Président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec FTQ de 1964 à 1991 et président-fondateur du Fonds de solidarité FTQ.   Pendant ses 27 années à la présidence de la FTQ, Louis Laberge a profondément marqué le mouvement syndical et la société québécoise.  À sa mort, en 2002, il a été salué par tous comme un des grands leaders du 20e siècle au Québec.

Machiniste à Canadair dès l’âge de 19 ans, Louis Laberge deviendra en 1948 représentant de la loge 712, de l’Association internationale des machinistes(AIM).  À la mort de Roger Provost en 1964, il le remplace à la présidence de la FTQ et comme vice-président du CTC.  En 1972 et 1973, lors de la lutte du Front commun du secteur public québécois, il est incarcéré durant cinq mois à la prison d’Orsainville pour outrage au tribunal.

En 1983, Louis Laberge devient le président-fondateur du Fonds de solidarité FTQ.  En 1990, il annonce le projet de construction du complexe FTQ qui regroupera la centrale, ses syndicats affiliés et le Fonds de solidarité.  L’édifice sera inauguré en 1993.

Le 1er juin 1991, il quitte la présidence de la FTQ mais demeure président du conseil d’administration du Fonds de solidarité FTQ jusqu’en 1993.  Il est décédé le 18 juillet 2002