Retour à :  Plan du site - Entrée de MétéoPolitique - Finance - Fiche: Où va votre argent

Tableau du déshonneur
page 1

Abuseurs, abuseuses et chantres cyniques
du système financier et économique

 Vers la page 2 du Tableau du déshonneur

Pour mettre en pot des cornichons SUPREME
et empocher plus de profits, les propriétaires n'hésitent pas
à polluer l'eau de la rivière?

Le président Richard Greenberg, résident de Dollard-des-Ormeaux et Mortimer Greenberg, secrétaire de l'entreprise résident de Côte-Saint-Luc, sont les propriétaires pollueurs et dirigeants des Produits S. & G. de la montée Masson à Sainte-Sophie, région des Laurentides.

Les Produits S. G. inc., une usine de mise en conserve située à Sainte-Sophie, a plaidé coupable à trois infractions commises à l’article 123.1 de la Loi sur la qualité de l’environnement.

L’entreprise contrevenante a omis de respecter certaines conditions de son certificat d’autorisation, soit de respecter les normes de rejet maximum de 1 kg de phosphore et de 70 kg de matières en suspension par jour et d’effectuer un échantillonnage mensuel de son effluent.

En conséquence, le Tribunal a imposé une amende totale de 8 600 $, soit
1 800 $ pour la première et la seconde infraction et 5 000 $ pour la troisième, en plus des frais afférents.

 

Huppé Réfrigération de la rue King à Sherbrooke,
entreprise de climatisation et de chauffage est coupable d'évasion fiscale

Daniel Huppé le président et Stéphane Boivin le secrétaire de l'entreprise Huppé Réfrigération de Sherbrooke sont coupables d'avoir vendu des unités au noir à 200 clients et payé des employés au noir.

Le vrai nom de la société est 9022-3884 Québec Inc., une entreprise œuvrant dans le domaine de la réfrigération, de la climatisation et du chauffage qui a été reconnue coupable d'évasion fiscale hier au Palais de justice de Sherbrooke. Elle s'est vu imposer une amende de 15 000 $ payable en 15 jours en plus des sommes dues.

L'enquête menée par l'Agence du revenu du Canada (ARC) a démontré que, pour les années d'imposition 2005 à 2007, Huppé Réfrigération a volontairement contrevenu à la Loi de l'impôt sur le revenu en omettant d'inscrire des revenus de 104 814 $ dans ses livres comptables provenant de la vente et de l'installation d'unités de climatisation.

Ces revenus non inscrits correspondent à la portion de la main d'œuvre payée en argent comptant par plus de 200 clients et n'apparaissaient pas sur les factures émises à ceux-ci.

Ces revenus ont servi à payer certains employés en argent comptant ainsi que d'autres dépenses courantes liées à l'exploitation de l'entreprise. L'entreprise est membre de la Corporation des entreprises de traitement de l'air et du froid. Source: les renseignements ci-dessus ont été tirés des dossiers de la Cour. 24 mars 2011

JO
de Power Financial Corporation - Salaire 11 millions $ en 2009. Il ne faut pas oublier que ce monsieur n'est pas le propriétaire mais qu'un employé qui gagne plus cher que le propriétaire Paul Desmarais jr. ?
 
 

Malartic : la minière Osisko se lance dans le chantage

La Corporation minière Osisko prévoit arrêter complètement tous les travaux de construction de sa mine à ciel ouvert de Malartic, si elle n'obtient pas son permis d'exploitation du site.

L'entreprise a récemment cessé ses travaux de construction la nuit, puisqu'elle est incapable de respecter la norme de 40 décibels imposée par le ministère de l'Environnement du Québec.

La compagnie demande au gouvernement de revoir cette norme afin qu'elle puisse reprendre les travaux. « C'est nous qui nous imposons ce délai-là. On voit comment ça fonctionne et on est très conscients que d'ici deux semaines, si rien ne se passe, si on n'a pas de permis, il va falloir stationner tous nos équipements et dire à notre personnel qu'on doit arrêter le chantier, le temps que nous obtenions nos permis ».

Après avoir exproprié un quartier complet de citoyens et citoyennes de Malartic, maintenant on veut les empêcher de dormir ? On imagine que s'il y a une norme c'est que les résidents aux abords de la mine ont le droit au sommeil, non!

Reportage de Claude Bouchard pour Radio-Canada RDI Télévision 1er mars 2011
Radio-Canada a fait disparaître l'hyperlien pour avoir accès au reportage.

 

Cynisme d'affaires de la part de TransOcean

L'entreprise à récompensé ses dirigeants malgré l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon et le décès de ses 9 employés le 20 avril 2010

La compagnie états-unienne qui a établi son siège social en Suisse pour diminuer ses impôts sur profits a récompensé ses dirigeants par des augmentations de salaire après ce qui a été selon elle sa «meilleure année» en matière de sécurité, malgré une explosion meurtrière suivie d'une marée noire dans le golfe du Mexique.

«Nonobstant la perte de vies tragique dans le golfe du Mexique, nous avons rendu des statistiques de sûreté exemplaires comme le montrent notre taux total d'incidents enregistrables et notre taux potentiel total de gravité», a indiqué la société dans l'invitation à son assemblée générale ordinaire, publiée par la commission américaine des opérations de Bourse (SEC).

Ils ont été augmentés de 3,8% en moyenne, leur prime de performance a été fixée en moyenne à 44,8% du maximum prévu dans leur contrat de travail, et ils ont obtenu des options sur titres valorisées entre 1,2 million et 5,4 millions de dollars.

 Aaron REGENT

Aaron REGENT chef de direction de la minière Barrick Gold
Salaire et bonus 24,4 millions $ en 2009. Il ne faut pas oublier que ce monsieur n'est pas le propriétaire mais qu'un employé qui a fait une poursuite de plusieurs millions aux éditions Ecosociété pour avoir publié la vérité dans un livre.

Nouveau départ pour AbitibiBowater

020

Après une faillite technique de 20 mois, AbitibiBowater repart à neuf. Ayant réussi à ne pas payer ses dettes, retour en Bourse, nouveau PDG, Richard Garneau, un québécois, sera-t-il moins épais que ses prédécesseurs.

Un portrait de Bombardier inc.

  • Bombardier Transport de La Pocatière: délocalise la fabrication des pièces

  • Bombardier condamnée pour discrimination raciale

  • Le gouvernement du Québec favorise Bombardier au détriment de ses ententes internationales. Loi 116

  • L'assemblée des actionnaires de Bombardier suit les recommandations du conseil d'administration et rejette les propositions du Mouvement d’éducation des actionnaires Médac

  • Le gouvernement fédéral du Canada subventionne Bombardier

Une banque libano-canadienne accusée

Une banque libanaise qui possède un bureau à Montréal est accusée par les autorités américaines d'avoir blanchi des centaines de millions de dollars par mois pour un réseau international de trafiquants de drogue lié au Hezbollah.

La US Drug Enforcement Administration (DEA), l'agence américaine qui s'occupe de la lutte contre les stupéfiants aux États-Unis, a soutenu hier que ce réseau détenait plusieurs comptes à la Lebanese Canadian Bank, qui a une succursale à la Place Ville-Marie, au centre-ville de Montréal, et 35 autres au Liban. Selon l'agence, le réseau ferait transiter de la drogue en provenance de l'Amérique du Sud vers l'Europe et le Moyen-Orient, en passant par l'Afrique. Des centaines de millions de dollars seraient blanchis tous les mois par l'entremise des comptes bancaires. Des responsables américains croient que le réseau aurait des liens avec le Hezbollah, considéré comme un groupe terroriste au Canada et aux États-Unis. La Presse canadienne 11 février 2011 

L'AMF frappe fort dans l'affaire Gestion 2007

L'Autorité des marchés financiers (AMF) sort ses crocs et porte 633 chefs d'accusation contre sept personnes impliquées dans le scandale des entreprises Gestion 2007 et Gestion International 2007. Elle leur réclame également près de 11 millions de dollars en amendes.  Pour lire la suite

 La banque d'affaires JPMorgan était «tout au centre de la fraude» de Madoff

La banque américaine JPMorgan Chase était «tout au centre de la fraude» commise par l'escroc Bernard Madoff et son entière complice, affirme une plainte déposée le 2 décembre 2010 par le liquidateur de l'affaire, Irving Picard.

Le liquidateur de l'affaire Madoff, qui cherche à récupérer les fonds perdus par les victimes de cette gigantesque escroquerie, avait annoncé le 2 décembre qu'il réclamait 6,4 milliards de dollars à JPMorgan Chase, qui fut «pendant 20 ans le principal banquier» de Bernard Madoff.

Pour démontrer que les employés de JPMorgan étaient au courant des activités frauduleuses de «Bernie» Madoff, la plainte, qui cite en prélude Le roi est nu de Hans Christian Andersen, reproduit de nombreux courriels d'employés.   Extraits de la source: Agence France-Presse New York 3 février 2011

Le prix de la pire entreprise décerné à AngloGold Ashanti

Le prix de l'entreprise coupable des plus graves violations des droits de l'homme et des pires atteintes à l'environnement a été décerné à AngloGold Ashanti (ANGJ.J: Cotation) pour ses activités au Ghana, a annoncé vendredi l'ONG "Déclaration de Berne".

"AngloGold Ashanti se voit attribuer le Public Eye Global Award par un jury d'expert pour sa responsabilité dans l'empoisonnement des terres et des habitants dans le cadre de son activité d'extraction d'or au Ghana", explique l'organisation dans un communiqué publié en marge du Forum économique de Davos. Extraits de la source Agence Reuters 28 janvier 2011

Fraude: Merrill Lynch versera 10 millions à ses clients

La Securities and Exchange Commission a annoncé que la banque d'affaires Merrill Lynch, rachetée par Bank of America (BAC) en 2008, versera 10 millions de dollars en rapport à des accusations de fraude aux dépens de ses clients. Selon l'autorité américaine des marchés boursiers, des courtiers de la banque ont fait mauvais usage des données personnelles de certains clients pour placer des ordres pour le compte de la banque.

La SEC accusait Merrill Lynch de fraude boursière car entre 2003 et 2005, «elle a utilisé des ordres boursiers de clients pour faire des opérations pour son propre compte», commente l'agence gouvernementale dans un communiqué. «Cette conduite était clairement erronée. Les courtiers en nom propre de Merrill avaient un accès illégitime aux informations sur les ordres des clients de la firme», a commenté Scott Friestad, directeur associé de la division d'application des règles boursières.

«Alors que la firme affirmait à ses clients que leurs ordres boursiers ne seraient connus que» des personnes les exécutant, les ordres des grands clients institutionnels étaient communiqués au bureau ESD qui en faisait usage pour son propre compte.

La banque est également accusée d'avoir fait acquitter des frais injustifiés à certains de ses clients importants entre 2002 et 2007, en violation des accords régissant ses relations avec eux. Extraits de la source: Agence France-Presse New York 25 janvier 2011

Questerre Energy n'a pas de plan d'affaires
Les gurus de l'espoir

19 janvier 2011, au Québec, à Saint-Édouard-de-Lotbinière, des citoyens ont demandé à Michael Binnion, président de la gazière Questerre, quel était le plan de la compagnie pour le territoire de leur municipalité.

Combien de puits de gaz de schiste? Où, les puits? C’est quoi le plan? Une question simple, non? Légitime. Savez-vous ce qu’il a répondu?

Michael Binnion

Eh bien, après quelques charmantes tentatives de ne pas répondre du tout, pour ne pas effrayer personne, devant l’insistance de l’assemblée qui était curieuse de savoir, il a candidement avoué qu’il n’avait pas de plan!

Peut-être 300 ou 400 puits dans la région, mais pas de plan. Seulement … un espoir! Je croyais rêver! Je n’étais plus le seul poète dans la salle!

Et sa prose a atteint son comble lorsqu’il a répété que les investisseurs qu’il représente n’avaient pas engagé leur argent sur un plan de développement, avec perspective de profit, mais bel et bien sur cet espoir qu’il espérait de tout son coeur que nous partagions avec lui! C’était à pleurer…    Signé Dominic Champagne

Le président de la gazière Questerre

Déclaration publique: "les investisseurs qu’il représente n’avaient pas engagé leur argent sur un plan de développement, avec perspective de profit, mais bel et bien sur cet espoir qu’il espérait de tout son coeur que la population partage avec lui!" S'il NE trouve pas nos taxes absorbent ses pertes, s'il trouve il engrange les profits

Allstate du Canada, Compagnie d’assurance
Ne vérifie pas la certification de ses représentants

Voilà un beau cas d'efficacité du secteur privé. Un service de qualité au clients. N'importe qui s'improvise évaluateur et représentant. Pour ce beau travail le cabinet Allstate du Canada, Compagnie d’assurance a écopé d'une pénalité administrative de 10 000 $.

Allstate détient une inscription dans les disciplines de l’assurance de personnes, de l’assurance de dommages et de l’expertise en règlement de sinistres. Or, le cabinet ne s'est pas assuré que certains individus détenaient un permis valide alors qu’ils agissaient à titre de représentants en assurance de dommages. Ah! la compétence et l'efficience du secteur privé de l'économie nous surprend toujours!

Le cabinet a donc souscrit un engagement en vertu duquel il accepte de renforcer les mesures de contrôle et de surveillance. Allstate s’est engagé à procéder notamment au contrôle mensuel de chacun de ses représentants en assurance de dommages 13 janvier 2011

Placement illégaux par Mount Real
Leur confier notre argent?

Fayza Rifai, Jaime Lao Wan Lian, Francesco Iaconno et Nick Mylonakis 13 janvier 2011

Ces individus poursuivis pour des infractions à la Loi sur les valeurs mobilières liées au placement des produits Mount Real ont été reconnus coupables.

Fayza Rifai a écopé d'amendes totalisant 13 000 $. L'individu a été reconnu coupable de trois chefs d'accusation de pratique illégale de courtier en valeurs et deux chefs pour aide au placement illégal.

Jaime Lao Wan Lian a plaidé coupable à 43 chefs d'accusation de pratique illégale de courtier ou de conseiller en valeurs, 33 chefs d'aide au placement illégal et sept chefs pour avoir fourni des informations trompeuses. Il a écopé d'amendes totalisant 425 000 $.

Francesco Iaconno a plaidé coupable à 21 chefs de pratique illégale de courtier ou de conseiller en valeurs, 16 chefs d'aide au placement illégal et trois chefs pour avoir fourni des informations trompeuses. Il a écopé d'amendes totalisent 203 000 $. Le même jour, Francesco Iaconno a plaidé coupable à six autres chefs de pratique illégale et d’aide au placement illégal liés au dossier Norshield. Il a donc écopé d'amendes supplémentaires de 31 500 $.

Nick Mylonakis a plaidé coupable à 10 chefs d'accusation de pratique illégale de courtier en valeurs, neuf chefs d’aide au placement illégal et trois chefs pour avoir fourni des informations trompeuses. La sentence sera rendue le 2 février 2011.

En janvier 2007, l’Autorité des marchés financiers a porté des chefs d’accusation contre 24 individus ayant agi à titre de représentants dans le dossier de Mount Real Corporation et ses filiales. À ce jour, 18 personnes ont été reconnues coupables.

La crise économique 2007 à aujourd'hui, a épargné les chefs d'entreprises

Contexte: La crise financière créée par la bourse états-unienne s'est développée en crise économique.

  • Pendant que le gouvernement fédéral prêtait 200 millions de $ de l'argent de nos taxes aux banques pour éviter leur faillite

  • Pendant que des milliers de travailleurs étaient mis au chômage

  • Pendant que plusieurs générations de jeunes n'auront plus accès à la propriété

  • Pendant qu'une génération de personnes n'avait plus droit au chômage et se retrouvait au bien-être social avec un revenu quotidien de 19,47 $ par jour pour vivre

Pendant ce temps: les plus grands chefs d'entreprises ont empoché 155 fois le salaire moyen des travailleurs (43 000 $).

Hugh Mackenzie, l'auteur d'une étude nommée "Recession-Proof" nous fait découvrir que la crise économique n'a pas eu d'effet significatif sur la rémunération des hauts-dirigeants d'entreprises.

«En 2008, les chefs d'entreprise avaient gagné le salaire annuel moyen des Canadiens à l'heure du dîner le premier jour de travail de janvier. En 2009, ce sera atteint à 14h30 en après-midi. Nous aurons les chiffres pour 2010 durant l'année». Même son de cloche du côté de l'historien Jacques Rouillard. «C'est indécent, car le salaire des travailleurs, lui, n'a pas augmenté depuis 30 ans, malgré la hausse de la productivité et des richesses.»
 

Le patron qui gagne la palme du palmarès est le chef de la direction de la minière Barrick Gold, Aaron Regent, avec 24,4 millions en salaire, bonus, pension et options d'achat d'actions.

Le premier Québécois de la liste est Jeffrey Orr, de Power Financial Corporation, qui a encaissé près de 11 millions et se place ainsi en 13e position.

Pierre Beaudoin, de Bombardier (9,2 millions, 22e), figure toujours sur la liste, tout comme Pierre Karl Péladeau, de Quebecor (8,5 millions, 27e), Louis Vachon, de la Banque Nationale du Canada (6,1 millions, 46e) et Paul Desmarais fils, de Power Corporation (3,4 millions, 91e).

Indécence: Évidemment, leur discours public invite les citoyens et citoyennes à se serrer la ceinture en ces temps de crise économique.
Canada 4 janvier 2011 Source: CCPA

Ernst & Young poursuivi pour falsification de bilan
État de New York USA et Région de Québec/Capitale nationale
22 décembre 2010 - Source: Agence La Presse canadienne

La firme de comptable qui a réalisé l'étude de faisabilité pour le projet d'amphithéâtre multifonctionnel pour la ville de Québec couche dans de sales draps et devra probablement revoir son code d'éthique car l'État de New York a annoncé avoir lancé des poursuites contre le cabinet chargé de certifier les comptes de la banque d’affaires américaine Lehman Brothers, l’accusant de l’avoir aidée à masquer l’imminence d’une faillite.

 Le procureur général de l’Etat, Andrew Cuomo, a déposé une plainte au civil, où il accuse le cabinet d’une « fraude comptable consistant à retirer subrepticement du bilan de Lehman des dizaines de milliards de dollars de titres financiers liés aux marchés du crédit, afin de tromper le grand public sur l’état réel de ses liquidités ».

Il reste maintenant à savoir si les comptables du Québec associés à cette bannière auront le sens de l'éthique assez développé pour sortir de l'enseigne Ernst & Young qui ternit la réputation de tous les comptables. Si vous retrouvez le vôtre dans la liste ci-dessous, vérifiez auprès de son secrétariat et s'il est toujours associé chez Ernst & Young vous pourriez changer de comptable! Au Québec voici les associés.es: 

A à C

D à L

M à Z

Albert Anelli - Laval

Ted Di Giorgio - Montréal

Sandy Maag - Montréal

Daniel Baer - Saint-Lambert

Jacques Dostie - Saint-Lambert

Michel Marleau - Montréal

Alain Beaudry - Saint-Bruno-de-Montarville

François Dufresne - Montréal (Outremont)

Kevin McKenzie - Oakville

Luc Bédard - Vaudreuil-Dorion

Phil Fortier - Montréal

Bertrand Morin - Montréal

Michel Bergeron - Candiac

Esther Gaulin - Cap Rouge

Angelo Nikilakakis - Montréal

Louis-Philippe Berti - Montréal

Larry Greer - Montréal

John Oatway - Montréal

Patrick Bertrand-Daoust - Saint-Eustache

Rafik Greiss - Mont-Royal

Myriam Pairault - Montréal

Paul Bilodeau - Kirkland

André Grondines - Montréal (Verdun)

Maria Patsios - Laval

Diane Blais - Boucherville

Marcel Guilbault - Beaconsfield

Luc Poulin de Laval

Patrick Bossé - Montréal (Verdun)

Francis Guimond - Montréal

François Prud'homme - Saint-Lambert

Sylvain Boucher - Montréal (Verdun)

Jim Haiman - Mont-Royal

Tony Ritlop - Mont-Royal

Kenneth Brooks - Léry

Lucie Hétu - Montréal

Martin Rosenthal - Hampstead

Réal Brunet - Ville Lorraine

Anne-Marie Hubert - Montréal

Denis Rousseau - Laval

Roderick Budd - Westmount

Stéphane Leblanc - Sainte-Madeleine

Michael Stern - Westmount

Pierre Caron - Saint-Lambert

Nicolas Legault - Montréal

Louis Tassé - Montréal

Vincent Cartier - Laval

Alain Léonard - Saint-Lambert

François Tellier - Montréal

Luc Charbonneau - Montréal

Mylene N. Levac-Wolf - beaconsfield

André Vézina - Cap Rouge

André Courville - Montréal

Daniel Lundenberg - Westmount

Sylvain Vincent - Montréal

 

 

Alfred Zorzi - Montréal (Saint-Léonard)

Nittolo Métal (2000) Inc. de Lévis

Région de Chaudière/Appalaches
20 décembre 2010 - Source : Ministère du développement durable, de l'environnement et des parcs du Québec

L’entreprise, propriété de Marina Gallese de Saint-Jean-Chrysostome, a notamment permis le rejet de matières dangereuses dans l’environnement, brûlé des matières résiduelles à ciel ouvert et entreposé des contenants de matières dangereuses résiduelles à l’extérieur d’un bâtiment, sans qu’ils ne soient dans un conteneur ou sous un abri. Le 28 octobre 2010, l’entreprise Nittolo Métal (2000) inc. à Lévis (secteur Saint-Jean-Chrysostome) a reconnu sa culpabilité à ces trois chefs d’accusation d'infractions environnementales.

Gestion Guychar (Canada)

Richard Lanthier, Guy Charron et Huguette Gauthier ont plaidé coupable à 355 chefs d’accusation portés par l’Autorité des marchés financiers (AMF) dans le dossier Gestion Guychar (Canada).

L’AMF leur reprochait d’avoir exercé illégalement l’activité de courtier en valeurs en procédant à des placements illégaux, en plus d'avoir aidé les sociétés Gestion Guychar (Canada), Gestion Pemp ainsi que les compagnies à numéro 3330575 Canada inc. et 3965121 Canada inc. à procéder à des placements illégaux.

Le modus opérandi consistait à expliquer aux investisseurs qu’il s’agissait d’un placement ou d’un prêt. Or, la plupart d'entre eux ne savaient pas où était investi leur argent, ni ce qu’était Gestion Guychar (Canada). Selon l’AMF, la perte des investisseurs s’élèverait à plus de 10 millions de dollars.

Dans le même dossier, Gérald Turp a écopé d’une amende de 25 000 $ pour aide au placement illégal; l'homme compte appeler du jugement. Le comédien Gérard Poirier a confirmé être l’auteur de plaintes contre Gestion Guychar auprès du comité de discipline de la CSF et de l’AMF. M. Poirier soutient avoir confié autour de 600 000 $ à Guychar et à ses représentants au fil des ans et il estime qu’il n’a réussi à récupérer qu’environ 450 000 $. Selon nos sources, le comédien Jean Leclerc, l’auteur Alain Stanké et l’épouse de ce dernier ont également investi des sommes de plusieurs centaines de milliers de dollars par l’entremise de Gestion Guychar. Dans le cas d’Alain Stanké, la perte atteindrait près du demi-million de dollars.

Au moins une centaine d’investisseurs, dont plusieurs membres de la communauté artistique montréalaise, ont allongé plus de 10 M$ dans l’aventure Guychar. 6 décembre 2010

 Retour à :  Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Où va votre argent - Fiche Gens d'affaires - Haut de page

>