Forage pétrolifère sur la pointe gaspésienne
Des Gaspésiens.nes refusent d'être les cobayes de la fracturation hydraulique

 

Sources :Écho de la Baie, Graphici-Ma vie-Ma Gaspésie, Le Pharillon, Société Radio-Canada information

Photo à droite : l’exécutif du comité de citoyens Ensemble pour l'avenir durable du grand Gaspé.
Le Comité exécutif est composé de: Angèle Bélanger, Geoff Clayden, Sylvie Paradis, Laurent Juneau, Gérard Ouellet, Micheline Boulet, Éric Boulay, Alain Gallant et Danielle Haché: Courriel

Choix de photos, mise en page et références  : JosPublic
Publication : 30 janvier 2012

 
 

Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé

 
 

Le Comité de citoyens « Ensemble pour l’avenir durable du grand Gaspé », est désormais formé et ce, de façon officielle.

Le groupe demande un moratoire sur la fracturation hydraulique. ( 01 )

Mission protection

La mission du Comité de citoyens est « claire et simple »: protéger l’environnement de la Gaspésie. C’est par ailleurs dans cette optique qu’est né ce comité, en juin 2011, suite à l’annonce de la compagnie Pétrolia de procéder à l’extraction du pétrole de ses puits Haldimand et Tar Point ( 02 ), par la technique dite de « fracturation hydraulique ».

Alain Gallant, l’un des membres du comité, explique : « Partout dans le monde cette méthode est controversée. Il y a un réel danger pour la nappe phréatique du centre-ville de Gaspé, mais ailleurs au Québec aussi et nous croyons qu’il est grand temps d’agir. Nous voulons être une "sonnette d’alarme" que nous croyons que la population doit entendre».

Un autre membre du comité, Geoff Clayden, ajoute que tous les documents et les communications seront faits en anglais et en français : «Nous voulons être là pour ceux et celles qui ont des inquiétudes et soutenir les propriétaires de terrains adjacents aux puits…il y a des anglophones parmi ceux-ci et nous ne comptons négliger personne…».

Le Comité de citoyens, actif depuis déjà plusieurs mois, est devenu officiellement un organisme à but non lucratif, comptant déjà quelques centaines de membres et de sympathisants. Aussi, des cartes de membres au coût de 5 $ sont mises en vente : « Cet argent nous permettra de poursuivre nos activités de sensibilisation et de nous déplacer pour rencontrer les gens qui nous en font la demande » a expliqué Danielle Haché.

Gaspé: Le puits Haldimand No 1 continue à produire une dizaine de barils par jour. Le pétrole extrait est transporté par camion à la raffinerie d'Ultramar à Lévis, qui l'achète. Pétrolia ( 03 ) ne paie aucune redevance à l'État pour se servir du pétrole des québécois.ses

 
 

Dangers et Risques de la fracturation hydraulique pétrolière

 

« L’eau, c’est l’essence de la vie »

Selon Éric Boulay, la technique d’extraction par fracturation que Pétrolia espère pouvoir utiliser est d’abord et avant tout très risquée et ce n’est pas aux gaspésiens d’en payer le prix : « On a choisi de vivre en Gaspésie, d’y travailler et d’y élever nos familles parce qu’on tient à notre qualité de vie….les risques sont là et les études (ndlr : en France et au Texas, par exemple) ont démontré les dangers de la fracturation hydraulique. Il ne faut pas ignorer ça…Parce que les Gaspésiens ne méritent pas d’être des cobayes….L’eau potable, c’est l’essence même de la vie…c’est très sérieux.»

Rappelons que plusieurs puits forés ou à forer au Québec sont situés à proximité de secteurs habités, comme c’est le cas dans la région de Gaspé.

Une possibilité

Selon Pétrolia, qui envisage de recourir à cette technique pour exploiter ses deux puits du Grand Gaspé, les impacts de la fracturation hydraulique seraient moins élevés pour le pétrole que pour le gaz de schiste, puisque les produits chimiques seraient injectés avec moins de pression.

Alain Gallant du comité Ensemble pour l'avenir durable du Grand Gaspé n'est pas rassuré. « Quand on fracture la roche et qu'on injecte des produits chimiques dans le sol, c'est connu, il y a de 40 %, jusqu'à 70 %, de ces produits qui vont demeurer dans le sol. Alors où ça va aller avec le temps? Ça peut prendre la baie de Gaspé », croit M. Gallant.

Toutefois, Pétrolia est loin d'avoir décidé d'aller de l'avant avec la fracturation hydraulique.

La compagnie attend les résultats d'une étude de l'Institut national de recherche scientifique
( 04 ) pour savoir si les forages ont un impact sur la nappe phréatique.

Elle devra aussi obtenir l'autorisation du ministère de l'Environnement du Québec et, pour ce faire, tenir des consultations publiques pour démontrer si cette méthode est acceptée ou non par la population.

Le groupe estime que Pétrolia a déjà décidé d’avoir recours à cette technique, même si la firme jure que rien n’est encore décidé. «[Pétrolia] est en train de remplir tous les critères pour y arriver, affirme M. Gallant. Et quand on fore à l’horizontale [ce sera le cas du troisième puits de la firme à Haldimand] , c’est pour préparer le terrain à la fracturation.»

«Ensemble pour l’avenir» ne vise pas que Pétrolia, assurent ses membres. Toute autre compagnie qui pourrait être tentée d’utiliser la fracturation en Gaspésie (comme Junex) ou ailleurs au Québec déclenchera leurs critiques.

Le forage de Pétrolia au puits Haldimand 2, près de Gaspé

Un des porte-parole du groupe en entrevue à l'émission "Au coeur du monde" animée par Maude Rivard. Le 16 janvier 2012 sur les ondes de la Société Radio-Canada Radio Première chaîne Gaspésie

 
 

Une pétition sur le site internet
de l'Assemblée nationale du Québec

 

Les opposants à la fracturation des puits de pétrole appellent la population à signer une pétition en ligne sur le site web de l’Assemblée nationale, pour exiger un moratoire complet et permanent sur cette technique, dont ils craignent les effets sur la nappe phréatique.

«Il faut montrer que l’acceptabilité sociale n’est pas gagnée à Gaspé», juge Alain Gallant, l’un des membres d’ «Ensemble pour l’avenir». Il croit que les Gaspésiens «vont s’en mordre les doigts» dans quelques années s’ils ne font rien pour empêcher la fracturation.

Une pétition de plus de  2 185 noms ( en date du 30 janvier 2012 ) est maintenant en ligne sur le site de l'Assemblée nationale pour demander à Québec un moratoire sur la fracturation hydraulique dans le secteur pétrolier.

Par ailleurs, le Comité admet s’être donné comme principal objectif de convaincre le gouvernement du Québec de décréter un moratoire permanent et complet sur l’utilisation de la technique de fracturation hydraulique, jusqu’à ce que des experts indépendants prouvent aux citoyens que cette technique est sans risque pour la santé de la population actuelle et celle des générations futures.

Texte de la pétition

CONSIDÉRANT QUE la compagnie Pétrolia a annoncé son intention d’utiliser la fracturation hydraulique, la même méthode que celle utilisée pour l’extraction du gaz de schiste – pour la production de pétrole dans ses puits Haldimand et Tar Point;

CONSIDÉRANT QUE la fracturation hydraulique est une technique de forage risquée quant à la possibilité de contamination de la nappe phréatique, des sources d’alimentation d’eau potable, des lacs et des rivières du grand Gaspé ainsi que les eaux de la baie de Gaspé;

CONSIDÉRANT QUE cette technique soulève de vives inquiétudes chez les citoyennes et citoyens relativement aux risques associés pouvant affecter leur qualité de vie;

CONSIDÉRANT QUE le conseil municipal de la Ville de Gaspé s’est prononcé en faveur d’un modèle de développement de l’industrie des hydrocarbures qui préconise la protection de l’environnement, notamment en ce qui a trait à la qualité de l’eau;

CONSIDÉRANT QU’en vertu du principe de précaution, l’absence de certitude scientifique ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir une dégradation de l’environnement;

En conséquence, nous, soussignés, demandons que le gouvernement ordonne un moratoire complet sur l’utilisation de la fracturation hydraulique et qu’il n’octroie aucun permis autorisant des essais ou l’utilisation de cette technique de forage sur la totalité du territoire québécois, tant pour le pétrole que pour le gaz de schiste, et ce, en vertu du principe de précaution et au nom des générations futures.

Pour accéder à d'autres textes à propos du Pétrole, cliquez ici

Notes & Références encyclopédiques:

01

Qu'est-ce que la Fracturation hydraulique ?

Retour au texte

02

Localisation des puits Haldimand et Tar Point

Retour au texte

03

Qu'est-ce que Pétrolia ?

Retour au texte

04

Qu'est-ce que l'Institut national de recherche scientifique ?

Retour au texte