Retour à : Plan du site - Entrée site - Environnement - Nucléaire

Nucléaire
Éditoriaux par
JosPublic

Fukushima et l'inspirante expertise des ingénieurs du nucléaire

La centrale nucléaire de Daiichi va d'avaries en avaries, le tout recouvert d'une telle turpitude politique que c’en est étourdissant. Rien pour enjoliver une profession déjà mal en point au Québec. Après la corruption, voilà l'incompétence et dans le présent cas, il semble que ce soit mondialement. Voici trois facettes de cette histoire.

03

Linda KEEN
Ex-présidente de la CSNC

Linda Keen, ex-présidente de la Commission de sécurité nucléaire du Canada congédiée pour favoriser SNC/Lavalin

En 2007, le gouvernement conservateur congédie Linda Keen car elle insiste pour appliquer la règlementation nucléaire de son organisme de sécurité. Atomique Canada avait permis un fonctionnement dangereux à la centrale nucléaire de Chalk Rivers. Le gouvernement Harper se sert de l'occasion pour privatiser une partie de l'organisme en faveur de SNC/Lavalin. Le Canada est depuis ce temps une nation à risque nucléaire élevé. Linda Keen a défendu la population canadienne, le gouvernement canadien ses bailleurs de fonds.

02

La Saga d'un gros mensonge nucléaire

Centrales nucléaires au Québec; fin de vie de Gentilly 1 et 2. À propos de la décision du gouvernement du Québec de déclasser la centrale nucléaire et de la réactions du front commun des pollueurs

01

Catastrophe nucléaire à la centrale Daiichi à  Fukushima au Japon. Si c'était la centrale Gentilly 2 à Bécancour serions-nous prêts?

Derrière leurs grands airs, les hauts gradés du commerce, de la science, de la politique savent que la technique nucléaire est extrêmement dangereuse. Leurs discours, loin d'être honnêtes et clairs, banalisent les impacts et risques d'accident, ridiculisent ceux qui s'inquiètent, et endorment la population avec la langue de coton.