Sable bitumineux: nouvelle victoire du lobby canadien en Europe

Gros exportateur de carburant issu des sables bitumineux, le Canada est visé par une directive sur la qualité de l'énergie renchérissant ce pétrole sale. Aidé par l'Angleterre, Ottawa est passé de la menace au lobbying pour faire craquer l'Union Européenne

Texte par: Sylvain Lapoix
Source: OWNI

Note: Le Canada n'exporte pas de pétrole. Il n'est propriétaire d'aucune entreprise de production ou de transformation de pétrole, ni en tout ou en partie. Il agit plutôt comme une chambre de commerce pour l'industrie

Choix de photos et mise en page : JosPublic
Publication : 4 décembre 2011

 

Pour protéger ses exportateurs de pétrole vers l’Union européenne, le gouvernement canadien a mené une campagne de lobbying jusqu’au plus haut niveau pour court-circuiter une directive sur la qualité des carburants.

Parmi elles, des rencontres officieuses de membres du gouvernement d’Ottawa avec David Cameron ( 01 ) et des membres de son gouvernement visant à saborder la réglementation, dont des documents publiés lundi 28 novembre 2011 montrent la régularité et la teneur. ( 02 )

 
 

110 événements de lobbying organisés en deux ans

 

Présentée en juillet 2009 par la Commission européenne, la directive sur la qualité des carburants (Fuel Quality Directive ou FQD) ( 03 ) visait à intégrer dans l’évaluation du bilan carbone des énergies consommées par les transports non seulement les rejets de gaz à effet de serre causés par leur extraction en plus de celles issues de la combustion. Face au critère visant à ne pas acheter ni commercialiser d’énergie fossile “plus polluante que le pétrole conventionnel”, de nouvelles ressources dites “non conventionnelles” (extraites à grand renfort de produits chimiques, déforestation et méthodes violentes, comme les gaz de schiste) se voyaient menacées par cette décision.



 

Et notamment les “sables bitumineux” ( 04 ), forme de pétrole non mature reposant dans des couches superficielles de silice. Des plages d’or noir qui font depuis quelques années les beaux jours des exportations d’hydrocarbures du Canada. Lequel dévaste pour les extraire de majestueux paysages, cours d’eau et écosystèmes de son Far West ( 05 ), rejetant ainsi 22% de CO2 en plus que les exploitations de pétrole classique selon la directive sur la qualité des carburants. De quoi dissuader les importateurs censés réduire leur bilan carbone de 10% d’ici à 2020 de s’abreuver à cette source. Malgré cette catastrophe écologique, l’enjeu économique demeure assez crucial pour Ottawa pour que ses autorités refusent de se voir dicter des restrictions à l’export par la réglementation européenne.

Le lobbying pour briser la décision européenne a débuté dès la rentrée 2009 : en deux ans, les Amis de la Terre Europe ( 06 ) ont recensé 110 événements organisés par les autorités et lobbies canadiens autour des institutions européennes ( 07 ) visant à pointer les incohérences de la directive sur la qualité des carburants face aux sables bitumineux.

D’une autre main, Ottawa s’est saisi d’une multitude d’études favorables à ses thèses, invoquant notamment l’IHS Cera ( 08 ), cabinet de conseil spécialisé dans les hydrocarbures subventionné par l’industrie pétrogazière et déjà infiltré dans les groupes de travail du ministère de l’énergie américain. De quoi retarder le vote de la directive et perturber les débats au Parlement. Une interférence cependant insuffisante pour s’assurer de l’enterrement en grandes pompes de la législation anti-sables bitumineux.


Fort McMurray - le plus gros centre de transformation du bitumineux
photo par Jiri Rezac / Greenpeace

 
 

Coup de fil à un ami du Commonwealth

 

Se saisissant des négociations sur un accord de libre échange Canada-Union européenne (Accord économique et commercial général ou AECG ( 09 ), le gouvernement d’Ottawa a alors formulé une plainte, considérant que le caractère “discriminatoire” de la FQD justifiait la révision des discussions en cours, lesquelles devaient aboutir fin 2011.

En juin, le Parlement européen, saisi sur la résolution, voyait deux camps s’affronter avec, dans la balance, 20 milliards d’euros d’échanges supplémentaires permis par ces nouveaux accords. Si les débats des plénières des 6 et 8 juin ( 10 ) étaient agités entre les différents parlementaires autour de la question, la majeure partie des parlementaires et la Commission ont soutenu l’accord tout en refusant d’y sacrifier les mesures environnementales. Suivant la procédure, la proposition a été transmise au Conseil, où les attendaient les lobbyistes canadiens, comme l’a constaté
l’eurodéputé écologiste hollandais Bas Eickhout : ( 11 )

Une fois l’accord de libre-échange voté, le lobbying a basculé du Parlement et de la Commission au Conseil. Étant donné que le Canada est toujours dans le Commonwealth, il a joué sur la corde sensible de ce lien avec le Royaume-Uni pour le rallier à sa cause. Ce qui a été d’autant plus facile que l’une des principales entreprises engagées dans l’extraction des sables bitumineux en Alberta est la compagnie britannique BP.



 

Obtenus par les organisations écologistes en vertu de la loi sur la liberté de l’information britannique (Freedom of information act) ( 12 ), des mémos ont prouvé que le Canada s’était engagé avec le Royaume-Uni dans des rencontres régulières visant à étouffer une bonne foi pour toute la FQD.

Aux quinze réunions organisées entre responsables politiques canadiens et anglais depuis septembre 2011, dont certains directement entre David Cameron et le Premier ministre canadien Stephen Harper ( 13 ) , plusieurs échanges entre officiels se concluent de remarques positives.

David Cameron et Stephen Harper
premiers ministre de l'Angleterre et du Canada

À la suite de l’entretien entre le ministre du commerce anglais Lord Sassoon et le ministre de l’Énergie de la province d’Alberta où se trouvent les plus importantes réserves de sables bitumineux, une note sanctionne la rencontre : ( 14 )

[Le ministre de l'énergie] était très reconnaissant au Royaume-Uni de ses efforts sur la FQD (directive sur la qualité des carburants).

Plus gênant, des lettres et présentations de groupes pétroliers adressées directement aux ministres présentent leurs “inquiétudes” sur la directive, déclinant l’argumentaire des industriels repris par Londres ensuite. BP écrivait ainsi le 18 octobre au ministre des Transports anglais Norman Baker : ( 15 )

- La question ne porte pas réellement sur les sables bitumineux […];

- Cette proposition nécessiterait un système de certification des rejets de gaz à effet de serre pour toutes les formes de carburants bruts et produits raffinés;

[…] La charge réglementaire [de la directive] serait considérable à une époque où le secteur croule déjà sous un régime de régulation très lourd et il y a toujours la crainte d’ouvrir la porte aux fraudes;

- Cette mesure aurait un impact significatif sur les prix du brut et des produits raffinés importés en Europe et représenterait un coût important pour l’industrie du raffinage européenne, qui subit déjà un stress financier considérable – et au final pour le consommateur également.

 

Comprendre : cette législation pèserait sur les résultats financiers des groupes pétroliers qui considèrent être déjà assez contrôlés comme ça. Contacté par OWNI, le ministère des Transports britannique ( 16 ) s’en tient à la position officielle de Norman Baker :

L’assertion selon laquelle nous ne prendrions pas au sérieux la question des sables bitumineux à haute émission est scandaleuse;

[…] Pour être clair, nous ne retardons pas notre action mais nous cherchons la solution la plus prompte et la manière la plus efficace, qui est de considérer toutes les formes de carburants bruts de la même manière, pas seulement les [huiles issues des] sables bitumineux importés d’un pays particulier.

Un discours reprenant mot pour mot l’argumentaire de BP mais un allié insuffisant pour remporter la majorité des voix. Se tournant vers la compagnie Shell, les Canadiens auraient selon The Guardian ( 17 ) également rallié à leur cause le pays d’origine de la compagnie, les Pays-Bas. Mais le travail de sape ne s’arrête pas là selon Bas Eickhout :

L’Espagne et la Pologne semblent maintenant formuler des réserves à leur tour sur la FQD. Les Canadiens ont dégainé un argument-massue pour convaincre les Polonais : si les critères de la directive sanctionnent les sables bitumineux, bientôt, ce seront les gaz de schiste qui verront leur bilan carbone et leur prix augmenter.

Ambassadrice des gaz de schiste dans l’Union européenne et en charge de la Présidence du Conseil jusqu’au 31 décembre 2011, Varsovie semble avoir été sensible à cette suggestion. Prévu le 2 décembre 2011, le vote de la FQD a été repoussé à janvier prochain.

Une nouvelle victoire du lobbying canadien.

Pour accéder à d'autres textes à propos du pétrole

Notes & Références encyclopédiques:

01

Qui est David Cameron ?

Retour au texte

02
 

Les documents publiés lundi 28 novembre 2011: Commission proposal to single out oil sands under the EU Fuel Quality Directive likely to be circulated in October. Ministers agree that we should seek a compromise [withheld under 12(5)(a)] Instructions to communicate our position at official level, and seek Member State views.

 

Retour au texte

03

La directive sur la qualité des carburants (Fuel Quality Directive ou FQD)

Retour au texte

04

Qu'est-ce que les sables bitumineux ?

Retour au texte

05

Le Far West canadien du pétrole

Retour au texte

06

Qui sont Les Amis de la Terre Europe ?

Retour au texte

07
 

Les 110 événements organisés par les autorités et lobbies canadiens autour des institutions européennes

 

Retour au texte

08

Qu'est-ce que l’IHS Cera ?

Retour au texte

09

Qu'est-ce que l'Accord économique et commercial général ou AECG ?

Retour au texte

10

Les débats des plénières du parlement européen des 06 et 08 juin 2011

Retour au texte

11

Qui est l’eurodéputé écologiste hollandais Bas Eickhout ?

Retour au texte

12

Freedom of information act

Retour au texte

13

Qui est Stephen Harper ?

Retour au texte

14

Une note sanctionne la rencontre

Retour au texte

15

 

BP écrivait ainsi le 18 octobre au ministre des Transports anglais Norman Baker

 

Retour au texte

16

 

Le  ministère des Transports britannique s’en tient à la position officielle de Norman Baker

 

Retour au texte

17

Canadian oil sands UK backing: The Guardian 27 novembre 2011

Retour au texte

 

Sauf pour la photo de Fort McMurray, les images et illustrations sont de Manchester Foe remix par Ophelia Nooret Xavier de Jaubéguiberry via Flickr