentable de laisser certaines parties des plates-formes en place car le pétrole restant dans les structures présente un faible risque de contamination de la mer.

Mais Greenpeace s’est opposé au plan de l’entreprise, affirmant que les «jambes» de la plate-forme contiennent des sédiments huileux qui finiraient par s’écouler dans la mer.

 

Greenpeace escalade la plate-forme désaffectée de la mer du Nord
et pose l'affiche: "
Nettoyez vos dégâts, Shell!"

Shell pollueur, Shell détruit la mer, Exxon Mobil détruit la mer, Shell finance l'écoblanchiment, Shell un pollueur

Source: Agence de presse Reuters; communiqué de presse de Greenpeace; gCaptain.

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 15 octobre 2019

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Les oléoducs canadiens sont toujours aussi dangereux pour l'eau et ceux et celles qui la boivent

 Le Fleuve Saint-Laurent est très exposé aux déversements de pétrole

 Dangers pétroliers

Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Fiche Pétrole - Danger - Haut de page