Après « Axis of Evil » de David Frum, voici donc « les gardiens de la pureté » qui osent entraver la grande chevauchée entrepreneuriale québécoise !

Et qui sont ces « templiers au coeur chaste et à la vertu économique inébranlable » ?

Un dessin animé des années 80 ?

Non, plutôt le cénacle de la Commission Charbonneau, sans aucun doute.

Les affaires sont les affaires.

Ordre des Templiers contre l'axe du mal

Et les affaires sont souvent croches. Et c’est tant mieux si cela contribue à l’avancement du Québec. Voilà ce que je comprends de cette défense « cri du coeur » en forme de livre.

Et ainsi va la vie dans ce monde de scratch my back. De crocheries en crocheries, on s’affaire à bâtir le Québec de demain, à garder nos sièges sociaux ici, à faire prospérer le territoire, à garder intacte une pax syndicatus.

Et quoi encore ?

Il faut peut-être couvrir les épaules de Tony Accurso d’un drapeau du Québec ?

Quel beau portrait ! Quelle vision prometteuse !

Mais vous n’avez pas honte ? Vous ne trouvez pas que le ROC s’est assez foutu de notre gueule en se tapant sur les genoux comme cela ? Non, non, non, il faut absolument un rappel !

On peut créer de la richesse au Québec. On peut exporter notre savoir-faire. Ça, nous le savons.

On sait aussi qu’on peut le faire dans les règles.

Placer Tony Accurso comme acteur de premier plan du nationalisme économique québécois ? Quelle insulte envers les gens d’affaires qui servent bien notre province ! À commencer par la famille Dutil, en Beauce.

Canam Manac et Marcel Dutil : voilà un bel exemple d’entrepreneurs qui sont fiers de leurs origines québécoises (et surtout beauceronnes) et qui font de bien belles affaires dans le reste du Canada et aux États-Unis. Lorsque vous regardez le stade des Giants/Jets de New York ou des Patriots de la Nouvelle-Angleterre, il y a une part importante du Québec là-dedans.

En fait la plus importante : la structure d’acier !

MetLife Stadium

Le Québec qui réussit bien en affaires et qui le fait avec droiture, c’est aussi la firme PixMob qui a fait de la mi-temps du Super Bowl et de la cérémonie d’ouverture des Jeux de Sotchi un événement mémorable.

Les Dutil, les Marcoux, Vincent Leclerc et David Parent (PixMob), Chrystian Guy,  les Chagnon, les Coutu, les Beaudoin, Pierre Jeanniot et j’en passe. Eux, méritent un livre.

Pas Accurso.

 
 

Le livre bizarre de Me Louis Demers
par Patrick Lagacé

 
 

Personne au Québec ne se demandait quand l'avocat Louis Demers allait enfin publier le récit des grands moments personnels et professionnels de sa vie. Mais dans un geste intrépide, l'avocat de Tony Accurso a quand même décidé de se lancer avec "Scènes d'une époque trouble". Carnet d'un avocat.

Le livre s'ouvre sur Louis Demers, l'homme, qui dîne avec une femme. Il souhaite séduire cette femme. Cette femme lui plaît, diantre!

Il décrit ses mains. Il décrit ses jambes. Il décrit ses mollets.

Il décrit la conversation entre eux. Mais ce n'est qu'un prétexte pour nous présenter ce diable d'homme - et de plaideur! - qu'est Louis Demers, et avec lequel nous allons passer 149 pages (ou pas)!

Sauf qu'on s'en sacre. On s'en sacre parce que Louis Demers est un célèbre nobody. Et pourtant, il nous raconte la cour qu'il fait à cette dame...

Qui ne le rappelle pas!

L'intrépide narrateur apprend plus tard que la femme fréquente un homme. Il sent le besoin de nous le dire, comme il nous dit que l'homme habite le Plateau Mont-Royal (Me Demers a comme une fixation sur le Plateau, qu'il évoquera fréquemment).

Il décrit ainsi l'homme qui a su - lui - plaire à cette femme. «Un auteur. À ce qu'il dit.»

Bonjour, le malaise...

Entrant enfin dans le vif du sujet, Me Demers parle de Johnny Lavallée ( 03) et de Tony Accurso, deux abonnés des histoires de copinage que l'on sait, depuis des années.

Johnny Lavallée, ex-président de la FTQ-Construction, dont les enquêtes journalistiques et les écoutes électroniques de la commission Charbonneau ont révélé les minables combines d'enrichissement personnel qui ont ponctué son règne?

Tony Accurso, qui fait face à de multiples accusations dans des affaires de corruption, qui a le fisc aux trousses pour mille et une affaires d'évasions fiscales?

Je le cite: «Des géants, des bâtisseurs» !

Mais le ton est donné. Pour Me Demers, les protagonistes des enquêtes journalistiques qui ont fini par aboutir devant la juge Charbonneau sont des victimes des meutes assoiffées de «pureté»...

On le sait, c'est le yacht luxueux de M. Accurso qui a déclenché toutes ces enquêtes journalistiques.

C'est sur le Touch que M. Accurso invitait ses contacts syndicaux ou politiques à se prélasser en Speedo sur les mers du Sud, pour lubrifier des relations d'affaires fort lucratives pour lui.

Pour Me Demers, il n'y a pas d'enjeux éthiques, moraux ou juridiques à ce que Tony Accurso paie des croisières à des officiers syndicaux et des élus.

Non (tenez-vous bien), pour l'avocat, ce qui a fait tiquer les Québécois, c'est que le Touch était un signe ostentatoire de la richesse de son client.

«Un bateau à moteur qui mesure cent vingt pieds [...], ça ne passe pas. Avec un jacuzzi et une décoration intérieure somptueuse qui ne plaisait pas aux gens du Plateau [...], ça devenait complètement inacceptable.»

Me Demers réserve ses missiles les plus assassins aux journalistes. Le problème, c'est qu'il s'attaque à des fleurons de la profession comme Alain Gravel, Marie-Maude Denis et André Noël, trois journalistes qui ont sorti plusieurs histoires embarrassantes pour son client et pour plusieurs autres acteurs qui ont défilé devant la commission Charbonneau ou qui se sont fait passer les menottes par la police...

Page 71, Me Demers reproche à des journalistes de ne pas l'avoir appelé avant de publier une info sur M. Accurso. Page 63, il se plaint que des journalistes l'appellent sur son portable et à la maison: «Je leur répondais rarement, si je le faisais, c'était pour une mise en demeure.»

Faut vous brancher, maître!

Il évoque la poursuite en diffamation lancée par M. Accurso contre Radio-Canada.

Mais il s'épanche un peu moins sur l'abandon de cette poursuite par son client...

Vu l'hystérie sous-tendant son analyse, je sentais bien que, tout au long de Scènes d'une époque trouble, Me Demers se retenait de ne pas nous sortir une analogie bien juteuse avec l'époque nazie...

Et il l'a finalement sortie, l'analogie Québec moderne-Allemagne nazie! Page 122! Deux fois, mesdames et messieurs!

L'avocat se cache derrière le procédé littéraire du «rêve» pour décrire les enquêteurs d'une commission d'enquête fictive, «rompus aux techniques largement perfectionnées depuis la Gestapo»...

Ces interrogatoires de policiers étaient comme ceux de SS interrogeant des résistants, nous informe Me Demers, ignorant la locution latine Reductio ad Hitlerum.

Bref, le président de la FTQ Michel Arsenault ( 04 ) pis le résistant français Jean Moulin: même affaire!

À ce qu'il dit, Me Demers est un avocat rusé et roué qui sait faire triompher les droits de ses clients. Soit.

Mais si ses conseils juridiques sont aussi divorcés du réel que l'analyse qu'il fait de cette présumée «époque trouble», peut-être que Tony Accurso est en droit de lui demander un remboursement.

Autres clients de Demers

L'ex-organisateur politique du Parti libéral du Québec, Pierre Bibeau, ( 05 ) demande d'obtenir le statut de participant ou d'intervenant à la commission Charbonneau. Son avocat, Louis Demers, argue que son client à des explications à donner dans la foulée du témoignage livré par l'ex-propriétaire d'Infrabec Lino Zambito. ( 06 )