Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Société - Guerre, révolution, etc. - Ukraine

Despotisme, collusion, corruption, nazisme, fascisme
Avec un président sympathisant nazi, l'Ukraine risque de devenir un État failli

Les États-Unis-d'Amérique qui ont orchestré le coup d'État ( 01 ), les politiciens de l'Union Européenne et les oligarques et sympathisants nazis ukrainiens qui ont pris le pouvoir ont échoué dans leurs tentatives de faire une démocratie de l'Ukraine.  «Plus d'un an après les «manifestations de la place Maïdan dite de révolution de la dignité» l'Ukraine apparaît comme un régime corrompu et un État failli (…)» avec plus de 50 000 morts sur la conscience, s'ils en ont une?

Les objectifs de réformes de l'État exigés par les états-uniens et européens ont laissé intacte l'économie ukrainienne, tout comme le système judiciaire corrompu du pays.  En même temps, l'économie parallèle grandit, le contexte juridique pour les affaires ne s'est pratiquement pas amélioré, alors que le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une chute de l'économie de 11% en 2016.

Que les relations entre l'Ukraine et l'Occident se fissurent, et que l'histoire des coups d'État violents dans ce pays risque de se prolonger, sont des hypothèses tout à fait plausibles proposées selon l'éditorialiste Leonid Bershidsky de Bloomberg View.

Le président de l'Ukraine Piotr Porochenko appuyé par le Parti Conservateur du Canada
et depuis l'élection canadienne 2015 par Le Parti Libéral du Canada

 

 
 

L'Ukraine une faillite morale

 
 

Si Vladimir Poutine a fait quelque chose pour déstabiliser l’Ukraine, ce fut de répondre favorablement à la demande des États-Unis et de l’Europe, d’influencer les ukrainiens de l’Est à adhérer à un cessez-le-feu dans le Donbass (régions de Donetsk, Louhansk et autres.)

N’ayant plus le couvert de la guerre pour se cacher, l’élite politique d’Ukraine ne tarda pas à montrer son vrai visage.  Au lieu de l’espoir démocratique que plusieurs entretenaient à son égard depuis la dite «révolution de la dignité», il est maintenant clair que l’Ukraine est simplement un autre pays dirigé par des politiciens.nes incompétents et corrompus.  Ceci étant, des failles commencent à apparaître dans ses relations avec l’Union européenne, le FMI et les États-Unis-d’Amérique.

Le gouvernement est dans la tourmente : le Premier ministre Arseniy Yatsenyuk risque d'être congédié dès que cela deviendra légalement possible, probablement en décembre 2015, menaçant ainsi la fragile coalition au pouvoir dont son parti politique représente la deuxième plus grande force politique du pays.   

Si la coalition s'écroule - un résultat probable si Yatsenyuk est forcé de démissionner - il y aura une élection parlementaire dans les plus brefs délais, ainsi les ukrainiens pro-européens pourraient effectivement être soulagés.  Cependant les populistes qui dominent l'Assemblée législative rendent plus difficile de faire avancer des réformes significatives qui satisferaient le parlement européen…  si jamais quelqu’un essayait!  Par exemple, début novembre 2015 le Parlement a rejeté un projet de loi interdisant spécifiquement la discrimination en milieu de travail à l'encontre des homosexuels. 

En dépit de certaines tentatives de changement par une nouvelle génération de bureaucrates, l'économie ukrainienne demeure inchangée.  Les impôts sont oppressants mais largement éludés, l'économie souterraine est en croissance et l'environnement réglementaire pour les entreprises ne se s'est guère amélioré. 

Le Fonds monétaire international, la plus grande source de devises du pays, malgré une chute impressionnante des exportations, était optimiste pour 2015.  Les perspectives de croissance économique prévoyaient une expansion de 2 p. 100, mais en octobre le fonds a révisé la projection à une baisse de 11 p. cent en 2016.

Le politicien le plus populaire de l’Ukraine… n’est pas ukrainien, c'est Mikheil Saakashvili, l'ancien président de la Géorgie, nommé par le Président ukrainien Petro Porochenko pour gérer la région d'Odessa

Saakashvili a proposé un paquet de réformes libertaires, mais Porochenko n'a pas encore donné son approbation et le présent parlement... n’est pas chaud à l'idée d’en faire l’adoption, surtout avec des députés provenant du parti Svoboda d'obédience nazi .....

Oleh Tyahnybok, chef des députés de Svoboda au parlement Ukrainien

Un pacifique citoyen manifestant sur la place Maïdan à Kiev

 

Une brigade d'honnêtes milices maintenant formée par l'armée canadienne ( 02 )

 
 

Justice: vide de responsabilisation selon l'ONU

 
 

Un autre sujet de scandale réside dans l’absence de réforme d'un système de justice complètement corrompu.  En septembre 2015, Christof Heyns, le rapporteur spécial des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires, a déclaré après une visite en Ukraine que le pays vivait dans un "vide de responsabilisation".   Heyns déplorait l'échec des autorités ukrainiennes à enquêter sur le décès de plus de 100 personnes dans les rues de Kiev, dans les derniers jours de la révolution de la place Maïdan.

Il y a eu aussi le cas de 48 manifestants russophones brûlés vifs dans un bâtiment mis à feu par des troupes néonazies en mai 2014 à Odessa ( 03 ).  Ces enquêtes sont bloquées, et les tentatives faites par les avocats des victimes pour les accélérer ont été bloquées par les autorités qui protègent les tueurs suspects qui sont encore à l’emploi du ministère de l’intérieur.

Heyns constate que le service de sécurité de l’Ukraine «semble être au-dessus de la loi.»  À part le fait d'avoir fait récemment quelques perquisitions dans des compagnies de haute technologie, la démarche semble plutôt être basée sur l'objectif de créer de la peur.  Début novembre 2015, le service de sécurité a arrêté Gennady Korban,  un haut lieutenant de l'oligarque Igor Kolomoisky, qui résistait à la consolidation du pouvoir de Porochenko.  L'arrestation a donné lieu à des accusations de justice sélective par la presse ukrainienne.  D’autres oligarques, après tout, ne subissent pas de représailles -- peut-être parce qu'ils ont accepté la domination Porochenko.

Le 9 avril 2015, le chef du département de la justice de la région d'Ivano-Frankivsk, Basile Кавацюк a été attaqué et trainé dans un conteneur à vidange dans les rues de la ville par des militants radicale nationaliste de l'organisation «le secteur Droit» qui n'était pas content des décision du fonctionnaire ( 04 )

 

Joe Biden le vice-président états-unien, lance un avertissement à Kiev

 
 

Corruption, collusion, fraude, appropriation du bien commun...

 
 

Deux ans après que l'équipe corrompue du président Viktor Yanukovych ait fui l'Ukraine, la corruption sévit encore et les intrépides journalistes d'investigation ont été particulièrement occupés à nouveau.  Donnant le ton, Porochenko semble avoir oublié sa promesse de vendre ses entreprises; sa banque est en expansion pendant que beaucoup d'autres ont perdu leurs licences.  Le président Porochenko et le premier ministre Yatsenyuk sont des alliés qui voient régulièrement leurs noms cités en lien avec des régimes corrompus, impliquant la participation de l'Ukraine, le service des douanes de l'État et les sociétés d'énergie.  

Serhiy Leshchenko, le plus connu des journalistes d’enquête ukrainien qui, en 2014 s'est fait élire au Parlement par le parti de Porochenko a publié un texte dans le magazine Novoye Vremya qui décrit succinctement le modèle politique actuel :

Le système de freins et de contrepoids qui a été vendu aux états-uniens ne fonctionne pas.  Au lieu de garder un œil l’un sur l'autre, l’équipe de Porochenko et Yatsenyuk a conclu une entente.  Ils se sont divisé les sphères d'influence et de responsabilité afin de ne pas se faire mutuellement obstacle ni entrer en conflit.

À plusieurs reprises, les représentants de l'administration états-unienne ont demandé aux autorités ukrainiennes de mener des réformes et de lutter contre la corruption de façon plus active.

La sous-secrétaire d'État états-unienne Victoria Nuland avait déclaré que les autorités ukrainiennes devraient détruire complètement "le vieux système".

Les états-uniens sont très visibles dans les processus politiques ukrainiens.  L'ambassade des États-Unis à Kiev est un centre de pouvoir, et les politiciens ukrainiens parlent ouvertement de nominations et révocations étant contrôlées par l'ambassadeur américain, M. Geoffrey Pyatt et même par le vice-président américain Joe Biden.  «Pyatt et l'administration états-unienne ont plus d'influence que jamais dans l'histoire de l'Ukraine indépendante», écrit Leschenko.

Les Européens participent aussi à l'édification des règles de gestions applicables en Ukraine, non pas seulement parce qu'ils sont des bailleurs de fonds – à cet égard les États-Unis son encore plus importants en raison de leur influence sur le Fonds monétaire international FMI - mais parce que les déplacements sans visa en Europe sont l'un des principaux objectifs de Porochenko.  À ses yeux, cela permettrait de valider ses efforts à rendre l'Ukraine plus européenne et raviver sa popularité chancelante aux yeux de la population aisée.

Les exigences de l’Europe pour accepter un régime sans visa à l’égard de l’Ukraine sont liées au sérieux que montreront les dirigeants dans leur lutte contre la corruption.  En raison de "préoccupations soulevées à l'égard de certaines personnes qui participent à la sélection" des avocats procureurs pour le bureau du procureur de l'État, l'Union européenne a récemment refusé une demande de financement.

C'est une référence claire à l'équipe du Procureur général Viktor Shokin, une nomination et un associé de longue date de Porochenko, qui a été accusé de saper les efforts de lutte contre la corruption.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker a écrit à Porochenko.

Viktor Shokin

La lettre souligne que "les progrès des réformes dans le domaine de la lutte contre la corruption restent une priorité clé pour atteindre la possibilité de voyager sans visa" et il fournit une longue liste des réformes que l'Ukraine aurait besoin de mettre en oeuvre.

"Quoi qu'il en soit, les efforts de l'UE et des États-Unis restent stériles (…), le pouvoir des oligarques et de la bureaucratie corrompue sur ce qui reste de l'économie ukrainienne s'est avéré trop puissant", constate le journaliste Leschenko.

Selon l'ambassadeur états-unien en Ukraine Geoffrey Pyatt, le problème de la corruption jugée légale constitue la menace la plus grave pour le développement du pays à long terme.

 Il semble donc que le problème de la corruption ukrainienne soit très loin d'être résolu.

Le vice-président américain Joe Biden a souligné à plusieurs reprises l'importance de lutter contre la corruption en Ukraine.  Il n'a pas l'intention d'accuser des personnes en particulier parmi les autorités ukrainiennes.  La langue de bois s'y porte bien puisqu'on peut lire dans un communiqué de presse que «malgré tout l'administration américaine reste attachée au soutien à la lutte contre la corruption en Ukraine et aux changements positifs dans la situation politique et économique du pays.» 

Par contre le fils de Joe Biden ne serait-il pas en conflit d'intérêt?

R. Hunter Biden

La société Burisma Holdings ( 05 ), première compagnie d’exploitation du gaz ukrainien, a confirmé le 13 mai 2014 la nomination de R. Hunter Biden à son conseil d’administration.  Il y retrouvera Devon Archer, qui l’a précédé de quelques semaines.

R. Hunter Biden est le fils du vice-président des États-Unis, Joe Biden.  Devon Archer était le président du Comité de soutien à la campagne présidentielle de l’actuel secrétaire d’État, John Kerry.

Devon Archer fut co-locataire avec Christopher Heinz (le beau-fils de John Kerry) durant leur période universitaire.  Il fonda ultérieurement Rosemond Seneca Partners, une société de conseils financiers et politiques, dont R. Hunter Biden est directeur.

Burisma Holdings est une compagnie très secrète.  Elle est enregistrée à Chypre depuis la « révolution orange ».  Elle aurait acquis la plupart des sociétés gazières ukrainiennes. 

Selon l’Anticorruption Action Center, Burisma Holdings appartiendrait depuis 2011 à Ihor Kolomoïsky
( 06 ).  Ce dernier, qui préside le Parlement juif européen et détient la moitié de la chaîne de télévision Jewish News One ( 07 ), a été nommé le 2 mars par les autorités putschistes de Kiev gouverneur de l’oblast de Dnipropetrovsk.  Il financerait les troupes d’assaut impliquées le 2 mai dans les massacres d’Odessa ( 08 ).

 

 
 

Encore un prêt à l'Ukraine

 
 

Une promesse de financement a été faite le 5 novembre 2015 par le vice-président américain Joe Biden lors d'une conversation téléphonique avec le président ukrainien Piotr Porochenko.

"Le vice-président a précisé la volonté des États-Unis de fournir à l'Ukraine une troisième garantie de prêt d'un milliard de dollars dans le cadre des actions axées sur l'enquête et la poursuite judiciaire de la corruption et sur la mise en œuvre de la réforme fiscale en conformité avec le programme du FMI", a rapporté la Maison blanche.

Iatseniouk demande à l’UE le financement des fonctionnaires

En octobre 2015, lors de sa visite à Kiev, la ministre états-unien du Commerce Penny Pritzker avait déjà annoncé que Washington entendait octroyer à l'Ukraine un milliard de dollars supplémentaires, sous forme de garanties de crédit, au cours des mois à venir.

En outre, le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk s'était adressé à la Commission européenne afin de demander la création d'un fonds visant à réaliser une réforme du système de financement des salariés.

Cette promesse a été faite jeudi dernier par le vice-président américain Joe Biden lors d'une conversation téléphonique avec le président ukrainien Piotr Porochenko.

"Le vice-président a précisé la volonté des Etats-Unis de fournir à l'Ukraine une troisième garantie de prêt d'un milliard de dollars dans le cadre des actions axées sur l'enquête et la poursuite judiciaire de la corruption et sur la mise en œuvre de la réforme fiscale en conformité avec le programme du FMI", a rapporté la Maison blanche.

 

En octobre dernier, lors de sa visite à Kiev, la ministre américaine du Commerce Penny Pritzker avait déjà annoncé que Washington entendait octroyer à l'Ukraine un milliard de dollars supplémentaires, sous forme de garanties de crédit, au cours des mois à venir.

 

En outre, mercredi dernier, le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk s'était adressé à la Commission européenne afin de demander la création d'un fonds visant à réaliser une réforme du système de financement des salariés. Selon M.Iatseniouk, la corruption ne disparaîtra qu'à condition que les salaires des fonctionnaires ne soient doublés



Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20151106/1019332291/usa-ukraine-pret-corruption.html#ixzz3quFg69gv
 

Selon M. Iatseniouk, la corruption ne disparaîtra qu'à la condition que les salaires des fonctionnaires soient doublés.

Les revenus de Porochenko, les seuls à avoir augmenté en Ukraine

La liste des 100 Ukrainiens les plus riches reflète des tendances dans l'économie ukrainienne, indique le magazine Novoe Vremia.

La revue ukrainienne en collaboration avec la société d'investissement Dragon Capital a réalisé le top 100 des Ukrainiens les plus riches, d'après le classement de 2015 les actifs de tous les hommes d’affaires du top 10 ont chuté fortement.

Sauf un

«Le président Piotr Porochenko est passé dans la liste des 100 hommes les plus riches, de la neuvième place à la sixième après que son activité ait augmenté de 20% en un an pour atteindre 979 millions de dollars», constate la revue.   M. Porochenko a réussi cela grâce à l'augmentation de la valeur de son entreprise de boulangerie-confiserie, qui «même dans la situation de crise profonde se développe activement — construit de nouvelles installations et s’étend sur de nouveaux marchés».

Piotr Porochenko

"La liste des 100 (Ukrainiens les plus riches, ndlr) reflète des tendances dans l'économie ukrainienne — actuellement les fortunes de ceux qui opèrent dans l’industrie, la construction et les hautes technologies n'augmentent pas contrairement à ceux qui font des médicaments et des produits d'alimentation.

 "Faire de l’argent en Ukraine est maintenant plus facile sur (le dos, ndlr) des malades et des affamés", et cela est probablement le bilan le plus triste que l'on peut faire après avoir lu cette liste", indique le Magazine Novoe Vremia

 
 

Violence plutôt qu'honnêteté...c'est un choix discutable!

 
 

Tout compte fait, la guerre de l’Ukraine contre ses propres pratiques passées a encore moins de succès que ses efforts militaires contre la Russie ou la population russophone.  Trop de temps s'est écoulé depuis la "révolution de la dignité" pour justifier l'absence de progrès tangibles.  Les efforts états-uniens et européens à gérer de l’externe ont largement échoué, le pouvoir des oligarques et de la bureaucratie corrompue sur ce qui reste de l'économie ukrainienne s'est avéré trop fort, les pratiques trop enracinée.

La société civile ukrainienne est freinée par ces puissants intérêts.  On peut douter qu'elle arrive à pousser le pays dans une direction plus civilisée avec les outils habituels de la démocratie électorale : les élections locales ont prouvé que les pratiques de fraude, de corruption et d'intimidation implantées depuis que le pays est devenu indépendant suite à l’ère soviétique n'ont pas été surmontées.  

Il y a peu de volonté pour plus de bouleversements si tôt après la révolution et la guerre dans l'Est.  À moins que l'élite politique actuelle trouve la force en elle-même pour nettoyer – ce qui risque très peu de se produire—l’histoire des violents changements de régime en Ukraine n'est probablement pas encore terminée.

Sources: Agence de presse Reuters pour David Thompson The Woodbridge Company ; Agence Bloomberg pour Michael Bloomberg; Sputnik France pour le gouvernement de Russie; Revue ukrainienne Novoe Vremia

Choix de photos, fusion de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour 15 janvier 2016

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notes & Références encyclopédiques:

 

01

 


Euromaïdan : Oleg Tsarov dénonce un complot des... par ERTV

Le 20 novembre 2013, la veille du refus par le gouvernement ukrainien de signer l’accord d’association avec l’Union Européenne, le député Oleg Tsarov dénonçait à la Rada (le Parlement ukrainien) l’ingérence des États-Unis via leur ambassade à Kiev.

Il a présenté des preuves que l'ambassade coordonnait des groupes de manifestants qui travaillaient au déclenchement d’une guerre civile en Ukraine, notamment par le biais des TechCamps.  Les TechCamps sont « des sessions de formation à l’utilisation de réseaux sociaux au service de l’action, autrement dit d’agitprop, en faveur du déclenchement de révolutions colorées.  Elles font partie de l’initiative “Société Civile 2.0” du Département d’État états-uniens qui en finance une grande partie».  La même technique a été utilisée pour le déclenchement des printemps arabes organisés par les États-Unis suivant un article du New York Times.

 

Retour au texte

02

 

L’ambassade du Canada à Kiev a servi de refuge à des manifestants en 2014 - Sur Actualité (extrait par Murray Brewster de l'agence de presse La Presse canadienne), le 12 juillet 2015

 

Retour au texte

03

 

Les hommes de main (nervis) de Kiev brûlent vifs des pro-russes à Odessa, l’armée ukrainienne attaque les populations de l’est - Sur The Saker France, le 4 mai 2014

 

Retour au texte

04

 

Ukrainian justice chief thrown into the trash in Ivano-Frankivsk - Sur Ukraine Today, le 9 avril 2015

 

Retour au texte

05

 

Company In Which US Vice President Joe Biden’s Son Is Director Prepares To Drill Shale Gas In East Ukraine - Sur GlobalResearch, le 21 novembre 2014

 

Retour au texte

06

« Kings of Ukrainian Gas », Anticorruption Action Center, 26 août 2012.

Retour au texte

07

 

« Lancement de la chaîne satellitaire Jewish News One », Réseau Voltaire, 24 septembre 2011.

 

Retour au texte

08

 

« Les massacres d’Odessa sonnent le glas de l’unité ukrainienne », Traduction Gérard Jeannesson, Oriental Review, Réseau Voltaire, 12 mai 2014.

 

Retour au texte

RetourPlan site - MétéoPolitique - Société - Fiche: Guerre, espionnage, etc. - Ukraine- Haut de page