L'exploration, l'exploitation et la consommation des énergies fossiles
Les rois-enfants

On attribue à Jésus cette phrase: «Laissez venir à moi les petits enfants».   Les théologiens ont voulu voir dans cette directive du Christ le devoir d’ouverture de l’Église chrétienne envers les pauvres. 

L’enfant est celui qui ne possède rien et qui est par le fait même sans droits.  

Pour les riches pontifes de la papauté, faire preuve d’accueil, voire d’empathie, envers les démunis ne relevait pas du simple bon sens.  

C’était une vertu morale à acquérir.

 

Texte par Louise MORAND

Si les prêtres catholiques avaient eu un peu plus d’expérience familiale, ils se seraient aperçu qu’avant d’être pauvres, les enfants sont surtout incultes.   Les enfants ne possèdent pas notre culture.   Ils ignorent notre sens des valeurs et du sacré.  

Ce sont eux qui jouent à la cachette dans un salon funéraire, qui parlent pendant un concert, qui s’amusent à montrer leurs fesses.   Ils ont un sens très limité du temps et de l’histoire. Ils agissent spontanément selon leur état d’esprit passager.   Ils ne pensent pas à l’avenir.   Il faut un patient travail de soutien parental et social avec un encadrement régulateur adéquat pour que l’enfant se développe de manière à participer à la culture commune en y trouvant sa place, sa voie et sa liberté.

C’est bien cet encadrement régulateur qui semble faire défaut aujourd’hui pour assurer l’avenir de nos enfants et petits-enfants.  

 

 

En effet, avec la crise climatique que l’on voit s’avancer vers notre civilisation comme un tsunami sur une ruche, il faudrait mettre de toute urgence nos institutions au service de la transition énergétique.  

Il faut informer la population, éliminer les émissions de gaz à effet de serre, financer massivement les technologies propres, établir de nouvelles normes de construction visant l’efficacité énergétique, réformer les modes de transport des personnes et des marchandises, effectuer une décroissance planifiée de l’économie permettant la décarbonisation nécessaire à notre survie collective, tout en assurant à tous des conditions de vie décentes et en préservant les limites de la planète.

Ce à quoi on assiste au contraire, au Québec comme ailleurs, c’est à la désinformation, au financement des énergies fossiles, au désastre environnemental, à la déresponsabilisation et à la déréglementation.   Tout cela au nom de la croissance et de la création de richesse, pour le bénéfice de quelques corporations et de leurs actionnaires, au détriment des populations qui se voient privées, partout sur la planète, de leur environnement et de leur avenir.

Les petits enfants, ce sont les riches.   Ce sont ceux et celles trop avides de profits et de privilèges pour comprendre les cultures animales dont la nôtre.   Nous sommes une espèce capable de protéger notre territoire et les autres espèces qui le partagent, pour notre propre survie.   Nous sommes conscients des liens essentiels qui nous unissent aux autres formes du vivant.   Nous connaissons nos besoins en air, en eau, en sol, en biodiversité.

Les riches ne partagent pas cette culture.   Ce sont eux les rois-enfants qui piétinent le potager et crient la bouche pleine: «Je veux encore du bacon, je veux encore du bacon.»

 

Source: Louise Morand: Comité vigilance hydrocarbures l’Assomption

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 8 mai 2016

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Comment les riches détruisent la planète selon Hervé Kempf

  Manifeste pour sortir de la dépendance au pétrole

  Fiche : Le pétrole