Retour à : Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Science - Fiche: Langue de bois - Analyses & Opinions

La langue de bois: outil du mensonge et du non-dit

Si le langage diplomatique entre les pays s'est avérée nécessaire pour éviter des froissements d'orgueil entre dirigeants, allant jusqu'à éviter des guerres, la langue de bois elle, ne sert qu'à masquer la fourberie et devient rapidement du mensonge.  Dans les médias, dans la pub, chez les intellectuels ou les politiciens, la langue de bois s’impose maintenant comme « la norme »

 C’est dit : on nous vole nos mots et on les remplace par d’autres pour nous forcer à voir la réalité sous un angle que d’autres choisissent pour nous. Audrey Dye nous invite à démasquer les mots qui mentent.

La langue de bois: outil du mensonge et du non-dit
La langue de bois au quotidien
Qui fait la langue de bois et pourquoi ?
La langue de bois au quotidien
La langue de bois : définition
Pourquoi lutter contre la novlangue ?
Campagne de sensibilisation
Les mots qui mentent
Les politiciens et politiciennes qui mentent
Les scientifiques qui mentent
Les gens d'affaires qui mentent

Texte par Audrey DYE

 
 

La langue de bois au quotidien

 
 

Notre quotidien nous fait rencontrer plein de
« jargons » : au travail, à l’école, mais aussi à la télévision, dans les administrations ou encore chez le médecin. 
Que celui qui ne s’est jamais plaint qu’il ne comprenait rien me jette le premier pavé !

Mais le jargon le plus opaque reste celui du monde politique, aujourd’hui irrémédiablement associé à l’économie : même les politiciens n’hésitent pas à s’accuser entre eux de « langue de bois »

Résultat : nous sommes souvent perdus quand nous tentons de comprendre ce que les politiciens décident pour notre présent et notre avenir, ou lorsque nous devons voter pour l’un ou l’autre.

On sait pourtant que le travail sur le langage dans les médias et les sphères politiques et économiques a été colossal depuis plus d’un siècle : on ne peut pas penser que c’est un hasard si la langue de bois est de plus en plus présente.

 
 

Qui fait la langue de bois et pourquoi ?

 
 

Le terme de propagande nous choque aujourd’hui parce qu’il a été associé aux régimes totalitaires du début du siècle passé. 

Mais ses grands principes ont été développés par Edward Bernays père de « l’industrie des relations publiques », c’est-à-dire de la manipulation de l’opinion publique à des fins commerciales ou politiques.

 

Neveu de Sigmund Freud, il a combiné des études sur la psychologie des foules et le travail sur le subconscient dont il a tiré des méthodes pour manipuler l’opinion publique, qu’il présente notamment dans l’ouvrage « Propaganda ». 

Ses principaux clients ont été de grandes firmes comme le cigarettier Lucky Strike ou le gouvernement américain.

Edward Bernays ( 01 )

Sigmund Freud ( 02 )

 
 

La langue de bois : définition

 
 


La langue de bois est un code, employé par les intellectuels, les responsables politiques, les médias : seuls ceux « du même monde » peuvent le déchiffrer ; pour les autres, il donne une impression de professionnalisme, de sérieux, de crédibilité sans qu’on puisse décoder ce que ça implique vraiment.  Employer la langue de bois sert à brouiller les pistes tout en donnant une image positive.

Pourquoi, me direz-vous, dépenser tant d’énergie à travailler sur les mots ?  Parce que les mots nous permettent de penser.  En remplaçant nos mots par d’autres, on transforme notre vision de la réalité.  « La propagande est à la démocratie ce que la violence est à un État totalitaire. », dit Noam Chomsky, linguiste et philosophe américain, connu pour son engagement notamment antimilitariste. ( 03 ) 

Autrement dit, c’est une façon de maintenir le pouvoir en place et de museler la contestation.  À cette époque, il est évident que le pouvoir passe par les mots, et que la manipulation du langage est une arme pour contrôler l’opinion. 

Ce sont donc des élites intellectuelles qui ont été approchées par le pouvoir et les grands industriels pour travailler sur les mots en vue d’influencer l’opinion publique.  Ces intellectuels se regroupèrent en cercles de réflexions, les laboratoires d’idées ou "think tanks".

Ces institutions privées rassemblaient et rassemblent encore des experts de différents domaines et sont sollicitées pour faire des propositions de politique publique. 

Pour vous donner une idée de leur puissance, c’est le premier cercle du genre, la Commission Creel (Commission sur l’information publique des États-Unis, à laquelle participait Edward Bernays) qui imaginera la célèbre affiche de l’Oncle Sam « I want you for U.S. army », qui visait à convaincre les Américains de s’enrôler et soutenir l’effort de guerre en 1917. ( 04 )

Par la suite, ces think tanks seront largement sollicités également par les grands industriels.  Plus proche de nous, selon une enquête de l’Université de Pennsylvanie réalisée en 2011, deux des think tanks les plus influents du monde sont basés en Belgique : Bruegel et le Center for European Policy Studies. ( 5 )  Ils sont connus pour avoir fourni des propositions pour lutter contre la crise de l’euro et de l’endettement.  C’est sans doute à eux qu’on doit l’arrivée de
« l’austérité » (pour ne pas dire la crise).

Mais quel rapport entre ces think tanks et le langage, me direz-vous ?   Ces think tanks sont sollicités pour soumettre des idées dans différents domaines : économie, santé, éducation, etc. 

Leurs rapports contiennent donc les grandes orientations que pourront choisir de prendre les responsables politiques demain.  Mais les idées se traduisent en mots, et ce sont donc ces rapports qui vont « donner le ton ».  Chez les hommes politiques d’abord, puis via les médias, chez Monsieur Tout le Monde.  Ne parle-t-on parle d’expressions « politiquement correctes » ?!

 
 

Pourquoi lutter contre la novlangue ?

 
 

D’où vient le terme « novlangue » ?

Il a été créé par Georges Orwell dans son livre « 1984 » (publié en 1949).  Le livre présente une société totalitaire, contrôlée par « Big Brother », qui impose l’utilisation d’une
« novlangue » (newspeak). ( 06 )

Pour ce faire, ils construisent un nouveau dictionnaire, dont le but est simple : en diminuant le nombre de mots, on diminue le nombre de concepts qui permettent aux gens de réfléchir et d’analyser leur réalité, et on remplace les mots
« subversifs » pour empêcher la critique du système.


Suite notamment au travail du français Franck Lepage et des contributeurs de la SCOP Le Pavé, une véritable bataille s’est engagée pour décrypter cette « langue de bois » ou
« novlangue » et se réapproprier notre langage.

La SCOP Le Pavé a été fondée suite à une étude sur l’Education Populaire en France (équivalent de l’éducation permanente en Belgique), qui réaffirme les bases de l’éducation populaire, née des suites de la seconde guerre mondiale.

Comme le dit Franck Lepage dans son article « De l’éducation populaire à la domestication par la culture ( 07 ) ».   À la Libération, les horreurs de la seconde guerre mondiale ont remis au goût du jour cette idée simple : la démocratie ne tombe pas du ciel, elle s’apprend et s’enseigne.  Pour être durable, elle doit être choisie ; il faut donc que chacun puisse y réfléchir.  L’instruction scolaire des enfants n’y suffit pas.  Les années 1930 en Allemagne et la collaboration en France ont démontré que l’on pouvait être parfaitement instruit et parfaitement nazi. 

Le ministère de l’éducation nationale convient donc qu’il incombe à la République d’ajouter un volet à l’instruction publique : une éducation politique tout au long de la vie.

Le véritable but de l’éducation populaire serait donc de « rendre lisibles aux yeux du plus grand nombre les rapports de domination, les antagonismes sociaux, les rouages de l’exploitation ».

Si l’on veut développer une lecture critique et s’engager à contre-courant, il est donc indispensable de se réapproprier nos mots, de recréer des lectures subversives de notre réalité, de recomplexifier notre vision du monde.

 
 

Campagne de sensibilisation

 
 

Décortiquer, comprendre, déconstruire le langage néolibéral, dénoncer les stratégies et la réalité sociale qui se cachent derrière les mots, tels sont les objectifs de la campagne de sensibilisation « Démasquons les mots qui mentent! » que les Equipes populaires viennent de lancer.

Avec, notamment, Le Petit Menteur, un dictionnaire engagé et décalé.  Une trentaine de mots y sont déclinés en définitions « néolibérale », « progressiste » et « décalée ».  Ce dictionnaire se veut participatif, il ne demande qu’à être alimenté par de nouvelles définitions.   Une version définitive enrichie des contributions reçues au cours de la campagne sortira en 2016.

Source:  Contrastes N°170 (sept-oct 2015) de Belgique pour Mouvement de citoyens Équipe populaire.

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Publication : 13 décembre 2015

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

La langue de bois: outil du mensonge et du non-dit
La langue de bois au quotidien
Qui fait la langue de bois et pourquoi ?
La langue de bois au quotidien
La langue de bois : définition
Pourquoi lutter contre la novlangue ?
Campagne de sensibilisation
Les mots qui mentent
Les politiciens et politiciennes qui mentent
Les scientifiques qui mentent
Les gens d'affaires qui mentent

Notes & Références encyclopédiques:

01

 

Edward Louis Bernays,  père de la propagande politique institutionnelle et de l'industrie des relations publiques. - Sur Wikipédia ou Propaganda, Comment manipuler l’opinion en démocratie, Noam Chomsky, préface de Normand Baillargeon, Ed. La Découverte, Collection Zones, Paris, 2007

 

Retour au texte

02

 

À propos de Sigmund Freud médecin neurologue autrichien, fondateur de la psychanalyse. - Sur Wikipédia

 

Retour au texte

03

 

La fabrication du consentement

Noam Chomsky et Edward Herman

Ed. Agone, 2008.

 
 

Retour au texte

04

Commission Creel - Sur Wikipédia

Retour au texte

05

 
 

Retour au texte

06

 

La réalité de 2014 basée sur le roman "1984" ? - Sur MétéoPolitique

C'est le plus célèbre roman (objet d'un film en 1956 et un autre en 1984) de George Orwell, publié en 1949

T
raduction Amélie Audiberti, en français chez l'éditeur Gallimard, 1950.

 
 

Retour au texte

07

 
 

Retour au texte

Retour a: Plan du site - MétéoPolitique - Science - Fiche: Langue de bois - Analyses & Opinions - Haut de page