Moteur de recherche en page d'accueil et des milliers de titres en archive

 

Retour à :  Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Science - Fiche: Langue de bois - Analyses & Opinions

La science des communications au service des "beaux parleurs": parler pour ne rien dire

La langue de bois est une forme d'expression qui, notamment en matière politique, vise à dissimuler une incompétence ou une réticence à aborder un sujet en proclamant des banalités abstraites, pompeuses, ou qui font plus appel aux sentiments qu'aux faits.  Infoman en fait déjà ses délices, mais en cette « Journée internationale du langage clair » (le 13 octobre de chaque année), revenons sur une citation d'une nouvelle ministre.                                                                                    - JosPublic

 

Texte par Yves BOISVERT
chroniqueur

Cela se passait le mercredi le 11 octobre 2017.   C'était la première rencontre d'Isabelle Melançon avec les journalistes en tant que nouvelle ministre de l'Environnement.   Un journaliste lui demande quel message la politique du gouvernement envoie à l'industrie du gaz et du pétrole avec le virage vert annoncé.

«Bien, moi, ce que je vais regarder, vous savez, c'est le développement durable, l'environnement, la lutte euh... contre euh... les changements climatiques (merci, Charles !)... Moi, j'ai un chapeau et je vais le mettre. Vous savez, un Conseil des ministres, ça travaille ensemble, moi j'ai un chapeau et je vais le porter avec... beaucoup de joie, je suis une travaillante [...]...

- Mais le message aux entreprises...

- Ma porte a toujours été ouverte, je l'ai fait comme députée, je vais le faire comme ministre, je suis là pour veiller au grain et c'est ce que je vais faire.» (Note de JosPublic: et madame est spécialiste en communications)

J'imagine que l'industrie sait à quoi s'en tenir...

C'est un exemple absolument bénin, c'est le premier qui m'est tombé sous la main et ce serait bien injuste de reprocher à une personne qui est ministre depuis 15 minutes de ne pas connaître ses dossiers.

Ce qui est intéressant ici, c'est que déjà, on lui a enseigné l'art défensif de ne rien dire.

Je crois qu'avant de faire un ministre d'un être humain, on l'emmène dans une petite pièce blanche sans fenêtres où on lui inocule le virus du parler-creux par une piqûre dans la fesse gauche.  Certains résistent. Plusieurs sombrent.

À la fin d'une mêlée de presse, il reste une série de mots qui forment une séquence logique mais néanmoins incompréhensible.  Il reste un chapeau qui sera porté... et un grain, oui, c'est vrai, il a été question d'un grain, sur lequel il faut veiller...

C'était quoi la question déjà ?  La question, c'était celle du journaliste du Journal de Québec Patrick Bellerose à l'ex-ministre des Transports Laurent Lessard, au sujet d'Uber, il y a deux semaines : 

«M. Lessard, vous êtes satisfait du projet pilote, dans le fond, depuis un an ?»

« Bien, le suivi qu'on a fait sur une base hebdomadaire avec eux concernant la formation, l'obtention du permis 4C, les vérifications d'antécédents... de maladie, donc de santé, le volet santé, l'encadrement sur deux éléments, la formation, puisqu'on avait développé un cadre différent avec l'application mobile, mais qui était, je dirais, jugée trop souple, qui manquait de robustesse, et principalement aussi la formation sur ce qu'ils doivent faire et ce qu'ils ne doivent pas faire... donc, et non pas de développer une application pour chercher comment ils ne le font pas, mais plutôt de faire de la formation sur respecter la réglementation en place, dont les courses hélées, éviter d'avoir des lanternons...»

OK, j'arrête ici.  Pourquoi ce torrent de mots ?  La question n'est pas compliquée.  Mais le ministre flaire un piège.  Il ne veut dire ni oui (ce qui irait contre les nouvelles exigences qu'il vient d'annoncer) ni non (il ne veut pas fermer la porte à Uber).  Alors il parle.

 

 

Des chercheurs français ont tenté de retracer l'origine de l'expression «langue de bois», apparue dans les médias français à la fin des années 1970.  C'est un héritage des communistes soviétiques, qui l'employaient pour décrire le langage officiel rigide et stéréotypé.

C'est au fond un discours qui est destiné à ne pas communiquer.  Il sert à camoufler les apparences, à éviter le sujet, à ne faire aucune erreur, à étourdir l'interlocuteur.  Mais son but est essentiellement de ne rien dire, avec une abondance de mots.

Les gens de «communication», qui manufacturent ce langage, sont partout dans nos gouvernements.  Le gouvernement Trudeau est la quintessence du gouvernement de «communicants»

On a beaucoup parlé de Mélanie Joly, mais l'exemple vient du bureau du premier ministre canadien et plusieurs autres ministres sont atteints du mal des communications.  Les symptômes ressemblent au «mal des profondeurs» qui frappe certains plongeurs : étourdissement, ivresse, perte des repères...

Pas surprenant que Stéphane Dion ait levé les feutres...

Ils diront que ces mécanismes de défense (contrôle des communications, lignes apprises par coeur) sont la réponse à une presse mesquine qui cherche sans arrêt la faute, la contradiction pour prendre en défaut les élus.  Ce n'est pas entièrement faux.  Il est vrai aussi qu'on abuse de l'accusation : parler d'enjeux complexes avec des nuances, ce n'est pas utiliser la langue de bois.  Mais ça n'entre pas toujours dans les formats médiatiques, encore moins dans 140 caractères.

Les politiciens sont loin d'être les seuls ébénistes du langage.  Tout le secteur public excelle à ce jeu.  Rien n'est plus délicieux qu'un «plan de développement stratégique» quinquennal de l'École nationale d'administration publique, qui forme nos hauts fonctionnaires.  L'idée est d'inscrire noir sur blanc sa
«vision» : 

«Cette vision lance également un signal dynamique et non équivoque au sujet de sa participation, dans l'espace public, aux débats concernant l'organisation et le devenir de la chose publique.»

Quid en effet du devenir de cette chose ? Mais poursuivons : 

«En cela, l'École demeure sensible aux préoccupations des administrations publiques conjuguées à la demande sociale actuelle pour une modernisation et une plus grande efficience des administrations publiques.»

Voilà, c'est dit, c'est clair et c'est fichtrement public.

Ce n'est pas entièrement leur faute.  On demande aux organismes de produire des plans, des bilans, des perspectives, alors ils noircissent des pages et des pages, ils veulent avoir l'air de bien faire les choses.  Eux aussi «brouillent les eaux de leur pensée pour faire croire qu'elles sont profondes», comme disait le philosophe.  On fait bouillir 25 pages, il en reste une et demie.

Les professionnels quant à eux préfèrent le jargon de spécialiste.  Les avocats en particulier se délectent du charabia juridique.  Utiliser entre initiés un langage incompréhensible aux profanes, c'est s'en distancer, c'est asseoir son pouvoir avec des mots.

La résistance s'organise.  Éducaloi, un organisme québécois de vulgarisation de la loi, s'emploie notamment à enseigner le langage clair aux juristes - y compris aux juges, dont le taux de lisibilité des jugements a progressé de manière spectaculaire depuis une génération.  «Développer un langage clair, c'est se mettre à la place de l'autre, c'est développer l'empathie», dit la directrice Ariane Charbonneau.

Dans l'arène politique, c'est un enjeu démocratique.  Dans la montée du populisme, il y a aussi de cela : l'écoeurement général face à une parole qui ne veut rien dire, pour faire détourner le regard, pour tromper.

 

Jean Charest ex-chef du Parti Libéral du Québec et la députée Isabelle Melançon.
Le Dr Philippe Couillard l'a présentée à son nouveau cabinet des ministre le 11 octobre 2017 en disant rajeunir l'équipe ministérielle.  Ah Bon!  Allons-y voir !  Mme Melançon a été Directrice de cabinet de la ministre de la culture de 2014 à 2016, directrice générale des communications et relations institutionnelles de la SODEC de 2008 à 2014, Directrice des communications du Parti Libéral du Québec de 2005 à 2008 donc elle a participé aux tentatives d'empêcher la création de la Commission Charbonneau et elle a été attachée de presse du cabinet de la ministre de la Culture et des Communications de 2003 à 2005.  Élue députée le 5 décembre 2016 dans une élection partielle dans la circonscription de Verdun.  L'expression "sang neuf" du premier ministre est un exemple parfait de la langue de bois politicienne.
(retour au texte)
                                                                     
- JosPublic

Source: Journal La Presse pour Power Corporation du Canada: MétéoPolitique pour les autres références.

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 15 octobre 2017

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  La langue de bois est un jeu de massacre par Michel Rioux

  Le député-ministre québécois, Laurent Lessard se surpasse

  Langue de bois

 
 

Notes & Références encyclopédiques:

retracer l'origine de l'expression...

 

Carmen Pineira et Maurice Tournier, Mots - Sur Les langages du politique, 1989

 
 

Retour au texte

la quintessence du gouvernement de...

 

La mutation du métier de communicant public.

Par Annick Monseigne et Geneviève Guilhaume sur Communication et Organisation mars 2013.

 

Une logorrhée de mots pour complexifier une profession qui manque de sérieux et qui n'accepte pas de dévoiler sa vraie nature, c'est-à-dire l'enrobage du mensonge pour le faire accepter au public.  Pas besoin de communicants pour dire la vérité. Un fait c'est un fait - JosPublic

 

Retour au texte

On a beaucoup parlé de...

 

Mélanie JOLY

Le mensonge de Mélanie Joly pour justifier l'avantage donné au diffuseur états-unien Netflix.

La langue de bois n'a pas sauvé la ministre verbomotrice.  Au contraire plus elle parlait, plus elle se calait.

La ministre du Patrimoine canadien aurait bien aimé se retrouver sur une autre planète ce vendredi 29 septembre 2017, car elle a dû essuyer une vague de mécontentement à la suite de l'entente conclue entre le gouvernement du Parti Libéral du Canada et la multinationale états-unienne Netflix.  La ministre a passé un mauvais quart d'heure avec l'animateur de la radio 98,5 Fm Paul Arcand, alors que le Nouveau Parti Démocratique NPD l'a accusée de s'être fait berner.   Pour en rajouter à l'émission de télévision "Tout le monde en parle" sur les ondes de CBC/Radio-Canada, elle a menti pour se justifier. - Sur MétéoPolitique, le 2 octobre 2017

 

Retour au texte

Les symptômes ressemblent au...

 

Le mal des profondeurs

À mesure qu'il descend, un plongeur éprouve parfois d'étranges sensations : il se sent euphorique, puis désorienté et les poissons lui apparaissent monstrueux.

C'est la narcose à l'azote. Les neurobiologistes précisent les mécanismes de ces troubles comportementaux. - Sur Pour la Science France, août 2006

 

Retour au texte

Langue de bois de Mélanie Joly, Laurent Lessard, Isabelle Melançon des politiciens ayant des choses a cacher

Retour a: Plan du site - MétéoPolitique - Science - Fiche: Langue de bois - Analyses & Opinions - Haut de page