Moteur de recherche en page d'accueil et des milliers de titres en archive

Retour au : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Éthique des gens d'affaires - Déshonneur

 
 

Dirigeants de Bombardier: quatuor de détrousseurs de bien public.
Il ne manque que Dr Philippe Couillard dans la photo

 
 

Alain Bellemare, PDG de Bombardier, Pierre Beaudoin, président du conseil d’administration, et Laurent Beaudoin, administrateur, lors de l’assemblée annuelle du groupe en avril 2016

 

Malgré le tollé qu’avait suscité en 2017 la forte hausse de la rémunération de ses grands patrons, le conseil d'administration de Bombardier leur a accordé une nouvelle augmentation en hausse de 12,3 % de plus qu’en 2016 et déjà elle était de 48% par rapport à 2015.  Allons! 12,3% ce n'est que 59,04$ par semaine si tu donnes ça à quelqu'un qui gagne 480$ (pour 12$ de l'heure sur 40 heures semaine) . Par contre pour les dirigeants de Bombardier cela donne 39 millions$ payés en argent états-uniens.  Malheureusement ont ne peut retirer nos actions dans la compagnie puisque c'est le Dr Philippe Couillard qui a décidé de prendre l'argent dans notre bas de laine pour enrichir les copains qui ne l'oublieront pas lors d'un prochain retour d'ascenseur.                                                                     - JosPublic

 
 

Alain Bellemare, Beaudoin père et fils de Bombardier
et le Dr Philippe Couillard du Parti Libéral du Québec, des voleurs de cuillères?

 
 

La rémunération totale des cinq plus hauts dirigeants de la multinationale québécoise a atteint 30,8 millions $ US (39 millions $ CA) en 2017, soit 12,3 % de plus qu’en 2016.  En incluant le traitement du président du conseil d’administration, Pierre Beaudoin, le total s’est chiffré à 33,4 M$ US, en hausse de 7 %.

Les émoluments de M. Beaudoin sont passés de 3,9 à 2,6 millions $ US du fait qu’il a abandonné la gestion quotidienne de l’entreprise en juin 2017 en réaction à la grogne populaire. 

Compensations

En revanche, la rémunération du PDG, Alain Bellemare, a bondi de 12 % en 2017 pour atteindre 10,6 M$ US. Ses attributions en actions et en options ont diminué, mais son bonus en argent a crû de 34 % pour atteindre 3,2 M$ US.  M. Bellemare a aussi eu droit à 2,2 M$ US pour compenser la baisse du dollar canadien et couvrir ses frais de déménagement au Québec.

« Le conseil aurait pu faire preuve d’un peu plus de retenue. Ne serait-ce que pour une question d’image, on aurait pu attendre un an ou deux avant de hausser la rémunération », dit Michel Nadeau, directeur général de l’Institut sur la gouvernance, tout en reconnaissant que les résultats financiers de Bombardier se sont améliorés. 

En 2017, le bénéfice d’exploitation ajusté a augmenté de 57 % tandis que les liquidités ont crû de 250 M$ US.   De plus, l’action de l’entreprise a gagné 80 % au cours des 12 derniers mois.

C Series:

Mais pour le public et les travailleurs de Bombardier, l’année a été surtout marquée par la cession du programme d’avions C Series à Airbus pour 0 $.

Il y a un an, la hausse de 48 % de la rémunération consentie aux grands patrons avait causé une telle commotion que des centaines de personnes avaient manifesté devant le siège social de Bombardier, à Montréal.

Même le gouvernement Couillard, qui a injecté 1 milliard $ US dans la C Series, avait invité l’entreprise à revoir sa politique de rémunération.

Retraite

Bombardier a par ailleurs annoncé que Laurent Beaudoin, gendre de Joseph-Armand Bombardier, allait quitter le conseil de l’entreprise le 3 mai, 10 jours avant de célébrer son 80e anniversaire de naissance. Il est administrateur depuis 1963.

Enfin, Bombardier a conclu vendredi une émission d’actions de 500 M$ US. La famille Bombardier-Beaudoin détient désormais 51,5 % des droits de vote de l’entreprise, contre 53,2 % auparavant.

L’action de Bombardier a clôturé à 3,77 $ vendredi, en baisse d’un cent, à la Bourse de Toronto.

 

 

Heureux comme un patron de Bombardier
Texte du 4 avril 2017
par
Jean-Simon GAGNÉ chroniqueur

 
 

2017: les dirigeants de Bombardier tiennent bon. À une exception près (celle de Pierre Beaudoin), ils n'annulent pas leur augmentation controversée de 32 millions $.

À la fin, même s'ils se font chauffer les oreilles depuis des jours, les dirigeants de Bombardier tiennent bon. À une exception près, ils n'annulent pas leur augmentation controversée de 32 millions $.   Ils consentent seulement à reporter la moitié jusqu'en 2020.   Rien à faire.   L'avenir de Bombardier serait en jeu.   Sans ces millions $ juteux, l'entreprise ne pourrait plus embaucher les «meilleurs leaders du monde» braillent-ils tous en choeur.

Est-ce leur faute si les «meilleurs du monde», comme par hasard, ce sont eux ?  Oui, ils sont modestes, les administrateurs de Bombardier.   Bien élevés, en plus.   Dans leur jargon, on évite de prononcer des mots vulgaires comme «salaire».   On préfère parler de «compensation».   Encore un peu, et il serait question d'un «dédommagement».   Comme si chacun avait dû renoncer à devenir le prochain Steve Jobs, pour travailler chez Bombardier.

-Je sais, c'est difficile à comprendre, a concédé le pdg Alain Bellemare, sur le ton un peu las du prof qui tente d'expliquer la physique quantique à une classe d'insectes

D'habitude, quand les choses se corsent, les dirigeants de Bombardier sortent l'artillerie lourde. Ils menacent d'abolir des emplois.   Ou de transférer des activités en Inde, au Mexique ou sur la Lune.

Cette fois-ci, ils n'ont même pas eu besoin du chantage.   Le premier ministre du Québec, Dr Philippe Couillard s'en chargeait à leur place.   «Un chum, c't'un chum», comme on dit.   Lundi le 3 avril 2017, le premier ministre a enfourché son cheval à bascule.   Il a brandi son sabre de bois.   Et il a rappelé la populace à l'ordre.   «Si on donne le signal au reste du monde que lorsque vous venez au Québec, le gouvernement met ses grosses pattes dans vos affaires et gère votre entreprise à votre place, on n'ira pas loin», a dit le premier ministre.

Les enfants, mettez-vous cela dans le crâne.   Ce sont pas quelques milliards $ de subventions par ci par là qui vous donnent le droit de fouiner dans les affaires des Grands.   Compris ?

Le Québec rêvé de Papi Couillard, ce n'est pas l'Allemagne, où les dirigeants de Volkswagen ont dû renoncer à des bonus scandaleux.   Le Québec rêvé de Papi Couillard, il dit «merci», «s'il-vous-plait» et «sans rancune», même lorsqu'il se fait rouler dans la farine comme un éperlan frais.

Sur la Terre, il y a deux sortes de gens.   Ceux qui savent compter.   Et ceux qui ne comptent pas.

L'écart entre eux s'accentue.   Inexorablement.   Comme la dérive des continents.   Il fut un temps où un gourou de la gestion comme Peter Drucker recommandait que le pdg d'une entreprise ne gagne pas plus de 25 fois le salaire moyen des employés.   «Autrement, disait-il, cela augmente le ressentiment et cela fait baisser le moral des troupes.» Aujourd'hui, Drucker passerait pour un dérangé, un radical, un agitateur communiste.   En 2015, les pdg d'Amérique du Nord gagnaient en moyenne plus de 300 fois le salaire moyen de leurs employés.  

Au Canada, en 2017, le pdg d'une grande entreprise met à peine une demi-journée à empocher le salaire moyen annuel.

Vous savez que le monde ne tourne plus très rond lorsque le Forum économique mondial de Davos (FEM)s'inquiète des inégalités.   Cette année, le Forum a même identifié les inégalités comme la principale menace qui pèse sur l'économie mondiale.

Quoi les riches de Davos s'inquiètent des inégalités ?   Ne souriez pas.   À la veille de son quatrième quadruple pontage, il arrive que le lion s'interroge sur sa consommation excessive de viande rouge...

...Il était une fois Dr Philippe Couillard et Alain Bellemare, le pdg de Bombardier, qui s'ennuyaient dans une réception officielle.   Soudain, Philippe Couillard décide de prendre trois cuillères en argent, qu'il met discrètement dans sa poche.

Il va voir le pdg Bellemare.   «T'as vu ? Je viens de voler trois cuillères et personne ne l'a remarqué.»

L'autre lui fait la leçon.   «C'est malhonnête. Je vais te montrer, moi, comment on peut voler trois ustensiles en toute honnêteté.»

Le pdg Bellemare s'approche du maître d'hôtel et il lui dit : «Monsieur, si vous me donnez une cuillère en argent, je vous fait un tour de magie.»

Intrigué, le maître d'hôtel lui tend une cuillère.   Le pdg Bellemare la met dans sa veste.   Il en demande une autre, qu'il met aussitôt dans sa poche.   Puis il recommence le petit manège une troisième fois.

Le maître d'hôtel n'y comprend rien.   «Où est la magie ? Où se trouvent les trois cuillères?» demande-t-il.

Fier comme un paon, le pdg de Bombardier répond: - Regardez dans les poches de Philippe Couillard.

Source: Journal Le Soleil pour Groupe Capitales médias et Martin Cauchon; Argent pour Québecor Inc.

Choix de photos, mise en page, références et titrage par : JosPublic
Mise à jour le 26 mars 2018

Ci-dessous: des textes en lien direct avec le sujet:

  Les Beaudoin, père et fils à la tête de Bombardier seraient des irresponsables fiscaux

  Pierre Beaudoin aura bientôt besoin de vacances pour dépenser sans compter

Où va votre argent

 

 

Notes & Références encyclopédiques:

Alain Bellemare

 

Changements majeurs à la direction de Bombardier - Sur Radio-Canada Information, le 12 février 2015

 

Retour au texte

Bonus Scandaleux

 

Matthias Mueller (g), président directeur général de Volkswagen et Stephan Weil chef du gouvernement de Basse-Saxe en octobre 2015

Les dirigeants de Volkswagen réduisent leurs bonus - Sur La Croix, le 13 avril 2016

 
 

Retour au texte

Délocaliser en Inde au Mexique ou sur la lune

 

2005
Bombardier délocalise en Inde
 


Bombardier Aéronautique délocalise une partie de son service de rédaction technique à Bangalore, en Inde, à la suite d’un contrat signé avec l’entreprise Capgemini. Cette délocalisation entraîne la suppression de dizaines d’emplois chez Bombardier au Canada et aux États-Unis. - Sur Société Radio-Canada Information - 12 février 2015

 

 

2005
Une autre sous-traitance en Inde


L’entreprise québécoise signe une entente de trois ans avec la société indienne Satyam afin de lui confier certaines tâches techniques. - Sur Société Radio-Canada Information - 12 février 2015

 

 

2006
Bombardier aéronautique atterrit au Mexique

 

Le géant montréalais transfère une partie de la production de fabrication de harnais électriques à Querétaro, au Mexique. On lance aussi la production de composants aéronautiques structuraux à cette usine. L’investissement se chiffre à 200 millions de dollars. Des centaines d’emplois de Montréal, de Toronto et de Wichita, au Kansas, ont pris le chemin du Sud à la suite de cette décision.- Sur Société Radio-Canada Information - 12 février 2015

 

 

2007
Nouveaux investissements en Inde

Bombardier Aéronautique dit poursuivre, dans sa stratégie industrielle, l’accélération de l’activité à son centre d’ingénierie à Hyderabad, en Inde. - Sur Société Radio-Canada - 12 février 2015

 

 

2009 et 2010
Bombardier réduit ses effectifs

Bombardier Aéronautique procède à une vague de licenciements, qui touche quelque 5000 salariés dans le monde, dont près de 2500 dans la région de Montréal.  Bombardier réduit ses effectifs - Sur Société Radio-Canada Information 1er avril 2010

 

 

2010
Bombardier maintenant présente à Mumbai

L’entreprise ouvre un centre régional de support à Mumbai en Inde, qui compte une douzaine d’employés du soutien à la clientèle. - Sur Société Radio-Canada Information - 12 février 2015

 

 

2012
L'Inde toujours l'Inde

Bombardier Aéronautique ouvre un bureau de services d’ingénierie à Bangalore, en Inde, pour appuyer le programme d’avions en production et en développement. Ce bureau compte une cinquantaine d’ingénieurs. - Sur Société Radio-Canada Information - 12 février 2015

 

 

2013
Bombardier débarque au Maroc

La société s’installe au Maroc, avec l'aménagement d'un site de production permanent près de Casablanca, un investissement de 200 millions de dollars. Bombardier Aéronautique prévoit compter quelque 850 employés dans ce pays d’ici 2020. La première usine de Bombardier au Maroc - Sur Société Radio-Canada Information - 20 septembre 2012

 

 

2014
Suppression d'emplois

Bombardier Aéronautique supprime 1700 emplois, principalement dans la grande région de Montréal. Ces suppressions suivent l’annonce de retards dans la livraison de la CSeries. Le géant montréalais transfère une partie de ses divisions des ressources humaines à Querétaro, au Mexique, ce qui représente 10 emplois. L'entreprise, qui s'est installée au Mexique en 2006, compte maintenant plus de 2000 employés dans ce pays.  Les retards liés à la CSeries poussent Bombardier à éliminer 1700 postes  - Sur Société Radio-Canada Information - 21 janvier 2014

 

 

2015
Bombardier Aéronautique remerciera 1000 employés en 2015

La multinationale montréalaise a expliqué par voie de communiqué que cette pause résulte de la faible demande pour l'avion Learjet 85 et survient après une révision à la baisse des prévisions de Bombardier pour le marché des avions d'affaires. Cela refléterait la faiblesse persistante de la catégorie des avions légers depuis le ralentissement économique.

Par conséquent, l'entreprise comptabilisera au quatrième trimestre 2014 une charge spéciale avant impôts d'environ 1,4 milliard de dollars, liée principalement à la dépréciation des coûts de développement du Learjet 85.

Une provision pour indemnités de départ d'environ 25 millions sera comptabilisée à titre d'élément spécial au premier trimestre 2015. - Source: Société Radio-Canada Information - 15 janvier 2015

 

Retour au texte

Retour au : Plan du site - MétéoPolitique - Finance - Éthique des gens d'affaires - Déshonneur - Haut page