Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Le pétrole - Analyses & Opinions - L'or noir

Manifeste pour tirer profit collectivement de nos ressources naturelles
Pétrole québécois: «un débat mal parti»

Le biologiste Sylvain Archambault est consultant pour la Société pour la nature et les parcs. Il doute de la possibilité d’extraire du pétrole de façon « responsable » en milieu marin.

 

Texte par Sylvain ARCHAMBAULT

«Les partisans de l’exploitation pétrolière au Québec véhiculent des faussetés lorsqu’ils évoquent les revenus qui pourraient être générés par d’éventuelles ressources fossiles. En fait, il est loin d’être acquis que le sous-sol québécois renferme le moindre gisement d’or noir rentable. Et même si ce pétrole existe, on peut sérieusement douter de notre capacité à l’exploiter sans risques majeurs pour l’environnement», affirme le biologiste Sylvain Archambault.

Il critique d’ailleurs sévèrement les signataires du Manifeste pour tirer profit collectivement de notre pétrole, dont Bernard Landry, Joseph Facal et Monique Jérôme-Forget. « Le Manifeste demande un débat éclairé qui se base sur des faits, ce qui est une bonne idée. Mais je dirais que le débat est très mal parti. On fabule beaucoup, on se crée le fantasme que nous sommes assis sur une mine d’or noir, que c’est le Klondike et que nous allons devenir des cheikhs d’Amérique du Nord. C’est farfelu. »

« Nous devons miser sur les ressources pétrolières qui se trouvent en sol québécois, martèle le Manifeste publié récemment. Des milliards de barils de pétrole seraient disponibles à l’île d’Anticosti, à Old Harry et en Gaspésie. Le Québec aurait la chance d’avoir des réserves impressionnantes de pétrole. Ce ne sont pas tous les territoires qui ont une telle chance. »

Selon M. Archambault, cette affirmation est tout simplement « fausse ». Il estime aussi que l’ancien premier ministre péquiste se trompe lorsqu’il évoque la nécessité de permettre rapidement des forages exploratoires sur la structure de Old Harry, en plein coeur du golfe du Saint-Laurent. « Bernard Landry répète qu’il y a une urgence parce qu’il y a déjà des forages du côté de Terre-Neuve. C’est totalement faux, mais c’est un ancien premier ministre du Québec qui le dit. Ces affirmations créent un sentiment d’urgence basé sur des faussetés qui viennent biaiser le débat. »

«

Les signataires d’un manifeste pro-pétrole se basent sur des faussetés
                                           - Sylvain Archambault
                                                                    expert du golfe du Saint-Laurent

»

Le cas Old Harry

C’est l’entreprise Corridor Resources ( 01 ) qui détient les permis d’exploration pour cette zone, tant du côté du Québec que de Terre-Neuve. Aucun forage n’a jusqu’ici été mené, même si les permis ont été accordés il y a déjà plusieurs années. En fait, l’entreprise n’a jamais mené de forages exploratoires en milieu marin. Et pour le moment, aucune date n’est prévue pour le début des forages à Old Harry.

L’évaluation du potentiel de cette structure sous-marine — deux milliards de barils de pétrole — découle uniquement de relevés sismiques.

« Même si les données sont très préliminaires, la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, parle déjà des milliards de dollars de revenus qui pourraient être générés. Ses propos frisent la démesure. Le potentiel est extrêmement hypothétique.

Jusqu’à maintenant, pas une goutte de pétrole n’a été tirée d’Old Harry »
, souligne Sylvain Archambault, consultant pour la Société pour la nature et les parcs.

La ministre décrit par exemple la structure d’Old Harry comme un « gisement ». Or, pour qu’on puisse décrire cette zone ainsi, il faudra d’abord déterminer que le sous-sol y renferme une accumulation de pétrole ou de gaz naturel susceptible d’être exploitée.

La même prudence en ce qui a trait au potentiel en or noir québécois vaut pour les autres régions convoitées par les compagnies pétrolières, selon le biologiste. Aucune ressource pétrolière n’a jusqu’ici été découverte sur l’île d’Anticosti, malgré trois décennies d’exploration.

Avant de céder ses permis à Pétrolia ( 02 ), Hydro-Québec Pétrole et gaz avait toutefois détecté la présence de pétrole. Mais il faudra attendre que Pétrolia et Junex mènent des forages horizontaux, avec fracturation, pour avoir une idée plus précise. Le potentiel de 40 milliards de barils demeure pour le moment théorique.

Dans un texte récemment publié, l’ingénieur en géologie Marc Durand réitérait d’ailleurs ses doutes sur la rentabilité d’une exploitation qui permettrait d’extraire entre 1 % et 2 % de la ressource en place. ( 03 )

Du côté de la Gaspésie, le projet Haldimand est le seul qui s’approche de la phase d’exploitation ( 04 ). Pétrolia tente pour le moment d’obtenir l’autorisation de forer un nouveau puits qui pourrait permettre de confirmer un potentiel pétrolier à Gaspé. La ressource est évaluée pour le moment à 7,7 millions de barils, soit 23 jours de consommation québécoise.

Risques environnementaux

En plus de douter du potentiel en énergies fossiles du Québec, Sylvain Archambault estime que l’exploitation présente des risques qui sont pour le moment « peu pris en compte ». Il doute d’ailleurs fortement de la possibilité d’extraire du pétrole de façon « responsable » en milieu marin, contrairement à ce qu’affirment les auteurs du Manifeste.

Il rappelle ainsi que le rapport d’évaluation environnementale stratégique sur le golfe recensait « plusieurs lacunes » dans l’état actuel des connaissances. Les carences concernent les technologies d’exploration et d’exploitation, les composantes des milieux physique, biologique et humain, de même que les « effets environnementaux potentiels des activités d’exploration et d’exploitation, ainsi que des déversements accidentels ».

M. Archambault rappelle en outre que la responsabilité financière des pétrolières en cas de déversement se limite à 30 millions de dollars. À titre de comparaison, quelque 5 000 litres de mazout lourd se sont déversés dans la baie de Sept-Îles en septembre 2013 à la suite d’une fuite dans un réservoir de la minière Cliffs Natural Resources ( 05 ). Les coûts de nettoyage de ce déversement qui équivaut à cinq tonnes de mazout dépassent les 20 millions de dollars, selon M. Archambault. « Les estacades installées rapidement, et disponibles sur place, n’ont pas suffi pour stopper le déversement, qui a débordé de la baie de Sept-Îles, ajoute-t-il. Et on parle d’un milieu beaucoup plus facile à contrôler qu’en plein coeur du golfe. »

Dans le cas de la marée noire provoquée par une plateforme de BP dans le golfe du Mexique, Sylvain Archambault rappelle que ce ne sont pas moins de 565 000 tonnes de pétrole qui se sont déversées dans la nature. Les frais de nettoyage et les indemnisations se chiffrent en milliards de dollars. Quant aux impacts environnementaux à long terme, ils restent à évaluer. ( 06 )

Source: Sylvain Archambault
Baccalauréat en génie physique à l’École polytechnique de Montréal. Maîtrise en biologie à l’UQAM. Cconsultant à la Société pour la nature et les parcs et Le Devoir SPEQ Le Devoir Inc.

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 15 janvier 2014

Découvrez où sont les 960 forages qui ont été faits au Québec depuis 1860

  Pour faire parvenir ce texte à d'autres :  

 

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

 

La plate-forme pétrolière West Atlas déversant du pétrole sur la côte de Kimberley en Australie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes & Références encyclopédiques:

01

À propos de Corridor Resources - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

02

À propos de Pétrolia - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

03

Marc Durand  - Pétrole : pour un contre-manifeste - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

04

 

À propos du projet Haldimand en Gaspésie - Sur MétéoPolitique

 

De grossiers gérants d'estrades tentent de culpabiliser la ville de Gaspé

Éditorialistes, ex-premier ministre, des promoteurs du pétrole à tout prix et à toutes conséquences. Incapables de s'informer avant de parler, toujours prêts à justifier leur dogme "Lucide". Les gaspésiens, qui eux, vivent dans le pays réel et veulent préserver la qualité de leur eau potable. Est-ce vraiment trop de se protéger ?

 

Retour au texte

05

Déversement de 450 000 litres de mazout à Sept-Îles - Sur MétéoPolitique

Retour au texte

06

 

 

Golfe du Mexique - Marée noire. La commission d'enquête critique l'industrie pétrolière et le gouvernement états-unien

La Commission nationale chargée de déterminer les causes de l'explosion survenue sur Deepwater Horizon a rendu public son rapport final sur cette catastrophe qui analyse, à la demande de l'exécutif américain, les causes de l'explosion survenue le 20 avril 2010 sur la plateforme pétrolière et de la marée noire dans le Golfe du Mexique. Le rapport propose par ailleurs de réformer l'activité pour améliorer la sécurité. "La principale leçon à tirer de la catastrophe est que la situation requiert rien de moins qu'une remise à plat aussi bien des pratiques actuelles de l'industrie que de la supervision gouvernementale", jugent les sept auteurs du rapport

 

Retour au texte

Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Le pétrole - Analyses - L'or noir - Haut de page