Moteur de recherche en page d'accueil et des milliers de titres en archive

Retour à :   Plan du site- Entrée de MétéoPolitique - Environnement - Fiche: Mines - Résidus miniers

Désastre de la mine Mount Polley: Beverly Sellars
et sa communauté ont perdu leur milieu de vie sociale, économique et culturelle

Avant que le bassin de résidus toxiques de la mine Mount Polley leur tombe dessus, la communauté amérindienne Xat'sull vivait avec l’assurance telle que garantie par la province de la Colombie-Britannique et la compagnie minière Imperial Métals qu’il n’y avait pas de possibilités que ce genre de tragédie puisse se produire chez eux.

Le 4 août 2014, l’impensable se produisit.  

Leur vie et le paysage changèrent pour toujours, puisque les impacts miniers sont éternels à vue de vie d’humain. 

Dès lors que le désastre envoya 24 milliards de litres d’eau d’exhaure contaminée s’engouffrer dans le lac, leur façon de vivre, leur prospérité économique s'effondrèrent d'un seul coup et ce pour toutes les communautés qui sont tributaires du bassin versant du Lac Quesnel.  

Vue aérienne des « trois coins » au lieu d’entreposage des résidus miniers de Mount Polley en 2016

Résidus miniers

 
 
 
 

Deux ans après la catastrophe environnementale

 
 

Les résidus toxiques de la mine ont dépassé le territoire d’impact traditionnel de la mine et s’éparpillent maintenant dans le bassin versant du fleuve Fraser.  Vingt six mois plus tard, les effets à long terme du déversement sont toujours du domaine de l’inconnu.  Les familles et le commerce sont déjà sous le joug de l’incident et ont déjà subi de grosses pertes.

Plusieurs doutent de retrouver la plénitude écologique d’avant la catastrophe… peut importent les gestes de mitigation, posés par la compagnie minière ou le gouvernement provincial, pour contrer les impacts.

Par exemple, avant la catastrophe, la récolte et le traitement de 200 saumons par famille Xat'sull était au cœur de la sécurité alimentaire, de l'enseignement aux enfants des rudiments de la pêche et des pratiques culturelles tels que le commerce et le partage avec les moins fortunés.

Bev Sellars
communauté Xat’sull

À propos du saumon contaminé, la compagnie Mount Polley a répondu à nos craintes, explique Bev Sellars, à l'hiver 2015, en livrant l’équivalent de trois boîtes de conserve de saumon par membre de la communauté.   Le manque total de compréhension et cette réponse déficiente, par une compagnie qui se targue de ses bonnes relations avec les amérindiens sont ahurissants et révélateurs du gouffre culturel qui s'épare les uns des autres.

Évidemment les Xat’sull demeurent très inquiets de la qualité de l’eau.  Après plusieurs mois de pressions politiques pour obtenir de l’eau sécuritaire, la minière a fourni des filtres à eau inappropriés aux résidents du lac Quesnel.  

Elle continue à utiliser un plan de traitement tout à fait inadéquat pour traiter l’eau toxique provenant de la mine et qui se décharge dans le lac Quesnel ou Quesnel lake.   Elle n’a toujours pas de plan de gestion des eaux d’exhaure tel que requis par le ministère de l’environnement de la province. 

Les résidents fulminent.  Sommes-nous rendus au point que le fait d’exiger d’avoir accès à de l’eau propre fait de nous des dissidents ? À ce jour, la province n’a sanctionné ou pénalisé d’aucune façon la compagnie pour le désastre environnemental.

Pire elle lui a octroyé une baisse d’impôt même si la maison mère de l’entreprise, Imperial Metals, a réalisé un profit de 17.7 millions $ au premier trimestre de 2016.  

Cela s’est fait avec l’appui des politiciens et politiciennes du Parti Libéral de Colombie-Britannique qui a bénéficié des dons de la compagnie à son fonds électoral pendant que les commerces et résidents locaux étaient laissés à eux-mêmes.

Le gouvernement du Parti Libéral de la Colombie-Britannique a annoncé en juillet 2015 des changements au code minier, cependant les mises à jour ne sont pas assez fortes pour éviter un autre désastre à la Mount Polley. 

En 2015, un comité d’experts de la province ayant le mandat d’étudier le cas de Mount Polley a révélé qu’il prévoit 2 déversements provenant de barrages de rétentions de produits toxiques tous les 10 ans.  De son côté le vérificateur général de la Colombie-Britannique a condamné la politique provinciale qui permet l’autoréglementation des minières dans la Province.  Il explique que l’autoréglementation ne fonctionne pas, qu’une révision de la loi est nécessaire.

Les communautés d’un bout à l’autre de la province sont à risque, dit-il.   Les Xat'sull n’ont jamais donné leur consentement à la réouverture de la mine, ou au déversement des eaux usées dans le lac Quesnel.

Le système d’économie traditionnel des amérindiens, pour s'assurer une sécurité à long terme, a toujours vécu des intérêts, jamais du capital de la terre.   L’économie d’aujourd’hui qui s’applique à l’extraction est non durable et dépense le capital foncier en moins d’une génération.  Le bassin versant du
Lac Quesnel a rapporté sur une centaine d’années des milliards de dollars au gouvernement et à l’industrie par le tourisme, l’hébergement, l’exploitation minière et pour un certain temps le saumon sockeye de la rivière Horsefly.

En aval de la rivière, les fermiers, les premières nations, les pêcheurs commerciaux et sportifs dépendent de l’intégrité du bassin versant du Lac Quesnel pour leur survie.   Tout est connecté.

 

Saumons "sockeye" de la rivière Horsefly

Texte par

 

Richard Holmes est un biologiste qui a travaillé de concert avec la communauté Xat’sull à la suite du désastre minier de Mount Polley. Il est membre de «Concerned Citizens of Quesnel Lake» et du comité de liaison du Mount Polley Mine Corp.

Jacinda Mack est une membre de la communauté Xat’sull, gestionnaire des ressources naturelles et très impliquée dans le « First nations response to the Mount Polley Disaster » et en 2016 coordonnatrice du « First Nations Women Advocating Responsible Mining », une coalition de femmes chefs de file dans le développement de nouvelles pratiques minières en Colombie-Britannique.

 
 

3 ans après la catastrophe minière

 
 

Bev Sellars est constamment rappelée à la perte profondément personnelle, sociale, économique et culturelle qu’elle a subie avec les autres membres de sa communauté de Williams Lake depuis le désastre minier de Mount Polleys en 2014.

Il y a quelques semaines, lorsque l'ex-chef de la Première Nation de Xat'sull à Soda Creek (Colombie-Britannique) a été contraint d'évacuer sa maison en raison d’un menaçant feu de forêt, elle regarda autour d'elle et dans l'urgence de la situation se demanda quoi prendre avec elle. 

"Qu'est-ce que je pourrais saisir que je ne pourrais pas remplacer ?" se dit-elle, se souvenant avoir fait le tour des effets personnels importants de sa vie.

«Toutes sortes d’histoire habitent ma maison. Je soupirai, demandant aux ancêtres de garder tout le monde en sécurité et pris ma décision. J'ai rassemblé quelques boîtes de vieilles photos, J'ai refait le tour de la maison à plusieurs reprises cherchant quoi d’autre serait important et j’ai vu deux boîtes de conserve de saumon que j’avais eues de la « bande ».  Il y a tellement longtemps que je n’ai pas mangé de saumon du fleuve Fraser et parce que mes enfants ont des connections dans le territoire Nuxalk (Bella Coola), même en conserve je me compte chanceuse d’avoir du saumon de cette région. J'ai pris le saumon en conserve parce que pour moi, c'est mon or. Je ne pouvais m’imaginer le laisser brûler dans le feu de forêt.  Sentimentalement, même s'il n'est pas de notre territoire, il y une possibilité que le saumon soit né dans la région du lac Quesnel. »

 

  Le 4 août 2014 s'est produit le plus grand désastre de déchets miniers au Canada. On a vu 24 millions de mètres cubes d'eau contenant des déchets miniers toxique s'écouler dans les rivières Hazeltine, Edney, Polley et finalement dans le Quesnel lake, tous situés dans la région de Cariboo.  

 

Centre de la Colombie-Britannique et d'une partie du bassin hydrographique du fleuve Fraser, le lac Quesnel est l'un des plus grands lacs de type fjord au monde et considéré par les habitants de la région comme le lieu du partage des eaux et de la naissance des eaux du saumon sacré qui assure la sécurité alimentaire de la région.

Le lac continue de recevoir des déchets miniers provenant de la mine Mount Polley maintenant que le gouvernement provincial a autorisé aux propriétaires de la mine de déverser les eaux d’exhaure dans l’affluant menant au Lac Quesnel en avril 2017.

Selon Mining Watch Canada, « la zone littorale le long du bras ouest du lac Quesnel a été modifiée de manière permanente par le déversement de Mount Polley, » et il n'est pas prévu d'arrêter de polluer dans un proche avenir.

Christine McLean et sa famille ont acheté un chalet, à la Mitchell Bay du Quesnel Lake, il y a cinq ans.  Sa première entrée dans son journal intime en mars 2012 se lisait comme suit : "Nous avons toujours rêvé d'avoir quelque chose de vraiment spécial à transmettre à nos enfants, nos petits-enfants, pour eux et qu’ils et elles puissent le transmettre.

 Ce quelque chose de spécial est devenu un endroit sur le lac pour la pêche, la randonnée, la glissade en luge, la natation et peut-être même du patinage artistique !

Le Mitchell Bay du lac Quesnel

 Nous avons choisi la région de Cariboo, et notamment du lac Quesnel, parce que nous sommes absolument certains que l'eau sera toujours protégée, il y aura toujours des poissons et il faudra de nombreuses années avant qu'il devienne trop encombré de chalets. Aujourd'hui, nous tirons notre eau directement du lac pour boire.  Je suis sûre que je vais attraper une truite juste au bout du quai."

En 2017, McLean, est la porte-parole de citoyens et citoyennes préoccupés de la survie du Quesnel Lake.  Elle dit que la communauté a perdu toute confiance dans la compagnie minière et le gouvernement de la Colombie-Britannique - à cause de la marée de boue lors de l’éclatement du barrage en 2014, mais aussi à cause des décisions et gestes posés depuis lors.  

"Maintenant, le plan de traitement des eaux d’exhaure à long terme, qui sera en vigueur jusqu'à la fin de durée de vie de la mine prévue pour 2022 (et pour toujours pour le restant des résidus) prévoit d’acheminer par oléoduc l’eau contaminée vers une zone de 100 m3 (Premier Dilution Zone) avant que le tout se rejette directement dans le Quesnel Lake.  Se servir d’eau pure dans le cadre d’un plan de traitement de l’eau industriel pour toute industrie ne devrait pas être autorisé peu importe où au Canada, dit McLean.   « L’eau n’est pas une ressource renouvelable! »

 
 

La Colombie-Britannique annonce qu’aucune accusation ne sera portée

 
 

  À quelques jours de la courte période de trois ans de délai de prescription pour porter des accusations contre Mount Polley, le gouvernement de la Colombie-Britannique a annoncé le 2 août 2017 qu'il n'a trouvé aucune raison d'aller de l'avant légalement contre la compagnie minière.

Des personnes biens informées, tels que Sellars et McLean, disent que la catastrophe de Mount Polley aurait dû être un signal d’alarme, un appel au réveil, mais l'inaction des élus.es fait simplement la preuve qu’il n’y a pas de volonté politique de réglementer l'industrie minière, même à la lumière des catastrophes comme celle de Mont Polley.

La faiblesse des lois provinciales et fédérales a conduit la plupart des grandes sociétés minières du monde à s’enregistrer au Canada - et pour plusieurs plus spécifiquement en Colombie-Britannique, parce qu'ils savent qu'ils n'auront pas à payer les conséquences des catastrophes environnementales causées par leur compagnie lorsqu’elles surviennent.

Christy Clark
ex-première ministre du Parti Libéral de la Colombie-Britannique

La province déclare que les deux enquêtes à propos du désastre minier, une d'un groupe d'experts et l’autre de l'Inspecteur en chef des mines de la province, « ont conclu que le barrage de résidus Mount Polley a failli car la force et l'emplacement d'une couche d'argile sous le barrage n'ont pas été pris en compte lors de sa conception ni lors du rehaussement des niveaux subséquents »

Ceci soulève des questions au sujet du sérieux et de la responsabilité de ceux qui ont signé l'approbation initiale des plans dans le rapport d’évaluation des impacts de la mine à ciel ouvert sur l’environnement.

«L’Inspecteur en chef a également révélé d'autres facteurs, dont la pente du remblai du périmètre de gestion de l'eau qui était insuffisante. D’autres manquements relevant de l’ingénierie ont exacerbé le risque d'effondrement du barrage et ajouté aux dommages causés à l’écologie du milieu touché."  Malgré les évidences, la province laisse le dossier entre les mains du gouvernement fédéral pour poursuivre l’enquête en fonction des lois canadiennes. Ce qui pourrait mener à des accusations par l'intermédiaire du ministère des Pêches et Océans Canada, mais il faut se souvenir que cette loi a été édentée par le Parti Conservateur du Canada (PCC) sous Stephen Harper.

Ce sujet est mobilisateur car plus de 41 000 personnes ont signé La pétition SumOfUs pour exiger justice pour les personnes lésées et un plan de nettoyage complet et compréhensible pour s'assurer d'un suivi sérieux.  La pétition en marche depuis le mois de mars 2017 a été déposée à la réunion des ministres des Mines provinciaux à Fredericton au Nouveau-Brunswick le 14 août 2017.  De son côté Amnistie internationale a ajouté des signatures pour demander une enquête publique qui mènerait vers la réforme du secteur des mines, malgré qu’il y a peu d’évidence quant à l’intérêt et le sérieux des gouvernements à protéger le milieu de vie des populations qu’ils représentent.

Le 4 août 2017, Bev Sellars a déposé une plainte judiciaire contre Imperial Metals pour la catastrophe de la mine Mount Polley en 2014.  Au total, il y a eu dépôt de 15 accusations en vertu de la loi provinciale de la Colombie-Britannique quant à la Gestion de l’environnement et des mines.    Le nouveau gouvernement NPD s’est aussi engagé a vérifier pourquoi l’enquête n’a pas été complétée et pourquoi des poursuites n’ont pas été déposées durant la période appropriée. 

Texte par

Jackie McVicar est un membre d’Atlantic Region Solidarity Network. ARS est un réseau de groupes et d’individus qui œuvrent solidairement avec des gens qui luttent pour la justice sociale et la protection de l’environnement en Amérique latine, dans les Caraïbes et la région Atlantique du Canada.

Est-ce que le changement de gouvernement survenu en juin 2017 pourrait changer les choses pour l'avenir?   Un indice ? Durant la campagne électorale, le nouveau premier ministre John Horgan, de la formation politique "Nouveau Parti Démocratique de C-B", a promis d’avoir recours à tout outil disponible pour freiner l’expansion de l’oléoduc qui s’étend de l’Alberta à la Colombie-Britannique.  Ce projet avait été approuvé par le gouvernement défait de Mme Clark.  Voilà qui donne le ton, mais reste à voir les outils que se donneront les "nouveaux démocrates" pour élargir leur champ d'intervention en environnement.

Source:   Prince George Citizen, le 2 août 2016 et Canadian Dimension, le 7 août 2017

Choix de photos, mise en page, références, titrage et traduction de l'anglais par : JosPublic
Publication :  31 août 2017

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Mount-Polley: gouvernance dangereuse par les dirigeants de la minière Imperial Metals

  Danger des résidus miniers

   Fiche: Mines

Individuellement et collectivement responsables de mauvaise gouvernance

Pierre Lebel
Président du Conseil d'administration. Ex-président exécutif de Impérial de 1986-2003 Récipiendaire du prix de la personne de l'année de l'industrie minière de la Colombie-Britannique en 2012

Brian Kynoch
ing. civil
Président exécutif et membre du Conseil d'administration. Spécialisé en exploration. Aurait une très grande discipline technique

Kelly Findlay cga
Responsable de la gestion des risques, de la gouvernance, des rapports financiers et des finances de la compagnie. Elle porte le titre de vice-présidente finances

Ed Yurkowski
Directeur au Conseil d'administration et chef exécutif de Procon Mining and Tunnelling de Vancouver

Larry Moeller
Directeur en chef et président de Kimball Capital corporation et vice-président d'Edco Financial Holdings, directeur de Magellan Aerospace Corporation, Crocotta Energy, Resorts of the canadian Rockies et Sunwest Aviation

Ted Murano
Directeur au Conseil d'administration. Consultant géologue pour la division Exploration et ex-chef géologue pour Cominco Ltd

Laurie Pare ca
Directeur au Conseil d'administration et président de Bellevue Spur Capital Corporation et trésorier de Edco Financial Holding de Calgary. Ex-partenaire de Price Waterhouse Cooper

Andre Deepwell
ca. Chef des finances et secrétaire de la Corporation

Don Parson
Chef des opérations, ex-cadre de haut niveau chez Homestake Mining co et Westar Mining. Récipiendaire du prix du président de Suncor en reconnaissance de son excellence en productivité et sécurité

Steve Robertson p.go
Vice-président des affaires corporatives. Membre du comité des récompenses de AME BC

Gordon Keevil b.Sc Hons
Vice-président du développement corporatif.

 

Le site de Mount Polley

 

Notes & Références encyclopédiques:

Encore aujourd'hui le lac continue...

Encore aujourd'hui, le lac continue de recevoir des déchets miniers provenant de la mine Mount Polley - Texte en anglais Sur Desmog Canada: B.C. Quietly Grants Mount Polley Mine Permit to Pipe Mine Waste Directly Into Quesnel Lake, le 17 avril 2017

Retour au texte

Selon Mining Watch Canada...

Mount Polley on trial: Seeking Justice & Remedy for the Largest Mine Spill in Canadian History, 18 octobre 2016 - Texte en anglais

Désastre de Mount Polley : un recours judiciaire contre Victoria et la minière - Sur Radio-Canada Nouvelles, le 18 octobre 2016 - texte en français

Retour au texte

L'exploitation minière pour un certain temps...

...le saumon sockeye de la rivière Horsefly - Sur Radio-Canada, le 10 août 2016

Retour au texte

Ils savent qu'ils n'auront pas à...

...payer les conséquences des catastrophes environnementales. Le Canada, plaque tournante de l’industrie minière... et de ses magouilles. Sur Basta, le 15 janvier 2013

Retour au texte

Retour à :    Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Fiche: Mines - Résidus miniers - Haut de page