Retour à : Plan du site - MétéoPolitique - Environnement - Fluoruration - Revue de presse - Canada 

Les Calgariens et Calgariennes  s'en sortent mieux sans fluoruration toxique

Robert Dickson est médecin de famille à Calgary et fondateur de "Safe Water Calgary".  Hardy Limeback est docteur en biochimie, dentiste et chef retraité du Département de médecine dentaire préventive de l'Université de Toronto.

Les deux auteurs nous présentent leur réflexion à propos d'une fausse solution promue par l'industrie des déchets d'engrais chimiques pour contrer la carie dentaire, un problème pour lequel on connaît déjà tous les remèdes.                                                                                 - JosPublic

 
 
 

Médecin et dentiste débusquent les faussetés répandues par les médias

 
 

Et si notre communauté médicale se trompait encore une fois?  Cela s'est produit trop souvent, prenant parfois des décennies avant que nous découvrions de nouveaux faits et sciences, ainsi que de nouvelles réalités et que nous les acceptions.

Rappelez-vous des fiascos comme le tabagisme chez les femmes, l’amiante, le mercure, le BPA, la thalidomide, le Vioxx et le plomb dans l’essence et les peintures.  Dans tous les cas, notre profession médicale soutenait avidement ces entités.  Aujourd'hui, il est gênant de croire que nous aurions pu avoir si tort.

La fluoration de l’eau fait directement partie de cette catégorie de pratiques médicales défaillantes, appuyées par des syndicats et des associations de professionnels depuis des décennies, avec des preuves faibles ou inexistantes, une science souterraine et manipulée, et une ferveur aveugle et passionnée d’aider ces enfants pauvres aux dents cariées.  Malheureusement, les effets directs et pervers du fluorure touchent principalement les bébés, les enfants, les pauvres, les malades chroniques, les personnes âgées et les personnes de couleur.

(Note du webmestre: pour ceux et celles qui seraient étonnés de lire que les personnes de couleur seraient plus en danger, voici ce que démontrent plusieurs études: les gens de race noire, par exemple, ont tendance à souffrir deux fois plus de fluorose dentaire.  Sont-ils génétiquement plus vulnérables?  Ou est-ce le fait qu’étant plus pauvres, ils boivent plus d’eau et moins de lait?  Le calcium réduit la toxicité du fluorure. Ou encore, est-ce dû au fait qu’ils vivent dans des quartiers où persistent encore les entrées d’eau en plomb?  Or, le plomb augmente la toxicité du fluorure et par conséquent le taux de fluorose dentaire.)

Récemment, dans un article d'opinion publié par le Calgary Herald («Le Conseil a commis une erreur d'élimination de la fluoration», Opinion, 22 janvier 2019), dans des blogues et des émissions de radio, les défenseurs de cette pratique défaillante en matière de santé publique ont fait des déclarations grossières incluant des erreurs flagrantes et très trompeuses.  Déballons-en quelques-unes.

 

Erreur n ° 1.   «Trois ans après le retrait de la fluoration, les surfaces des dents primaires cariées avaient augmenté de 146%.»

 
 

Réalité:  En 2016 l'étude de McLaren a été démasquée dans le même journal quelques mois plus tard.  Les caries ont également augmenté à Edmonton pourtant fluorée.  La quasi-totalité de l'augmentation des caries à Calgary était antérieure à 2010, alors que nous étions encore fluorés.   Aucune étude n'a été en mesure de mesurer de manière définitive l'effet de l'arrêt de la fluoruration à Calgary.  Toutes les villes, fluorées ou non, connaissent une augmentation du nombre de caries, principalement en raison de la prévalence extrêmement élevée de sucre et de malbouffe.

 

Erreur n ° 2.  1 dollar dépensé en fluoration permet d’économiser entre 68 et 140 dollars en soins dentaires.

 
 

Réalité: Calgary allait dépenser 6 millions de dollars en mises à niveau et au moins 700 000$ à 1 million de dollars en produits chimiques annuels, sans compter les coûts de fonctionnement, la formation et le temps du personnel, l'entretien et les réparations, les combinaisons de protection, etc. 

Après 20 ans, 0,5 obturation de dents serait économisé par personne (selon Slade et al, 2018).  Les 20 à 26 millions de dollars dépensés pour la fluoration permettraient d'économiser plus de 3 milliards de dollars en frais dentaires, soit 5 000 dollars par remplissage. Cette affirmation est clairement une énorme exagération!

 

Erreur n ° 3.  Lors d'une émission de radio à Calgary la semaine dernière, il a été déclaré qu'il n'y avait «aucune preuve de préjudice à 4,0 ppm et moins».

 
 

Réalité: le National Research Council a examiné toute la littérature et a recommandé à l'Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) de réduire considérablement la limite de 4,0 ppm en raison de tous les effets néfastes sur la santé.

Plus de 200 études montrent maintenant une diminution significative du QI chez les enfants à des niveaux de fluor similaires à ceux de l'Amérique du Nord.

 
 

Erreur n ° 4.  La fluorose dentaire résultant de la fluoration de l’eau est perçue comme une légère tache blanche sur les dents, qui ne peut être vue que par le dentiste. Cela n'affecte pas la forme ni la fonction de la dent.

 

Réalité: des dizaines d'études évaluées par des pairs montrent que la fluoration produit une fluorose indésirable et souvent dommageable.  Il a récemment été démontré que la prévalence était beaucoup plus élevée sur les enfants états-uniens dans une étude acceptée pour publication dans un prestigieux journal dentaire et dans l’étude NHANES Population qui prédisait une étonnante incidence de fluorose dentaire de 61 % chez les adolescents américains en 2018.

 

Erreur n ° 5.   «Beaucoup de pays européens et d’autres pays fluorurent le sel au lieu de l'eau».

 
 

Réalité: Seulement 6% des Européens ont accès au sel fluoré et aucun essai clinique "choisi à l'aveugle en deux temps (double insu)" n'a été mené pour prouver que le sel fluoré réduit davantage la carie dentaire que la pâte dentifrice.

En fait, il n’y a jamais eu un seul essai clinique randomisé à « double insu » sur une quelconque fluoration de l’eau.

Seulement cinq pour cent de la population mondiale est fluorée.  Calgary fait donc partie d'une énorme majorité de villes qui choisit de ne pas rejeter dans notre eau, des déchets toxiques provenant des industries des engrais de Floride et de Chine, contaminés par de l'arsenic, du mercure et des traces d'autres toxines dangereuses.

Santé Canada a admis ne pas avoir d'études prouvant que le fluorure pouvait être utilisé sans danger dans les eaux publiques.

Le fluor n'est pas nécessaire pour une seule fonction du corps.

Dans le monde d’aujourd’hui, alors que la province de l’ Alberta tente de nettoyer notre biosphère de la pollution par le carbone, nous devrions rester un chef de file en matière d’eau potable de qualité et sans fluorure.

 
 

Les statistiques de 2007 suggèrent que 45% des canadiens et canadiennes boivent de l'eau fluorurisée.  Le Bureau du dentiste en chef du Canada indique qu'il s'agit de 4% en Colombie-Britannique, 75% en Alberta, 37% en Saskatchewan, 70% au Manitoba, 76% en Ontario, 6% au Québec, 26% au Nouveau-Brunswick, 57% en Nouvelle-Écosse, 24% à l'Île-du-Prince-Édouard, 2% à Terre-Neuve/Labrador, 0% au Nunavut, 56% dans les Territoires du Nord-ouest et 0% au Yukon. L'usage est mesuré en fonction du pourcentage de la population couverte par des aqueducs utilisant la fluoruration.

Source: Robert Dickson est médecin de famille à Calgary. Il est le fondateur de Safe Water Calgary. Hardy Limeback est un dentiste et un chercheur de longue date sur le fluor, avec un doctorat en biochimie. Il est chef retraité de la médecine dentaire préventive à l'Université de Toronto. Opinion: Calgarians better off without toxic fluoridation sur le Calgary Herald, le 26 janvier 2019 (texte anglophone)

Choix de photos, collection de textes, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 27 janvier 2019

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Les textes de Gilles Parent à propos de la fluoruration de l'eau

 Les textes de Mireille Guay à propos de la fluoruration de l'eau

  Fiche: Fluoruration
de l'eau potable