Retour à :  Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Fiche: Mines

Résidus miniers

 

La vie à petit feu

À propos d'un accident relié à des résidus miniers non sécurisés. Le charbon brûle depuis 1962

 

La mine Noranda en 1979 à Rouyn-Noranda en Abitibi au Québec

 

03

 

Mount-Polley: gouvernance dangereuse par les dirigeants de la minière Imperial Metals

En 2014, à grand renfort de publicité dans les médias, l'industrie minière fait la promotion de ses valeurs éthiques, de son acceptation des valeurs intrinsèques au développement durable promues par l'ONU et finalement se targue de sa bonne gouvernance. Ces valeurs supposément partagées par les conseils d'administration de l'industrie minière sont-elles réelles ou n’est-ce qu'un messages publicitaire. Le bris d'une digue du bassin de décantation contenant les eaux usées de la mine d'or et de cuivre Mount Polley en Colombie-Britannique mérite d'être analysé pour confronter ce que les minières disent d'elles-mêmes et ce qu'elles font réellement sur le terrain. De plus, nous familiariser avec cet événement nous permettra de mieux comprendre comment les compagnies gèrent leurs mines au Québec et les précautions qu'il nous faut prendre.

02

Carte interactive exclusive des terrains contaminés

L’héritage empoisonné laissé par 160 ans d’industrialisation au Québec est difficile à mesurer précisément: les données gouvernementales de base sont un fouillis. Mais une chose est claire: les friches toxiques sont partout, et surtout en plein cœur des villes, à un jet de pierre des quartiers résidentiels. Les gouvernements québécois et fédéral répertorient 5 593 emplacements qui doivent toujours être nettoyés dans la province. Reportage du journal Les Affaires de Transcontinentale

01

L'enfouissement des eaux usées de mines cause des tremblements de terre

Des chercheurs de l'Université d'Oklahoma concluent à un lien causal entre l'injection de fluides de fracturation usés dans le sous-sol et la survenue du tremblement de terre. Non loin de la ville de Prague en Oklahoma USA, un ancien gisement pétrolier, désormais épuisé, est en effet utilisé depuis plusieurs années comme site d'injection d'eaux souillées issues d'opérations de fracturation hydraulique – la technique d'exploitation du gaz de schiste.